Des consultants en énergie du Portugal cancres en géographie
Article image

La société portugaise Gesto a été mandatée par le Maroc pour explorer le potentiel géothermique du Sahara Occidental occupé - mais choisit de désigner le territoire tel que le fait le Maroc.
 

Publié 13 avril 2020

Gesto Energy, dont le siège est à Algés, au Portugal, est une entreprise internationale spécialisée dans le conseil en énergie et le développement de projets d'énergie renouvelable. En avril de l'année dernière, la compagnie a annoncé sur son site Internet avoir été sélectionnée pour "identifier et étudier des zones à potentiel géothermique dans les provinces du sud du Maroc sur une superficie de plus de 140 000 km2, correspondant au Sahara marocain".

gesto_300.jpg

Le 12 juillet 2019, Western Sahara Resource Watch et la Plateforme internationale de juristes pour le Timor oriental ont demandé à la société de se rétracter. Aucune réponse n'a été reçue et une nouvelle demande a été envoyée à l'entreprise le 8 avril 2020.

Dans la lettre, les deux ONG recommandent à Gesto de remettre toutes les données collectées sur le potentiel géothermique du Sahara Occidental occupé aux autorités sahraouies et aux Nations Unies.

L'entreprise controversée détient des intérêts dans des pays comme le Timor oriental, l'Angola et l'Afrique du Sud. La société n'a pas modifié son affirmation erronée sur son site Web après avoir reçu la lettre en 2019, et continue de faire référence au territoire du Sahara Occidental comme faisant partie du Maroc.

Les cartes figurant sur la page Web laissent peu de doute : la zone correspondant à l'étude couvre pratiquement toute la partie du Sahara Occidental qui est actuellement sous contrôle militaire marocain. Voir une capture d'écran de la carte, comme illustré sur la page Web de Gesto, à droite.

Cliquez sur l'image pour une version plus grande, ou téléchargez ici le site Web de Gesto.

En décembre 2019, Gesto a rapporté que son équipe avait collecté des échantillons d'eau et de gaz en novembre, faisant toujours référence à la région comme étant dans le sud du Maroc. [ou téléchargez]

Le projet de Gesto, selon son site Internet, porte le titre de travail "Réalisation d'une étude des potentialités géothermiques dans les provinces du Sud". Gesto a signé un contrat pour le projet avec l'ONHYM, l'Office national marocain du pétrole et des mines.

Déjà en 2012, l'ONHYM avait lancé un programme de recherche pour identifier des sites intéressants pour la production d'énergie géothermique, révélant deux zones à fort potentiel : le nord-est du Maroc proprement dit et les "bassins Tarfaya-Laayoune-Dakhla au sud du Maroc" - ce dernier en réalité correspondant à la zone du Sahara Occidental sous occupation marocaine. Gesto a été engagé en 2017 pour évaluer le potentiel dans le nord-est du Maroc. Cette étude a été achevée en 2018.

En 1975, le Maroc a envahi son voisin du sud et a continué à annexer des zones de plus en plus vastes pendant les années de guerre contre les Sahraouis - les habitants originaires du territoire. En 1991, l'ONU a négocié un cessez-le-feu et déployé une mission onusienne sur le territoire pour organiser un référendum d'autodétermination pour les Sahraouis. Bien que la Mission soit toujours présente sur le territoire, le référendum n'a jamais eu lieu en raison de l'obstination du Maroc à s'y opposer. Mais le droit des Sahraouis à l'autodétermination reste le principe fondamental qui guide les tentatives de l'ONU pour régler le conflit.

Le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination est également le fondement de décisions consécutives de la Cour de justice de l'Union européenne.

Actualités

Le gouvernement allemand ne financera pas les projets de Siemens Energy au Sahara Occidental

Le gouvernement allemand a précisé que son soutien financier à Siemens Energy comprendra une disposition excluant les projets de l’entreprise au "Sahara Occidental occupé par le Maroc".

06 décembre 2023

Les Compagnies doivent ignorer cet appel d’offres controversé

Les entreprises qui veulent être perçues comme respectant les droits de l'homme de manière responsable ne doivent pas répondre à un appel d'offres important pour le raccordement de la production marocaine illégale d'énergie au Sahara Occidental au réseau du Maroc, prévient WSRW.

28 novembre 2023

Les éoliennes ont échappé au radar attentif de la Compagnie maritime

Un navire sous contrôle norvégien est en train de décharger des éoliennes chinoises dans les îles Canaries. Grieg Maritime affirme que ses protocoles n'ont pas détecté que les éoliennes devaient être installées au Sahara Occidental occupé.

13 octobre 2023

WSRW demande à Engie de publier une étude de Global Diligence

L'évaluation controversée réalisée par Global Diligence au Sahara Occidental occupé pour un projet qui emploiera des milliers de colons marocains doit être publiée par la société française Engie, exige WSRW dans une lettre.

13 octobre 2023