Les fonds de la BERD seront-ils utilisés au Sahara Occidental occupé ?
ebrd_london_610

Alors que la BERD déploie des millions de nouveaux prêts pour la transition énergétique verte du Maroc, on ne sait toujours pas si la banque internationale financera également des entreprises controversées au Sahara Occidental occupé.

31 mars 2022

Le 16 février de cette année, la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) a annoncé un vaste programme de soutien aux entreprises au Maroc pour son importante transition énergétique. Cependant, cet argent sera-t-il utilisé au Sahara Occidental occupé ?

La banque a été vague à ce sujet dans le passé, comme le montre la correspondance entre la banque basée à Londres et Western Sahara Campaign UK. Voir la correspondance complète ci-dessous.

La banque a esquivé les questions liées à sa compréhension de la portée géographique de son pays membre, le Maroc. Ceci alors qu'elle a laissé entendre, à plusieurs reprises, qu'elle pourrait, en fait, autoriser des projets dans le territoire occupé, en dehors des frontières internationalement reconnues du Maroc. En 2014, la BERD a même signalé qu'elle avait soutenu une entreprise d'exportation de produits de la pêche à El Aaiun, situant l'usine à « Laayoune au Maroc ».

Le nouveau prêt important est consenti en collaboration avec le Fonds vert pour le climat et l'Union Européenne. Il s'agit « d'apporter une enveloppe financière pouvant aller jusqu'à 25 millions d'euros au Crédit du Maroc pour accélérer la transition verte du Maroc ». La BERD a expliqué que 18,75 millions d'euros proviendront de la BERD, tandis que 6,25 millions d'euros proviendront du Fonds vert pour le climat.

Un bureau du Crédit Agricole à El Aaiún, Sahara occidental occupé.

Le prêt est accordé au Crédit du Maroc qui assurera le déploiement du programme. Le Crédit du Maroc est une filiale du Crédit Agricole, qui répertorie à son tour six agences en territoire occupé. Western Sahara Resource Watch (WSRW) a écrit au Crédit Agricole en décembre 2021 concernant sa présence au Sahara Occidental, mais la société n'a pas encore répondu.

Le contenu du mécanisme de financement de l'économie verte de la BERD est résumé sur un site Web de la BERD consacré au programme. Les fonds seront « prêtés aux petites et moyennes entreprises et aux sociétés pour des investissements dans les technologies d'atténuation et d'adaptation au changement climatique ».

C'est la quatrième fois que la BERD accorde un prêt important pour la transition énergétique du Maroc. En 2021 et 2022, au total 50 millions d'euros de prêts non garantis ont été accordés aux deux banques marocaines Société Générale Maroc et BMCI - les deux banques ayant des bureaux dans le territoire occupé. En 2019, un prêt a été accordé à la banque marocaine BMCE, qui n'a pas répondu à un courrier de Western Sahara Campaign UK. L'intégralité de la correspondance ci-dessous traite de definition par la BERD des lieux d’utilisation de ces fonds dans le cadre BERD-BMCE.

En 2015, lorsque la BERD révisait sa stratégie pays pour le Maroc, WSRW a soumis un certain nombre de remarques sur le projet de stratégie. Les remarques ont été prises en compte par la banque, mais aucune précision n'a été apportée quant à la portée géographique de la stratégie.

Le 28 mars 2022, la BERD a annoncé qu'elle tiendrait sa prochaine assemblée annuelle à Marrakech, en mai. La banque est moins floue dans son approche des parties occupées de l'Ukraine, condamnant l'invasion russe. Un document du département politique du Parlement européen appelle à une approche cohérente de l'UE face aux occupations dans le voisinage de l'UE, comme la Crimée et le Sahara Occidental.

L'invasion illégale et brutale du Sahara Occidental par le Maroc a provoqué la fuite de la moitié de la population du territoire. Le Maroc nie au peuple sahraoui le droit à l'autodétermination et le respect de ses droits humains fondamentaux.

La Banque européenne d'investissement, la Commission Européenne et la Banque allemande de développement ont clairement indiqué qu'elles ne pouvaient pas soutenir des projets au Sahara Occidental occupé.

 

 

La correspondance BERD – Western Sahara Campaign UK

  • WSCUK à la BERD le 22 janvier 2019. WSC-UK demande si la stratégie pays pour le Maroc est applicable au territoire du « Maroc », tel que défini par la CJUE, ou si elle s'applique également aux zones situées en dehors des frontières internationalement reconnues et quels mécanismes sont en place pour « assurer que les fonds prêtés à la BCME ne financent pas finalement des projets dans le territoire occupé que le Maroc maintient sous occupation militaire ».
  • La BERD à WSCUK le 4 février 2019. La banque mentionne que sa stratégie s'applique au « Maroc » ; mais sans donner plus de précisions sur ce que cela signifie pour eux. La BERD n'a pas répondu aux deux questions ci-dessus. La banque souligne que les sous-projets qui relèvent de son soutien doivent être « examinés par la BERD ».
  • WSCUK à la BERD le 7 mars 2019. La BERD n'ayant pas répondu clairement sur la portée de l'application géographique de son soutien, ces questions ont été répétées. Il a également été demandé si la BERD avait examiné « tous les projets qui sont ou étaient partiellement ou entièrement mis en œuvre et/ou applicables au territoire », et quel était le résultat de cet examen dans ce cas.
  • La BERD à WSCUK le 27 mars 2019. La banque ne répond à aucune des questions. Au lieu de cela, elle note que « bien que la BERD ait pris note des principales résolutions de l'ONU concernant la question du Sahara Occidental lors de l'élaboration de sa stratégie pays pour le Maroc, la BERD en tant qu'institution financière internationale ne prend pas position ou n'exprime pas de point de vue formel concernant le statut des territoires disputés. Sans préjudice de ce qui précède, la Banque réitère que l'actuelle stratégie pays pour le Maroc n'envisage pas d'opérations d'investissement de la BERD au Sahara Occidental ».
  • WSCUK à la BERD le 29 mai 2020. WSCUK demande pourquoi la BERD qualifie le territoire de « contesté » compte tenu du statut juridique clair du territoire. L'organisation pose cinq autres questions :
    « Craignant que la BERD ne perçoive le territoire différemment des tribunaux internationaux, nous avons pris la liberté d'examiner l’abord du Sahara Occidental par la BERD dans d'autres contextes sur son site Web. Cette recherche nous a amenés à vous poser les questions ci-dessous. Nous vous serions reconnaissants de fournir des réponses séparées pour chacun des points que nous soulevons :

    En 2018, la BERD a publié un rapport intitulé « La base d'investisseurs des marchés des valeurs mobilières dans la région de la BERD ». D'après ce que nous comprenons, la BERD définit le Maroc comme faisant partie de la région dans laquelle elle travaille. Le rapport mentionné comprend une référence à la banque « Banque Populaire de Laâyoune ». Voir : https://www.wsrw.org/files/dated/2020-04-09/ipreo_ebrd_report_13.04.18.pdf
    1. La BERD est-elle d'avis que la ville d'El Aaiun – qui est le siège de cette société particulière – est située dans ce qu'elle appelle la « région de la BERD » ?
    Une présentation de la BERD donnée à Casablanca en 2014 indique que « Laâyoune » est située au Maroc. Il indique en outre que le programme de facilitation des échanges (TFP) de la BERD a aidé une société du nom d'Iglo Fish, située au Sahara Occidental, à exporter du poisson congelé vers un importateur en Roumanie. « Iglo Fish SA. basé à Laayoune au Maroc vend des sardines congelées à un importateur basé à Bucarest en Roumanie. OTP Bank Romania émet une lettre de crédit, confirmée par BMCE Bank au Maroc. La BERD garantit jusqu’à 100% du risque de défaut de paiement commercial et politique. » https://www.wsrw.org/files/dated/2020-04-09/ebrd2015.pdf
    2. Les informations présentées dans le document ci-dessus sont-elles exactes ? La BERD a facilité le commerce pour cette entreprise en particulier ? Si oui, continue-t-il de le faire ?
    Selon votre site Internet, les garanties TFP « sont fournies aux banques commerciales internationales, couvrant ainsi le risque politique et commercial du paiement des transactions effectuées par les banques émettrices dans les pays d'opérations de la BERD ». Il est mis en place pour faciliter les échanges « vers, depuis et entre les pays de la BERD ». Il existe 26 pays de ce type.
    3. La BERD considère-t-elle que la société mentionnée dans la présentation de la BERD ci-dessus, Iglo Fish SA, est située dans l'un de ces 26 pays ?
    4. D'autres entreprises implantées au Sahara Occidental ont-elles reçu une telle assistance au cours de la dernière décennie ? Si oui, quelles entreprises et dans quel but ?
    5. Compte tenu de la déclaration de la CIJ selon laquelle les revendications du Maroc sur le Sahara Occidental ne sont pas fondées, que la CJUE qualifie le Sahara Occidental de « séparé et distinct » du territoire du Maroc et que la CJUE déclare que le consentement doit être obtenu lors de la négociation pour des activités sur le territoire : La BERD a-t-elle demandé l'accord du peuple du Sahara Occidental pour faciliter le commerce sur son territoire ?
     
  • La BERD à WSCUK le 25 juin 2020. Aucune des questions concernant la limitation géographique du Maroc par rapport au Sahara Occidental n'a été abordée. Concernant le soutien à Iglo Fish, la BERD a écrit : « La BERD n'a aucun engagement en cours avec la société déclarée, Iglo Fish SA au Sahara Occidental dans la ville d'El Aaiun. Chaque projet est examiné au cours de la phase de développement, qui comprend des examens environnementaux, sociaux et politiques. Les communautés locales sont engagées lorsque des plans d'engagement des parties prenantes sont élaborés ».
Actualités

Le gouvernement allemand ne soutient pas le business au Sahara

Le gouvernement allemand a précisé qu'aucune garantie de crédit à l'exportation ne peut être accordée aux projets au Sahara Occidental.

24 janvier 2018

Les prêteurs UE évitent le Sahara controversé, le Maroc mire la Chine

Plusieurs grandes banques européennes d'investissement ont indiqué qu'elles ne financeront pas de projets d'énergie renouvelable au Sahara Occidental occupé. Conséquence, le Maroc est obligé de chercher d'autres bailleurs de fonds, moins inspirés éthiquement.

24 février 2014

La BERD approuve d’autres millions très douteux

La BERD va accorder 25 millions d'euros de prêts à une autre banque marocaine, pour des projets qui risquent d'être situés au Sahara Occidental occupé.

13 juin 2022

Énergie verte mais sale sur terres occupées

Comment peut-il être mauvais de développer les énergies renouvelables, dans un monde qui a désespérément besoin d'une transition verte ? Au Sahara Occidental, les problèmes sont nombreux.

21 juillet 2020