Doutes sur la localisation des projets énergétiques Xlinks
63d96728db2f1_xlinks

Contrairement aux promesses précédentes de la société britannique Xlinks, la présidente régionale marocaine affirme maintenant que les centrales de production d'énergie de sources renouvelables qui doivent approvisionner le Royaume-Uni seront situées au Sahara Occidental occupé.

31 janvier 2023

Le graphique ci-dessus se trouve sur le site web de www.xlinks.co

Un câble sous-marin de conduction d'énergie vers le Royaume-Uni affectera-t-il ou non le Sahara Occidental occupé ?

Pas du tout, selon une lettre de la société britannique Xlinks à WSRW en juin 2021. La société soulignait que même si elle ne pouvait pas encore divulguer l'emplacement exact, "la partie terrestre du projet est confinée à la région de Tan Tan", et qu'aucune des zones envisagées n'était "considérée comme un territoire contesté".

Mais les déclarations de la présidente de la région administrative "Guelmim-Oued Noun", Mbarka Bouaida, font douter.

Dans une interview accordée à Al-Jazeera en octobre 2022, Mme Bouaida a déclaré que les centrales Xlinks pourraient être construites dans l'une des zones identifiées pour de tels projets à Mahbes, Lemsid ou Chbika. Alors que le gouvernement marocain considère que tous ces endroits se trouvent dans la région administrative marocaine de Guelmim-Oued Noun, la région a été conçue au mépris du statut non autonome du Sahara Occidental : elle chevauche la frontière du territoire occupé - et Mahbes et Lemsid sont tous deux situés au Sahara Occidental, pas au Maroc.

Lemsid est une ville côtière, située à mi-chemin entre El Aaiun, la capitale du Sahara Occidental, et la ville de Boujdour. Mahbes se trouve dans le nord-est du Sahara Occidental occupé et est la cible d'attaques de missiles du Polisario depuis en novembre 2020, la reprise du conflit armé entre le Maroc et le Polisario, le mouvement de libération du Sahara Occidental.

Bouaida a déclaré à Al Jazeera que les quatre centrales éoliennes et solaires qui composeront le projet de production de 10,5 GW seront construites sur une surface de 150 000 hectares, et que Mahbes, Lemsid et Chbika avaient été identifiées comme emplacements possibles.

Western Sahara Resource Watch (WSRW) a demandé aujourd'hui à Xlinks, la société britannique de production d'énergie, de préciser - encore une fois - si les parcs solaires et éoliens qu'elle envisage de construire au Maroc seront effectivement situés au Maroc ou au Sahara Occidental occupé.

Le projet Xlinks est l'un des nombreux abordé dans le rapport 2021 de WSRW "Ecoblanchiment de l'occupation".

 

Puisque vous êtes là....
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais. Nous travaillons de manière totalement indépendante et dans une large mesure bénévolement. Notre travail demande du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous pensons que c'est important - et nous espérons que vous aussi. Nous recherchons davantage de donateurs mensuels pour soutenir notre travail. Si vous donnez 3 €, 5 €, 8 € par mois… ou ce que vous pouvez – l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Vous pouvez rapidement établir un don mensuel à WSRW en suivant ce lien.

 

Actualités

Les Compagnies doivent ignorer cet appel d’offres controversé

Les entreprises qui veulent être perçues comme respectant les droits de l'homme de manière responsable ne doivent pas répondre à un appel d'offres important pour le raccordement de la production marocaine illégale d'énergie au Sahara Occidental au réseau du Maroc, prévient WSRW.

28 novembre 2023

Vigeo Eiris : deux ans sans répondre de son soutien à l'occupation

La société franco-britannique Vigeo Eiris a certifié et défendu un projet énergétique franco-marocain au Sahara Occidental occupé. WSRW demande au conseil d'administration de se saisir de cette affaire.

28 novembre 2018

Vigeo Eiris revient sur une fausse déclaration

L'entreprise qui a certifié un projet énergétique marocain au Sahara Occidental occupé a rectifié un rapport qu'elle avait soumis au Pacte Mondial des Nations Unies dans lequel elle affirmait à tort que l'organisme des Nations Unies avait approuvé son fonctionnement.
24 février 2018

Vigeo Eiris se trompe sur l'évaluation UN des droits de l'homme

L'entreprise qui a certifié l'infrastructure énergétique dans le Sahara Occidental occupé, affirme qu'un organisme des Nations Unies a conclu que l'entreprise ne violait pas les droits de l'homme.

01 février 2018