Nouvelle infrastructure énergétique controversée bientôt au Sahara
Article image

Le gouvernement marocain a ouvert un appel d'offre relativement important à Dakhla au Sahara Occidental.

Publié 17 mars 2017

Ci-dessus: Les Sahraouis de Dakhla au Sahara Occidental dénoncent le chômage, alors que la ville connaît un afflux de colons. Photo d'une manifestation à Dakhla en 2011.

L'office national marocain d'électricité, l'ONE, a lancé un appel d'offres pour des projets énergétiques sur deux sites de la ville de Dakhla, actuellement sous occupation marocaine.

Les deux centres de distribution électrique de taille moyenne se composent de postes de transformation et de commutation, à raccorder par des lignes électriques souterraines. La valeur des deux projets d'infrastructure est de 45 millions d'euros.

Dakhla est un centre clé pour le pillage des ressources halieutiques. C'est aussi l'emplacement d'un afflux saisonnier important de travailleurs immigrés du Maroc, qui travaillent dans l'agriculture non renouvelable basée sur une irrigation puisée dans les réserves d'eau fossile. On ne sait pas quelle part de l'énergie sera fournie aux forces armées, aux industries ou aux civils.

Selon ce que Western Sahara Resource Watch a été en mesure d'établir, six compagnies identifiées ont jusqu'à présent exprimé leur intérêt pour le projet. Les six entreprises sont originaires d'Allemagne, de France, d'Espagne, de Chine, du Liban et du Maroc. Deux d'entre elles ont déjà été impliquées dans des projets d'infrastructures énergétiques au Sahara Occidental lors des dernières années.

Les organisations nationales partenaires de Western Sahara Resource Watch vont maintenant approcher ces six entreprises, leur demandant de ne pas répondre à l'appel d'offres. Le gouvernement marocain n'a encore apparemment rien fait pour demander le consentement du peuple du Sahara Occidental, une exigence à la légalité de cette opération selon un jugement récent de la Cour de justice de l'UE.

« Participer à la construction de cette infrastructure contribuera à cimenter l'occupation du territoire », affirme WSRW dans la lettre aux entreprises.

Le titre des travaux proposés est le suivant : « Construction du poste 225/60 kV de Dakhla, du poste 60/22 kV de Dakhla et réalisation des lignes 60 kV ». Le temps de construction prévu pour le premier site, lot no. 1, doit être de 20 mois, et pour le second, le lot no. 2, est de 16 mois.

La date limite pour soumettre une offre est le 5 avril 2017. WSRW a obtenu certaines parties du document d'appel d'offres. À Télécharger ici. Les fournisseurs intéressés sont priés de mettre à l'avance sur la table 1% de la valeur du projet, 4,5 millions dirham marocain, pour la sécurité.

 

Actualités

Le pétrole d'Espagne continue à alimenter l'occupation

Voici tous les navires qui ont l’année dernière transporté des produits pétroliers des raffineries espagnoles vers le Sahara Occidental occupé.

04 septembre 2021

Nouveau rapport : division par deux du commerce du phosphate du Sahara

Les exportations de minerais de phosphate du Sahara Occidental occupé n'ont jamais été aussi faibles qu'en 2019. Cela est révélé dans le nouveau rapport WSRW P pour Pillage, publié aujourd'hui, 24 février 2020.

24 février 2020

Nouveau rapport sur l'industrie du phosphate du Sahara Occidental

En 2018, le Maroc a expédié 1,93 million de tonnes de phosphate du Sahara Occidental occupé, d'une valeur estimée à 164 millions de dollars. Trouvez dans le rapport tout ce que vous devez savoir sur les volumes, les valeurs, les navires et les clients.

08 avril 2019

Pris en flagrant délit au Sahara Occidental occupé

Plusieurs navires battant pavillon de l'UE ont ouvertement ignoré et violé le jugement de la Cour de justice de l'UE qui invalide l'accord de pêche UE-Maroc au Sahara Occidental. Les voici.

18 juillet 2018