WSRW demande à Engie de publier une étude de Global Diligence
6527bc485071a_engie

L'évaluation controversée réalisée par Global Diligence au Sahara Occidental occupé pour un projet qui emploiera des milliers de colons marocains doit être publiée par la société française Engie, exige WSRW dans une lettre.

13 octobre 2023

Photo : Le projet d'Engie produira de l'eau dans le but de stimuler la production agricole au Sahara Occidental occupé, ce qui entraînera une nouvelle installation de migrants marocains dans le territoire occupé. Illustration tirée de l’étude d’impact sur l’environnement.

Western Sahara Resource Watch (WSRW) a publié le 29 septembre un document jusqu'alors inconnu du public : une étude environnementale commandée pour servir de base aux projets d'Engie au Sahara Occidental occupé.

Le document révèle comment le projet impliquera l'emploi de colons sur le territoire. La Quatrième Convention de Genève indique clairement qu’une puissance occupante ne peut pas déplacer sa propre population vers le territoire qu’elle maintient sous occupation. C’est pourtant apparemment ce que Engie facilite au Sahara Occidental occupé.

La mauvaise qualité du document en termes de géographie fondamentale, complétée par le mépris des principes fondamentaux du droit international, illustre l'urgence pour Engie de rendre publics les autres documents qu'ils ont cités à l'appui de leur opération : deux analyses juridiques et un document rédigé par Global Diligence à la suite d’un exercice de “consultation”.

L'exigence de publication immédiate des documents confidentiels a été présentée aujourd'hui dans une lettre adressée à Engie.

La courte réponse la plus récente d'Engie à WSRW souligne également la nécessité de rendre publics ces documents pour examen, qui - encore une fois - indique l'incompréhension fondamentale de l'entreprise à l'égard du cadre juridique régissant le Sahara Occidental.

Engie conclut sciemment un contrat avec le gouvernement marocain pour un projet sur un territoire sur lequel le Maroc n'a ni souveraineté ni mandat d'administration, vise en outre à stimuler le même secteur agricole à Dakhla dont l'exportation des produits vers l'UE a été interdite par la Cour de justice de l'UE (CJUE), avec l'argument que “ce n'est pas le rôle d'ENGIE de prendre position politique”.

“Est-ce qu'Engie opérerait à Donetsk, la qualifierait-elle de partie de la Russie et qualifierait-elle son implication et sa position de non politiques ?”, a demandé WSRW à Engie dans la lettre d'aujourd'hui.

Engie déclare également prendre “très au sérieux son rôle consistant à garantir qu'au niveau opérationnel nos activités ne portent pas atteinte aux droits des acteurs locaux” - ce qui n'a aucun sens dans un contexte d'occupation militaire où les colons sont plus nombreux que le peuple aux réels droits souverains sur la terre et ses ressources. Mais même dans ce contexte, Engie plaide pour une consultation des “acteurs locaux”, dont les “populations locales”, pour défendre son fonctionnement.

"Une consultation des "populations locales" dans un cas où le consentement du peuple est légalement requis, révèle une interprétation erronée de la situation dans laquelle Engie a décidé de s'impliquer", écrit aujourd'hui WSRW à l'entreprise.

Depuis 2021, WSRW demande à Engie de publier la consultation et les prétendues analyses juridiques, mais l'entreprise ne répond pas à la question. WSRW a également demandé à Global Diligence si elle publierait la consultation des parties prenantes, ce qui est dans l'intérêt du peuple sahraoui de constater par lui-même. Global Diligence n'a pas répondu sur ce point.

Western Sahara Resource Watch et l'association française APSO ont écrit à Engie le 11/01/2019 et le 09/12/2020. Engie a répondu le 13/04/2021. WSRW a envoyé un nouveau courrier à Engie les 17/05/2021, 22/05/2023 et 22/09/2023. Engie a écrit à WSRW le 28/09/2023, mais l'entreprise ne répond pas aux questions posées.

 

Puisque vous êtes là....

Le travail de WSRW est plus que jamais lu et utilisé. Nous travaillons de manière totalement indépendante et dans une large mesure bénévolement. Notre travail demande du temps, du dévouement et de la rigueur. Mais nous le faisons parce que nous pensons que c'est important - et nous espérons que vous aussi. Si vous souhaitez contribuer à notre travail par un efficace don mensuel - 3 €, 5 €, 8 € ou ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW serait beaucoup plus sûr. Et vous pouvez rapidement effectuer ce don mensuel à WSRW en suivant les instructions.

Actualités

Engie continue d'ignorer le droit international

À travers ses études d'impact, ses relations avec le gouvernement marocain et ses partenaires, ou encore par l'annonce récente de l'arrivée d'éoliennes au Sahara Occidental occupé, Engie a fait preuve d'un mépris total pour l'approche onusienne du conflit.

29 septembre 2023

Les éoliennes ont échappé au radar attentif de la Compagnie maritime

Un navire sous contrôle norvégien est en train de décharger des éoliennes chinoises dans les îles Canaries. Grieg Maritime affirme que ses protocoles n'ont pas détecté que les éoliennes devaient être installées au Sahara Occidental occupé.

13 octobre 2023

Le salon allemand ne doit pas promouvoir Azura

Des organismes juridiques allemand et irlandais demandent à l'organisateur Messe Berlin de refuser Azura, le très controversé producteur français de tomates.
 

12 septembre 2019

WSRW interroge ENGIE sur son éthique sociétale

La multinationale française ENGIE opère au Sahara Occidental occupé. WSRW et l'association française Apso ont écrit aujourd’hui à la société pour lui demander comment elle envisageait les aspects éthiques et juridiques de telles opérations.

11 janvier 2019