Le Maroc explore des minéraux loin au sud
mining_projects_610.jpg

Uranium, diamants, or, niobium. Le programme minier de l’ONHYM s’accélère dans les parties sud du Sahara Occidental occupé. Voyez ici où sont les projets.
Mis à jour le: 07.02 - 2009 22:39Imprimez cette page    
En novembre 2008, l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), compagnie marocaine d’état, a écrit des projets pour 3 structures géologiques différentes au sud du Sahara Occidental.

Glibat Lafhouda
La découverte géologique qui a été trouvée en 2006 est localisée à 70 kilomètres au sud-ouest de Awserd.
Le filon contient des oxydes de fer associé à des carbonatites dolomitiques.
Un programme d’exploration a été mis en place en 2007 et 2008.
Il a consisté en :
-14 forages
-850 prélèvement d’échantillon fait sur une surface de 5 km2
-Un relevé topographique couvrant une superficie de l’ordre de 4 km2,
-Un relevé géophysique par gravimétrie et magnétométrie sur une superficie d’environ 10 km2
Voyez cette prospection datée du 13 novembre 2008, en français et en anglais.

Twihinate
La structure, localisée à 260 kilomètres au sud de Dakhla, est déclarée comme «  susceptible d’être un gisement de classe mondiale pour les Terres Rares, le Niobium et le fer. »
Télécharger ici la prospection daté du 13 novembre 2008 en anglais ou en français.

Lafwila
Le dépôt d’Or de Lafwila est localisé à 300 kilomètres au sud de Dakhla. Un programme de sondage est en cours.
Voyez la prospection datée du 13 novembre 2008, en français et en anglais.

Tichla, Awserd
La quatrième pierre angulaire de l’exploration de l’ONHYM au sud du Sahara Occidental est la zone de Tichla, contenant plusieurs métaux intéressants, aussi bien que des diamants.
Elle est explorée par un joint-venture entre l’ONHYM et la compagnie canadienne Metalex. Plus d’information sur ce partenariat dans un prochain article de WSRW.

De plus, deux autres structures sont explorées dans la région par l’ONHYM, la Madnat As Sadra et Ouday Cfa.

mining_projects_autumn2008_350.jpgLa carte sur la droite montre les 6 projets dans la partie sud du Sahara Occidental. La carte peut être téléchargée à partir du rapport de l’ONHYM d’octobre 2008. D’avantage de détails peuvent être trouvés sur la prospection ci-dessus.

Il est a noter que la zone dans laquelle à lieu l’exploration est sous occupation, et que le Maroc n’a aucun droit d’explorer et d’exploiter les minéraux dans ce territoire, aussi longtemps que cela l’est au mépris des vœux et des intérêts des sahraouis.

Après le rejet par la Cour Internationale de Justice en octobre 1975 des revendications du Maroc et de la Mauritanie sur le Sahara Occidental, les deux voisins avaient persisté dans la décision d’envahir le territoire.

La partie sud, où sont localisés les 6 programmes d’exploration, a d’abord été occupée par la Mauritanie. Lorsque la Mauritanie a abandonné la zone en 1979, le Maroc l’a occupée à sa place. L’Assemblée Générale de l’ONU a réagi à l’occupation marocaine de 1979 par la résolution 34/37 de 1979, (question du Sahara Occidental), au paragraphe 5, avec la déclaration suivante : « déplore vivement l’aggravation de la situation découlant de la persistance de l’occupation du Sahara Occidental par le Maroc et de l’extension de cette occupation au territoire récemment évacué par la Mauritanie ». Et au paragraphe 6, « demande instamment au Maroc de s’engager lui aussi dans une dynamique de paix et de mettre fin à l’occupation du territoire du Sahara Occidental. » Télécharger la résolution ici.

Depuis cela, l’ONU a déclaré que l’exploration et l’exploitation des ressources minérales dans le secteur sont une violation du droit international, si le peuple autochtone n’est pas consulté, et à l’évidence il ne l’est pas.

Le peuple sahraoui pour une majorité vit dans des campements de réfugiés depuis que le Maroc a illégalement envahi le territoire. Les sahraouis restés sous occupation, et qui revendiquent leur indépendance, sont l’objet de sévères violations des droits de l’homme.

Le Maroc a fait échouer une centaine de résolutions de l’ONU appelant au respect du droit à l’autodétermination.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi