Joignez la campagne Amnesty pour les prisonniers sahraouis
Article image
Deux douzaines de militants sahraouis sont emprisonnés depuis 6 ans pour avoir demandé le respect de leurs droits socio-économiques. Joignez-vous à la campagne Amnesty exigeant leur libération.
Publié 01 septembre 2016


Aucun témoin, aucune preuve. Seuls des aveux signés sous la torture.

En février 2013, 25 militants sahraouis ont été condamnés par un tribunal militaire à des peines allant de 2 ans et demi à la perpétuité pour avoir participé à l'organisation du campement de protestation de Gdeim Izik en novembre 2010. Les participants au campement exigeaient le respect des droits socio-économiques du peuple du Sahara Occidental.

Vous voulez aider en écrivant un courrier aux autorités marocaines ? Vous trouverez sur le site d'Amnesty International tout ce que vous devez savoir pour envoyer ce courrier, adresses, demandes etc.

Pour en savoir plus sur les prisonniers et la manifestation de 2010, RDV ici.

Actualités

Prison à vie confirmée pour les prisonniers politiques

La Cour de cassation marocaine a confirmé les lourdes peines prononcées à l'encontre des prisonniers dits de Gdeim Izik. Le groupe a participé à la manifestation contre l'exclusion socio-économique au Sahara occidental en 2010.

26 novembre 2020

10 ans de prison injuste : libération immédiate du groupe Gdeim Izik

Western Sahara Resource Watch appelle à la libération immédiate et inconditionnelle du groupe de militants sahraouis de premier plan qui ont été arrêtés en 2010 pour avoir revendiqué le respect des droits socio-économiques du peuple sahraoui.

08 septembre 2020

Un tribunal civil suit un militaire contre des militants sahraouis

Le verdict est rendu après des années de mise en cause des motifs politiques du procès, emprisonnant des militants opposés à la discrimination sociale et économique des Sahraouis par le Maroc.
19 juillet 2017

Grève de la faim pour obtenir une réponse à la demande d'appel

Le 24 février, un groupe de prisonniers politiques sahraouis a débuté une grève de la faim pour que le gouvernement marocain réponde à leur demande d'appel. Certains sont condamnés à perpétuité pour leur participation à la manifestation populaire de 2010 contre la marginalisation par le Maroc de la population du territoire du Sahara Occidental.

25 février 2016