Voilà les détails de l’offre controversée
Article image
Les détails du projet énergie au Sahara Occidental occupé sont rendu public. Voyez ici.
Publié 17 juillet 2008


L’office National de l’Electricité (ONE) a lancé en juillet une invitation à expression d'intérêt et pré-qualification pour trois projets d'équipement solaires, deux d'entre eux sont basés au Sahara Occidental occupé (Dakhla et Boujdour), le troisième est basé au Maroc (Ouarzazate). L'offre a pour nom "l'Initiative Chourouk" et les documents du processus d’offre sont publiés en page d’accueil de l’ONE.

Les documents publiés expliquent tous les détails de l’offre controversée.

Voilà les details :
Voici une présentation générale de l'offre de Boujdour.
Et voici un document pdf avec with technical details of Boujdour project.
Voici une présentation générale de l'offre de Dakhla.
Et voici un document pdf avec les détails techniques de projet de Dakhla.
Le projet sera développé par un soi disant Independent Power Producer (IPP).
Cela signifie que la compagnie autorisée construira, exploitera et possédera l’usine pour une période de 20 ans.

Il y aura un accord d’achat de puissance entre la compagnie et l’ONE, par lequel l’ONE s’engage à acheter toute l’électricité produite pour 20 ans.

Ce plan signifie que les compagnies pré-qualifiées doivent avoir une structure financière significative pour être capables de faire face au projet avec les garanties nécessaires, pas seulement pour ONE, mais aussi pour les banques ou les entités financières qui financeraient le projet.

En outre, ces projets d'énergies renouvelables accordent aux compagnies qui les exécutent des “carbon credits”, qui peut être même utilisé pour financer le projet lui-même ou pour réduire/équilibrer leur quota en CO2.

Autant que WSRW sache, il n'est pas normal qu'un projet si compliqué et étendu soit diffusé en appel d’offre avec une date limite si proche. On demande aux compagnies de rendre leurs propositions avant le 21 juillet de cette année.

Les projets sont compris dans une stratégie d'initiative solaire qui projette de construire 500 MW jusqu'en 2015. La grandeur des projets est entre 1 et 3 MW pour Dakhla et entre 5 et 10 MW pour Boujdour.

La technologie de génération d'électricité est basée sur des panneaux (PV) Photovoltaïques.

L'investissement planifié pourrait fournir l'infrastructure nécessaire pour appuyer davantage l'industrie marocaine, le voisinage des colons illégaux et l’occupation du Sahara Occidental. L'ONU a précédemment demandé au Maroc de mettre fin à l'occupation du Sahara Occidental, et maintenant le Maroc offre dans le territoire occupé un contrat de 20 ans aux compagnies d'électricité mondiales. Comme WSRW l’a déjà écrit, le Maroc a présenté dans l'offre Dakhla et Boujdour comme étant dans "le Royaume du Maroc", en dépit du fait qu'aucun état dans le monde ne reconnaît la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental.

Selon la Cour Internationale de justice de la Haye, les revendications du Maroc sur le Sahara Occidental sont sans fondement. Lisez la déclaration ICJ ici.

Actualités

Énergie verte mais sale sur terres occupées

Comment peut-il être mauvais de développer les énergies renouvelables, dans un monde qui a désespérément besoin d'une transition verte ? Au Sahara Occidental, les problèmes sont nombreux.

21 juillet 2020

Les fonds de la BERD seront-ils utilisés au Sahara Occidental occupé ?

Alors que la BERD déploie des millions de nouveaux prêts pour la transition énergétique verte du Maroc, on ne sait toujours pas si la banque internationale financera également des entreprises controversées au Sahara Occidental occupé.

31 mars 2022

Les Sahraouis critiquent Siemens Gamesa lors de l'AG

Deux Sahraoui·e·s ont protesté contre le manque de réponses de Siemens Gamesa concernant son soutien à l'occupation, c’était hier lors de l'assemblée annuelle de l'entreprise.

25 mars 2022

Siemens Gamesa plante des arbres pour l'occupation

« Nous avons planté 808 arbres à Boujdour, au Maroc », se vante Siemens Gamesa, qui oublie pour la énième fois dans quel pays se situe en réalité son projet controversé.

25 mars 2022