Le salon allemand ne doit pas promouvoir Azura
Article image

Des organismes juridiques allemand et irlandais demandent à l'organisateur Messe Berlin de refuser Azura, le très controversé producteur français de tomates.
 

Publié 12 septembre 2019

Le 6 septembre 2019, le Global Legal Action Network (GLAN), basé en Irlande, et le Centre européen des droits constitutionnels et des droits de l'homme (ECCHR) ont publié une lettre ouverte à Messe Berlin GmbH, organisateur du grand salon Fruit Logistica, et à son médiateur.

La lettre souligne les possibles conduites illégales de l'un des exposants du salon et questionne les responsabilités de Messe Berlin au regard des Principes directeurs de l'ONU pour les entreprises et les droits de l'homme.

La société française Azura Group exporte des tomates du Sahara Occidental occupé vers l’Europe.

GLAN et ECCHR avait commenté dans un communiqué que Messe Berlin avait répondu mollement à leur demande de stopper la promotion d'Azura, raison pour laquelle les deux groupes ont décidé de publier leur correspondance.

Actualités

Voyez comme les plantations controversées ont explosé dans le désert

Sur la base d évaluations d’images satellites, WSRW a calculé le développement des plantations au Sahara Occidental occupé de 2003 jusqu'à aujourd'hui.
19 juillet 2016

Vos commerçants vendent-ils les tomates « volées » ?

La saison d'exportation de tomates du Maroc commence aujourd'hui. Mais certaines des tomates « marocaines » que vous trouverez bientôt sur les étals ont été cultivées illégalement dans un territoire sous occupation militaire. Vous avez repéré des tomates suspectes ? Aidez-nous à les identifier dans votre magasin !

27 septembre 2013

Les barons de la tomate au Sahara Occidental occupé

Qui profite de l'agro-industrie en plein essor dans les territoires occupés du Sahara Occidental ? Sûrement pas les Sahraouis.

25 juin 2012

Les consommateurs de l'UE complices de l’occupation sans le savoir

Le rapport de Western Sahara Resource Watch renseigne sur la façon dont des produits de l'agro-industrie controversée dans le territoire occupé, se retrouvent dans les paniers de clients européens non avertis.

18 juin 2012