La Banque mondiale en désaccord avec l'ONU sur le Sahara Occidental
Article image

La Banque mondiale semble aider le Maroc à promouvoir des projets d'énergie renouvelable au Sahara Occidental occupé, en ne faisant pas de distinction entre le territoire du Maroc et le territoire non autonome.

Lire aussi : la Banque mondiale a supprimé les cartes erronées

Publié 31. May 20

Plus tôt ce mois-ci, le 12 mai 2020, la Banque mondiale a publié sur sa page Web une carte illustrant le potentiel éolien offshore au Maroc [ou téléchargez]. La carte, intitulée "Offshore Wind Technical Potential in Morocco", était accessible via un site portail intitulé "Going Global: Expanding Offshore Wind to Emerging Markets (Vol. 57). Technical Potential for Offshore Wind in Morocco - Map (English)" [ ou télécharger].

Exactement trois minutes plus tard, un site portail complètement identique a été publié, mais cette fois avec une différence remarquable dans le titre : “Going Global: Expanding Offshore Wind to Emerging Markets (Vol. 58). Technical Potential for Offshore Wind in Morocco with Western Sahara – Map (English)”[ou télécharger]. Ici aussi, une carte peut être téléchargée, et bien qu'elle porte exactement le même titre que la carte disponible sur l'autre site portail - "Potentiel technique éolien offshore au Maroc" - cette carte montre le Maroc comme incluant le Sahara Occidental [ou télécharger].

Voir les deux cartes différentes ici, côte à côte.

Non seulement les deux cartes diffèrent en termes de territoires représentés, mais elles incluent également des données statistiques différentes. Alors que le potentiel éolien offshore pour le Maroc s'élève à 200 GW, ce nombre augmente considérablement à 538 GW en incluant le Sahara Occidental - révélant l'importance massive du Sahara Occidental pour le potentiel d'énergie renouvelable du Maroc.

Le résumé identique qui figure sur les deux pages du portail fait référence à une source unique pour les cartes et leurs données : une étude publiée par le Groupe de la Banque mondiale en octobre 2019, intitulée "Going Global : Expanding Offshore Wind to Emerging Markets". La version de cette étude qui est disponible sur la page Web de la Banque mondiale - portant la mention "Public Disclosure Authorized" - contient des informations sur le potentiel éolien offshore de huit pays, dont le Maroc. Les informations contenues dans l'étude - ou du moins dans la version accessible au public - représentent correctement les frontières internationales du Maroc. Un tableau à la page 30 du rapport indique même explicitement que les données incluses pour le Maroc sont "hors territoire contesté". Cette copie divulguée ne peut donc pas être la source de la carte qui relie le Sahara Occidental au Maroc.

Western Sahara Resource Watch (WSRW) a envoyé un courrier à la Banque mondiale pour se renseigner sur les deux cartes et sur la source des informations sur le potentiel éolien offshore du Sahara Occidental. WSRW a demandé à la Banque mondiale de retirer les fausses cartes qui ne correspondent pas à la version onusienne du territoire.

L'approche de la Banque mondiale de disposer de deux portails et cartes différents dédiés au potentiel éolien offshore du "Maroc" est surprenante. En 2014, après la publication par WSRW de l'un de ses rapports sur les projets marocains d'énergie renouvelable au Sahara Occidental occupé, la Banque mondiale avait répondu aux questions de Reuters qu'elle n'investirait pas dans de tels projets sur le territoire. Une position partagée par d'autres prêteurs multilatéraux comme la Banque européenne d'investissement et la banque allemande de développement KfW.

Actualités

Des câbles télécoms dans les eaux occupées

La société française Alcatel Submarine Networks SpA, détenue en partie par Nokia, a posé des câbles télécoms au Sahara Occidental occupé.

19. Apr 21

Rapport annuel : les clients du minerai du conflit du Sahara Occidental

L’Inde et la Nouvelle-Zélande se distinguent comme les principaux importateurs de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé, détaillé dans le dernier rapport annuel de WSRW sur le commerce controversé.

13. Apr 21

Voilà les questions auxquelles Siemens ne répondra pas

Lors de son assemblée générale annuelle, Siemens Gamesa s'est montré plus évasif que jamais en ce qui concerne les questions fondamentales sur l'implication de l'entreprise dans le Sahara Occidental occupé.

01. Apr 21

Thyssenkrupp poursuivra-t-il ses activités au Sahara Occidental ?

Le géant allemand de l'ingénierie industrielle reste évasif s'il va ou non se tenir à distance des futurs projets au Sahara Occidental occupé.

17. Mar 21