La BERD approuve d’autres millions très douteux
615c4a9cb5102_Aftissat_APSO

La BERD va accorder 25 millions d'euros de prêts à une autre banque marocaine, pour des projets qui risquent d'être situés au Sahara Occidental occupé.

13 juin 2022

Le 4 mai 2022, la BERD a approuvé un autre important prêt non garanti à une banque marocaine, la Banque centrale populaire (BCP).

La BERD faciliterait-elle donc également des projets sur des terres occupées ?

La majeure partie du prêt, équivalant à 25 millions d'euros, est fournie par la BERD et le Fonds vert pour le climat (GCF), dans le cadre régional du GCF-Green Economy Financing Facility (GEFF). Ce programme particulier dirige les flux de financement climatique vers des pays sélectionnés, dont le Maroc, en prêtant des sommes à des partenaires institutions financières nationales, qui à leur tour fournissent des fonds à des sous-emprunteurs privés pour des investissements dans des projets d'atténuation et d'adaptation au changement climatique. GEFF Maroc est soutenu par l'UE et le Fonds vert pour le climat, et fournit une ligne de crédit pouvant atteindre 163,5 millions d'euros.

Le prêt particulier à la BCP a le même objectif que le GEFF. Comme décrit dans les grandes lignes du projet, l'objectif est de « faciliter une transition vers une économie verte au Maroc en rétrocédant des prêts à des sous-emprunteurs du secteur privé pour mettre en œuvre des investissements verts dans l'efficacité énergétique, les énergies renouvelables et les mesures de résilience climatique ».

Le Maroc investit massivement dans des projets d'énergie renouvelable au Sahara Occidental occupé. D'ici 2030, plus de 50% du potentiel éolien du Maroc pourrait être situé dans la partie du territoire qu'il maintient sous occupation militaire et illégale depuis 1975. D'ici cette même année, la part de l'énergie solaire produite sur le territoire pourrait être comprise entre 9,70 % et 32,64 % de la capacité solaire totale du Maroc - probablement vers le haut de cette fourchette. Un compte-rendu détaillé des projets du Maroc sur le territoire peut être trouvé dans le rapport de WSRW, « Écoblanchiment de l’occupation », publié en octobre 2021.

La localisation des projets au Sahara Occidental occupé rend cependant difficile l'obtention de financements auprès des institutions financières internationales - et les banques marocaines comblent de plus en plus le vide. Le parc éolien d'Aftissat de 200 MW, près de la capitale du Sahara Occidental El Aaiún, a été en partie financé par des prêts de banques marocaines, dont la BCP.

La BCP est la deuxième plus grande banque du Maroc et est bien représentée au Sahara Occidental, avec 25 bureaux sur tout le territoire occupé.

Ce n'est pas la première fois que la BERD utilise cet instrument financier particulier pour une banque marocaine. Il s'agit de la troisième facilité de ce type fournie par la BERD à la BCP dans le cadre du cadre régional GCF - GEFF au Maroc. La BERD a précédemment accordé des prêts similaires à d'autres banques marocaines, dont le Crédit du Maroc, la Société Générale Maroc et la BMCI. Toutes les banques ont des bureaux au Sahara Occidental occupé.

Malgré des questions répétées à ce sujet, la BERD ne dit pas si les critères du prêt garantissent que les fonds prêtés aux banques marocaines ne finiront pas par financer des projets au Sahara Occidental occupé.

Dans le même temps, la BERD n'hésite pas à fournir au Maroc une plate-forme pour faire sa propagande sur l'investissement dans « les provinces du sud », comme le Maroc désigne la partie du Sahara occidental sous occupation. Du 10 au 12 mai 2022, la BERD a tenu son assemblée annuelle à Marrakech, au Maroc, sous le patronage du monarque marocain. L'Assemblée annuelle comportait des sessions axées sur l'investissement au Maroc, et une session particulière intitulée « Maroc maintenant : Quelles perspectives pour la transition énergétique ? » durant laquelle plusieurs ministres et responsables gouvernementaux marocains ont pris la parole pour vanter les investissements du pays dans les énergies renouvelables - sans faire de distinction entre les territoires du Maroc et le Sahara Occidental occupé. Cela était évident dans les données et les chiffres qui ont été partagés, et sur les cartes présentées au public, comme celle ci-dessous, représentant le Sahara Occidental occupé comme une partie du Maroc. 

Carte présentée lors de l'allocution de Mohcine Jazouli, ministre délégué auprès du chef du gouvernement, de la convergence et de l'évaluation des politiques publiques du Maroc.

Lors d’une autre séance, le scientifique marocain Rachid Yazami, a annoncé que du lithium avait été découvert « à la frontière entre le Maroc et la Mauritanie ». Si elle est confirmée, une telle découverte pourrait encore accélérer la transition du Maroc vers les énergies renouvelables, à un moment où l'industrie du véhicule électrique entraîne une forte demande mondiale de lithium. La mention a été reprise dans les médias marocains, comme une annonce de « grandes découvertes » faites lors de la réunion de la BERD. D'après ce que WSRW déduit des informations publiées sur la réunion, ce n'est pas correct.

A l'issue de l'AG, la BERD a choisi de transmettre un message de solidarité à « l'Ukraine et les autres pays touchés par la guerre ».

Actualités

Appel d'offre de l'occupant pour l'enracinement de l'occupation

Le gouvernement marocain vient de fermer un appel d'offres pour creuser 4000 mètres cubes de tranchées dans le cadre de la recherche de minerais dans le sol du Sahara Occidental occupé.

21 avril 2022

Plages sanglantes : sable, sel et minéraux des terres occupées

Les plages touristiques des îles Canaries sont faites de sable du Sahara Occidental occupé.

21 juillet 2020

Énergie verte mais sale sur terres occupées

Comment peut-il être mauvais de développer les énergies renouvelables, dans un monde qui a désespérément besoin d'une transition verte ? Au Sahara Occidental, les problèmes sont nombreux.

21 juillet 2020

D’autres signes du retour de Metalex

Des comptes récemment soumis au gouvernement canadien confirment que Metalex est sur le point de retourner travailler au Sahara Occidental occupé.

13 avril 2022