Un voleur de poisson en feu
Article image
Pendant 4 semaines, les Sahraouis ont manifesté pacifiquement dans un camp de tentes en dehors de la capitale du Sahara occidental, contre le chômage et la discrimination. Lorsque le camp a été détruit par l’armée marocaine, tuant plusieurs sahraouis, les manifestants se sont rendus en ville, où ils ont mis le feu aux symboles du pillage de leur pays.
Publié 10 novembre 2010


Lundi 8 Novembre, l\'armée marocaine a détruit un camp de protestation pacifique au Sahara occidental. Le camp s’était développé au cours des dernières semaines.

Sahraouis protestaient contre la marginalisation à laquelle ils sont confrontés dans leur propre pays, et contre le pillage du territoire. Plusieurs gouvernements et entreprises participent au pillage, sans consultation du peuple Sahraoui. Ceci est en violation du droit international, comme l’a déclaré l\'ONU.

Comme les manifestants ont été poussés vers El Aaiun, des émeutes de rue ont éclaté
contre les symboles de l\'occupation marocaine.

Selon les sources de Western Sahara Resource Watch, un bureau de la Délégation pour l\'Energie et des Minéraux dans l\'avenue de Smara a été incendié. Un camion de poissons a aussi été observé détruit. Ces camions transportent habituellement le poisson des territoires occupés vers le nord au Maroc.

La plupart des personnes employées dans le secteur de la pêche au Sahara occidental sont des colons marocains que le Maroc est déplacé dans le territoire en violation de la Quatrième Convention de Genève. Le Sahara occidental est considéré par l\'ONU comme un Territoire Non Autonome - une colonie.

Plusieurs Sahraouis ont été tués par les forces marocaines.

\"fish_truck_609.jpg\"

Ci-dessous la Banque Populaire

\"banco_popular_509.jpg\"

\"banque_populaire_355.jpg\"

Actualités

Prison à vie confirmée pour les prisonniers politiques

La Cour de cassation marocaine a confirmé les lourdes peines prononcées à l'encontre des prisonniers dits de Gdeim Izik. Le groupe a participé à la manifestation contre l'exclusion socio-économique au Sahara occidental en 2010.

26 novembre 2020

10 ans de prison injuste : libération immédiate du groupe Gdeim Izik

Western Sahara Resource Watch appelle à la libération immédiate et inconditionnelle du groupe de militants sahraouis de premier plan qui ont été arrêtés en 2010 pour avoir revendiqué le respect des droits socio-économiques du peuple sahraoui.

08 septembre 2020

Un tribunal civil suit un militaire contre des militants sahraouis

Le verdict est rendu après des années de mise en cause des motifs politiques du procès, emprisonnant des militants opposés à la discrimination sociale et économique des Sahraouis par le Maroc.
19 juillet 2017

Joignez la campagne Amnesty pour les prisonniers sahraouis

Deux douzaines de militants sahraouis sont emprisonnés depuis 6 ans pour avoir demandé le respect de leurs droits socio-économiques. Joignez-vous à la campagne Amnesty exigeant leur libération.
01 septembre 2016