Bientôt des exportations d’engrais du Sahara Occidental occupé
622461443d7fa_Phosboucraa_ElAaiun2021

Avec une grande usine d'engrais et un tout nouveau port, le Maroc va ouvrir un nouveau chapitre dans la saga controversée de son pillage du minerai de phosphate au Sahara Occidental occupé.

05 avril 2022

Demain 6 avril 2022, WSRW publiera son rapport annuel sur le commerce du phosphate du Sahara Occidental occupé, P pour Pillage 2022. Suivez ce site web.

Photo ci-dessus prise en 2021. Ce qui sera très probablement une nouvelle tour de contrôle. La construction est à quelques centaines de mètres de l'emplacement du nouveau port de phosphate, côté nord, aux coordonnées 27°02'21.2"N 13°26'05.3"W.

En 2023, le Maroc prévoit d’avoir achevé un nouveau port et une usine de production d'engrais au Sahara Occidental occupé.

L'investissement comprend un nouveau port abrité, un quai et une grande unité de production pour traiter les phosphates bruts.

Photo: APSO

« C'est une mauvaise nouvelle pour les principes du droit international. Le Maroc n'a absolument aucun droit d'exporter ces minerais du territoire qu'il maintient sous occupation », a déclaré Morten Nielsen de Western Sahara Resource Watch. 

Il y a fondamentalement deux problèmes.

« Avec une nouvelle usine d'engrais, le Maroc sera en mesure d'exporter une gamme plus large de produits phosphatés vers de nouveaux marchés qui n'ont pas encore été entraînés dans le conflit. Cela pourrait avoir des conséquences politiques, sabotant davantage le processus de paix de l'ONU qui vise à assurer l'autodétermination du peuple sahraoui. Deuxièmement, le Maroc pourra désormais tirer davantage de revenus de la mine, en exportant davantage de produits à valeur ajoutée », a déclaré Nilsen soulignant qu'il est profondément problématique que des sociétés d'ingénierie internationales aient aidé le Maroc dans son entreprise illégale et politiquement controversée de pillage des minéraux du peuple sahraoui.

L'objectif global de l'investissement est de diversifier les opérations de Phosboucraa, de l'exportation de matières premières à la production de produits intermédiaires et d'engrais à base de phosphate.

Au Sahara Occidental occupé, la nouvelle usine de phosphate et la structure portuaire seront achevées en 2023.

Selon l'entreprise publique marocaine qui gère la mine, l’OCP, l'investissement de 2,2 milliards de dollars prévoit la construction d'une usine chimique d'une capacité de production d'un million de tonnes d'engrais par an. L'installation serait équipée d'une unité de production d'acide sulfurique et phosphorique et d'une unité de granulation. Parallèlement à cela, un nouveau port serait développé, en plus d'une unité de lavage et d'installations de stockage, tandis que de nouvelles méthodes d'extraction seraient introduites sur le site minier lui-même.

Un récent document officiel de l'OCP [ou à télécharger] confirme que les travaux sur le nouveau port de phosphate et la station de lavage sont actuellement en cours. Ceci est également vérifié par des sources locales et des images satellites. L'entreprise indique qu'elle « envisage » de nouvelles capacités de stockage et de manutention, une nouvelle usine de séchage dédiée à l'exportation et réitère l'intention de développer « une unité de production d'engrais entièrement intégrée qui devrait démarrer ses opérations d'ici 2023 avec une capacité d'un million de tonnes ».

Photo: APSO

En 2020, l’OCP a également signalé avoir déployé un procédé de flottation inversée à Bou Craa pour enrichir le phosphate à faible teneur en phosphore, afin de le rendre économiquement plus viable et exploitable. Cela corrobore les déclarations antérieures de l'OCP selon lesquelles il procédait à l'exploitation des couches plus profondes de la mine à ciel ouvert, qui seraient de moindre qualité.

Parallèlement à l'expansion des opérations de Phosboucraa, un pôle scientifique axé sur le développement des « provinces du sud » baptisé Technopole est également en cours de développement à Foum El Oued sur un terrain de 600 ha.

La principale entreprise impliquée dans la construction du port est Archirodon des Pays-Bas/Grèce. L'entreprise a indiqué que ses travaux pour Phosboucraa se déroulaient au « Maroc », et devaient durer de 2019 à 2023 sur la base d'un contrat d'une valeur de 450 millions de dollars. Archirodon n'a pas répondu aux courriers de WSRW en 2019 et 2022.

En 2016, le roi du Maroc a inauguré une série de projets structurants dans et à proximité du port phosphatier d'El Aaiún, d'où l’OCP n'exporte actuellement que du minerai de phosphate.

Les autres entreprises impliquées dans la construction du nouveau port sont :

  • Eccher/DEAL (Italie). La filiale d'Eccher, DEAL, a été engagée pour fournir un équipement spécial pour la construction d'une jetée. Il a déclaré « qu'un nouveau pont de 3,2 km de long sera construit pour accéder aux structures d'accostage ». Aucune réponse au courrier de WSRW en 2022.
  • SYSTRA (France). Engagé pour faire un pont par rapport au quai. Aucune réponse au courrier de WSRW en 2022.
  • TERRASOL (France). A travaillé avec Setec Maroc pour Jesa Team Maroc, sur les fondations du viaduc maritime permettant l'accès depuis la terre à une vaste zone portuaire de quais. Aucune réponse au courrier de WSRW en 2022.
  • Bygging-Uddemann AB (Suède). Fourniture d'équipements à Archirodon pour la construction de caissons. WSRW et Emmaüs Stockholm ont écrit à l'entreprise en 2022. L'entreprise a expliqué qu'elle avait fourni l'équipement « avec un point de livraison à Casablanca, Maroc ». WSRW et Emmaüs Stockholm ont demandé le 30 mars à quel moment il était devenu clair pour l'entreprise que le travail allait être effectué au Sahara Occidental. Pas de réponse.
  • Groupe Jan de Nul (Belgique). Dragage entrepris [ou à télécharger].
  • Kataskevastiki J. Dimitriou Ltd (Grèce). Équipement sous-marin fourni [ou à télécharger].
  • Geotehnika SARL (Maroc). Réalisation de 50 forages de 33 mètres pour Archirodon [ou à télécharger].
  • COWI A/S (Danemark). A signé un accord de conseil en 2019 avec « un entrepreneur international privé » et n’a identifié « aucun obstacle juridique » pour le projet. La société n'a cependant pas répondu à la plupart des questions de WSRW.
  • Négri France (France). Réalisation de 90 sondages géotechniques [ou à télécharger]. Aucune réponse au courrier de WSRW en 2022.
  • Groupe Tectone (Maroc). Supervision des reconnaissances géotechniques. Voir le site ici [ou télécharger], ici [ou télécharger], ici [ou télécharger], ici [ou télécharger] et ici [ou télécharger]

Autre implication récente liée au port ou à l'export :

Construction du nouveau port de phosphate, 2021.
Construction du nouveau port de phosphate, 2021.
Actualités

Le phosphate du conflit - quatre décennies de pillage

Depuis plus de 40 ans, une entreprise nationale marocaine exporte du minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé.

06 avril 2022

Une compagnie allemande renvoie la responsabilité vers le client

La compagnie allemande ifm a déclaré hier sur Twitter qu'elle ne peut pas toujours savoir où ses produits finissent par être utilisés. Nous les avons trouvés au Sahara Occidental.

14 avril 2022

Nouveau rapport : le Mexique 1er partenaire du pillage

Notre dernier rapport annuel sur le commerce du phosphate du Sahara Occidental occupé montre que le Mexique prendra bientôt le relais de l'Inde comme client le plus important du minerai de territoire en conflit.

06 avril 2022

Israël reçoit la 1ère cargaison de minerais du Sahara Occidental occupé

Alors que le gouvernement marocain participe à un sommet en Israël, y arrive une toute première exportation de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé.

28 mars 2022