Grève de la faim pour obtenir une réponse à la demande d'appel
Article image

Le 24 février, un groupe de prisonniers politiques sahraouis a débuté une grève de la faim pour que le gouvernement marocain réponde à leur demande d'appel. Certains sont condamnés à perpétuité pour leur participation à la manifestation populaire de 2010 contre la marginalisation par le Maroc de la population du territoire du Sahara Occidental.

Publié 25 février 2016

Le 24 février, 21 prisonniers politiques sahraouis ont commencé une grève de la faim de 48 heures, une façon d’envoyer un message aux autorités marocaines. D'après ce que Western Sahara Resource Watch comprend, le groupe demande à être libéré ou que leur cause soit immédiatement jugée en appel. Ils exigent également à être transférés sans délai à la prison d'El Aaiun au Sahara Occidental occupé, plus proche de l'endroit où vivent leurs familles.

Si leurs demandes ne sont pas satisfaites, ils ont déclaré à WSRW avoir décidé de commencer début mars une grève de la faim illimitée.

Quelques jours seulement après leur peine en février 2013, le groupe a déposé une demande d'interjeter appel auprès de la Cour d'appel. Ils n’ont toujours pas reçu de réponse à cette demande. Le tribunal militaire a condamné les militants sahraouis à des peines ridiculement sévères pour leur participation présumée dans le camp de Gdeim Izik. En savoir plus sur le groupe de Gdeim Izik ici.

«Il est difficile de décrire le sentiment de frustration dans notre situation - et notre frustration quant à l'approche de l'UE du conflit et nos ressources», a écrit Sidahmed Lemjiyed à WSRW. Lemjiyed est le secrétaire général de CSPRON, association œuvrant pour la protection des ressources naturelles au Sahara Occidental. Il a été un adversaire déclaré des partenariats illégaux de l'UE avec le Maroc couvrant le territoire occupé, situé à l'extérieur des frontières internationalement reconnues du Maroc.

«Nous avons été condamnés à des peines de prison à vie par un tribunal militaire pour avoir réclamé le respect de nos droits socio-économiques et condamné le pillage. Et maintenant nous sommes assis ici pour le reste de nos vies à nous voir refuser la possibilité de faire appel ? L'UE, d'autre part, viole le droit européen par son accord avec le Maroc couvrant le pays d’où je viens, mais elle peut faire appel facilement. L'injustice que les dirigeants européens peuvent interjeter appel du jugement légitime, alors que nous ne recevons même pas une réponse à notre demande de faire appel d’une peine illégitime, me tient éveillé la nuit » écrit Lemjiyed à Western Sahara Resource Watch.

En 2013, un tribunal militaire marocain a condamné Lemjiyed à la prison à vie pour sa participation à la manifestation de 2010. Au cours de la session de la cour, Lemjiyed a parlé de l'avis juridique de l'ONU de 2002, concluant que les souhaits et les intérêts du peuple sahraoui sont les exigences légales pour l'exploitation ou l'exploration licite des ressources du Sahara Occidental. L'avis est systématiquement dénaturé à la fois par l'UE et le Maroc, à la grande consternation de l'ancien Conseiller juridique de l'ONU qui a rédigé le texte.

Le procès était de toute façon une farce. Aucune des personnes condamnées n’a été identifiée par des témoins.

 

Actualités

Prison à vie confirmée pour les prisonniers politiques

La Cour de cassation marocaine a confirmé les lourdes peines prononcées à l'encontre des prisonniers dits de Gdeim Izik. Le groupe a participé à la manifestation contre l'exclusion socio-économique au Sahara occidental en 2010.

26 novembre 2020

10 ans de prison injuste : libération immédiate du groupe Gdeim Izik

Western Sahara Resource Watch appelle à la libération immédiate et inconditionnelle du groupe de militants sahraouis de premier plan qui ont été arrêtés en 2010 pour avoir revendiqué le respect des droits socio-économiques du peuple sahraoui.

08 septembre 2020

Un tribunal civil suit un militaire contre des militants sahraouis

Le verdict est rendu après des années de mise en cause des motifs politiques du procès, emprisonnant des militants opposés à la discrimination sociale et économique des Sahraouis par le Maroc.
19 juillet 2017

Joignez la campagne Amnesty pour les prisonniers sahraouis

Deux douzaines de militants sahraouis sont emprisonnés depuis 6 ans pour avoir demandé le respect de leurs droits socio-économiques. Joignez-vous à la campagne Amnesty exigeant leur libération.
01 septembre 2016