Sahraouis : voilà ce que l’on fait de vos poissons
Article image
Une importante flotte de navires étrangers travaille au large du Sahara Occidental. Cette choquante série d’images récentes montre comment le Maroc gère la pêche industrielle dans les eaux qu’il occupe.
Publié 22 novembre 2013


Les photos, obtenues par Western Sahara Resource Watch cette semaine, montrent le navire marocain Adrar, battant pavillon du Belize, qui jette par-dessus bord des tonnes de sardines. Ces images montrent comment plus de 60 tonnes de poissons du Sahara ont été jetées à la mer.

Comme l’a appris WSRW, les propriétaires du navire n'étaient apparemment pas satisfaits de la taille des sardines, qui ne répondait pas aux exigences de la conserverie à Agadir. Au moment de jeter les poissons à la mer, le navire se trouvait à 24 degrés sud, dans les eaux du Sahara Occidental.

Ce seul navire a rejeté plus de 1.000 tonnes de poissons au cours de cette année. L’ordre de jeter le poisson par-dessus bord semble avoir été donné à Casablanca au Maroc par Pelagic, les propriétaires du navire.

La moitié de la population du Sahara Occidental vit depuis 38 ans dans des camps de réfugiés en Algérie, suite à la brutale occupation du Sahara Occidental par le Maroc. Cette population exilée, dépendante de l'aide humanitaire, reçoit tout juste une boîte de sardines par mois, des sardines provenant de Chine.

« Il est temps que le pillage des ressources halieutiques du Sahara Occidental soit dénoncé devant un tribunal international. Le Maroc n'a pas le droit de traiter ces ressources comme les siennes », a déclaré Sara Eyckmans, coordinatrice de Western Sahara Resource Watch.

Durant les 2 à 3 dernières années, une importante flotte de navires de pêche marocains, semblables à l’Adrar, a opéré au large du Sahara Occidental, en parallèle avec une flotte russe. Actuellement, l'Union Européenne souhaite également puiser dans ces stocks de poissons en signant un accord de pêche avec le Maroc.

Selon ce document, daté de mai 2013, de la société d’investissements Mutandis, Adrar/Pelagic Armador appartient à 100% à LGMC, dont le directeur général est Omar Bennani.

Ce n'est pas la première fois que WSRW montre des documents sur la destruction de poissons au Sahara Occidental. La vidéo à droite provient de la même région, près de Dakhla, en 2012.

Le navire faisait route à une vitesse de 1,2 nœuds, le jour où l'image a été prise, ce qui correspond à une activité de pêche. Voir sur la carte ci-dessous l'itinéraire du navire ces jours-là.

Cliquez sur les images ci-dessous pour une meilleure résolution. Elles apparaîtront dans une fenêtre, et vous pourrez les télécharger sur votre ordinateur. L'utilisation en est libre.



adrar_july_2013_609.jpg

adrar12_609.jpg

adrar13_609.jpg

adrar4_609.jpg

adrar5_609.jpg

adrar6_609.jpg

adrar7_609.jpg

adrar8_609.jpg

adrar9_609.jpg

adrar11_609.jpg

adrar14_609.jpg

adrar15_609.jpg

adrar17_609.jpg

adrar18_609.jpg

adrar19_609.jpg

adrar20_609.jpg

adrar_609.jpg

adrar2_609.jpg

adrar_movements_609.jpg

Actualités

Un chalutier impliqué dans de nouveaux rejets massifs au Sahara occupé

Encore une fois au Sahara Occidental occupé, un navire de pêche géré par un ex-général marocain rejette à la mer des tonnes de poisson. Une nouvelle vidéo révèle la mauvaise gestion de l'environnement.

07 mai 2016

Le Maroc continue à rejeter les prises accessoires au Sahara occupé

WSRW a reçu des images de poissons déversés dans le désert près de la ville de Dakhla pour cacher la surpêche. Les photos ont été prises il y a deux jours.
24 octobre 2015

Le Maroc aurait fraudé avec l’argent UE contre les filets dérivants

Le Maroc a reçu 4 millions d’€ de l'Union Européenne pour mettre un terme à l'usage nocif de filets dérivants. Les syndicats de pêcheurs traditionnels et côtiers du Maroc affirme que la totalité de la somme a été donnée à deux individus dépourvus d’un statut juridique leur permettant d’obtenir cet argent, et a mis l'affaire devant la justice.
01 juillet 2015

Les requins toujours menacés au Sahara Occidental occupé

Les photos prises au port de Boujdour au Sahara Occidental occupé, montrent que des espèces vulnérables de requins sont encore capturées par la flotte marocaine dans la zone - en dépit des lois et réglementations internationales appelant à leur protection.
07 mai 2014