Le procès du Sahraoui coordinateur ressources naturelles est reporté
Le responsable du Comité Sahraoui pour la protection des ressources naturelles a déjà passé 14 mois en prison, et le 13 Janvier son procès a été reporté. Les manifestations et les violences policières éclatent au Sahara Occidental suite à la décision.
Mis à jour le: 23.01 - 2012 23:32Imprimez cette page    
tn_cspron_02_web.jpgM. Sidahmed Lemjiyed (à droite), secrétaire général de CSPRON, le Comité Sahraoui pour la protection des ressources naturelles, est l'un des 23 Sahraouis prisonniers politiques qui étaient censés être présentés devant un tribunal marocain à Rabat le 13 Janvier. Le groupe est emprisonné depuis 2010, ils ont été arrêtés suite à la vague massive de protestations au Sahara occidental.

Selon une déclaration du CSPRON après la décision du procureur général d'ajourner la procédure, cette décision de reporter était logique, compte tenu de la forte présence d'observateurs internationaux.

Le Groupe a en outre dénoncé la légalité du procédé, "premièrement, en raison de la comparution des  Sahraouis civils devant un tribunal militaire, d'autre part, parce que le processus ne se déroule pas au Sahara Occidental, mais au Maroc, troisièmement, à cause des retards continuels de la procédure juridique contre les prisonniers. "

Le CSPRON a également exhorté la communauté internationale à faire pression sur le Maroc pour la libération des prisonniers politiques.

Des dizaines de proches des détenus et des observateurs européens ont manifesté devant le tribunal de Rabat suite à la décision. Les bannières écrites en arabe et en français ont dénoncé la persécution des citoyens civils par des tribunaux militaires.

Toujours à El Aaiun occupée, avenue Mezouar et Al Qods, des centaines de citoyens sahraouis ont manifesté en solidarité avec les Sahraouis emprisonnés. La police marocaine est intervenue, et plusieurs Sahraouis ont été blessées (voir vidéo ci-dessus). Un groupe sahraoui affirme que plus de trente hommes et femmes ont été blessés. Deux maisons sahraouies auraient été prises d'assaut. De même les Sahraouis à Smara et à l'Université d'Agadir ont pris part aux manifestations.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi