Les éoliennes ont échappé au radar attentif de la Compagnie maritime
6528f03ab49db_StarLygra_12.10.2013f

Un navire sous contrôle norvégien est en train de décharger des éoliennes chinoises dans les îles Canaries. Grieg Maritime affirme que ses protocoles n'ont pas détecté que les éoliennes devaient être installées au Sahara Occidental occupé.

13 octobre 2023

Toutes les images et vidéos de cet article peuvent être utilisées librement. Cliquez sur « télécharger » pour les versions haute résolution. Sur certaines photos, on peut voir au premier plan des piles de bateaux en bois facilement reconnaissables, que les migrants africains utilisent pour se rendre aux îles Canaries.

Western Sahara Resource Watch (WSRW) a reçu des photos prises hier 12 octobre 2023, du Star Lygra, un navire sous contrôle norvégien, se trouvant à l'intérieur d'une installation portuaire fermée à Tenerife. Les photographies montrent des mâts et des pales géantes en cours de déchargement. Après quelques jours de transit aux îles Canaries, les éoliennes seront transportées par un plus petit cargo vers le Sahara Occidental occupé.

Là, les composants seront utilisés par les autorités marocaines pour un projet qui conduira à l'installation d'un grand nombre de Marocains sur le territoire.

Grieg Maritime et sa société d'exploitation G2 Ocean ont des protocoles destinés à empêcher leurs navires de faire escale au Sahara Occidental, et la compagnie maritime admet qu'elles ont été un peu prises au dépourvu.

"Nous avons des protocoles qui garantissent que nos navires ne naviguent pas vers le Sahara Occidental", a écrit le responsable des communications Sveinung Tvedt au Comité norvégien de soutien au Sahara Occidental.

"Cela est prévu, entre autres, dans les chartes-parties qui régissent la manière dont notre branche commerciale, G2 Ocean, utilise les navires. Dans le même temps, les protocoles n'ont pas permis de connaitre suffisamment bien le transport ultérieur avec d'autres transporteurs, et c'est quelque chose que nous avons déjà commencé à examiner", a-t-il écrit.

Les éoliennes sont fabriquées par le chinois Envision Energy, commandées plus tôt cette année par la société française Engie.

Engie qualifie le territoire de marocain et refuse de répondre aux questions de WSRW concernant l'opération. Le projet d'Engie est réalisé en collaboration avec la société marocaine Nareva, propriété du roi du Maroc. Le projet d'Engie consiste à produire de l'énergie pour alimenter une usine de dessalement d'eau de mer, qui à son tour irriguera des zones agricoles gigantesques et totalement nouvelles dans le territoire occupé. Une analyse environnementale récemment divulguée montre que les projets entraîneront une forte immigration dans la région. Selon les Conventions de Genève, le Maroc n'est pas autorisé à déplacer sa propre population dans la zone qu'il occupe. Mais il le fait quand même.

Le Star Lygra est le dernier navire d'une flotte qui a transporté les douze éoliennes de la Chine vers les îles Canaries. Plusieurs des composants arrivés dans l'archipel depuis septembre ont déjà été acheminés vers le Sahara Occidental ces derniers jours.

"Le client et la destination sont évalués avant que nous acceptions une mission de transport, et nous avons une liste de destinations vers lesquelles nos navires ne doivent pas naviguer - le Sahara Occidental en fait partie. Mais la destination finale du ou des articles est quelque chose de G2 Ocean ne demande qu'occasionnellement. La raison en est que la grande majorité de ce que nous transportons sont des matières premières ou des produits semi-finis, et ceux-ci seront acheminés vers d'innombrables endroits après le déchargement. La propriété de la cargaison peut changer aussi bien pendant qu'elle est à bord de nos navires qu'après son déchargement. En conséquence, très souvent, notre client ne peut pas dire avec certitude si et vers où la cargaison sera transportée", a expliqué Tvedt.

"Dans le bon de réservation envoyé à G2 Ocean, il n'est rien dit de la cargaison à expédier, et le champ concernant l'expédition est également vide", précise la compagnie maritime.

Grieg Maritime a expliqué au Comité norvégien de soutien au Sahara Occidental que Star Lygra appartient au chinois CMBFL, loué sur un bateau dit sans équipage à Grieg Shipping II (qui fait partie du groupe Grieg Maritime). Grieg Star de GMG gère le navire, tandis que G2 Ocean est un opérateur commercial. Le navire a quitté le port de Taicang en Chine le 30 août 2023.

Grieg Maritime précise que G2 Ocean - qui appartient en partie à Grieg - a la même position concernant le Sahara Occidental. "Les chartes indiquent clairement que nos navires ne doivent pas naviguer vers le Sahara Occidental, et cela fait également partie des protocoles de G2 Ocean", a déclaré la compagnie maritime.

G2 Ocean est la société opérationnelle commune de Grieg et Gearbulk. Cette dernière compagnie maritime a été pendant plusieurs années fortement impliquée dans le transport de minerais de la zone en conflit du Sahara Occidental occupé vers la Nouvelle-Zélande, jusque vers 2012/2013. Aucun transport Gearbulk du genre n’a été signalé depuis lors.

Télécharger la vidéo. 

Télécharger
Télécharger
Télécharger
Télécharger
Télécharger
Télécharger
Télécharger
Télécharger
Télécharger
Télécharger
Télécharger
Télécharger
Télécharger
Télécharger
Télécharger
Télécharger

Puisque vous êtes là....

Le travail de WSRW est plus que jamais lu et utilisé. Nous travaillons de manière totalement indépendante et dans une large mesure bénévolement. Notre travail demande du temps, du dévouement et de la rigueur. Mais nous le faisons parce que nous pensons que c'est important - et nous espérons que vous aussi. Si vous souhaitez contribuer à notre travail par un efficace don mensuel - 3 €, 5 €, 8 € ou ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW serait beaucoup plus sûr. Et vous pouvez rapidement effectuer ce don mensuel à WSRW en suivant les instructions.

Actualités

WSRW demande à Engie de publier une étude de Global Diligence

L'évaluation controversée réalisée par Global Diligence au Sahara Occidental occupé pour un projet qui emploiera des milliers de colons marocains doit être publiée par la société française Engie, exige WSRW dans une lettre.

13 octobre 2023

Nouvelle infrastructure énergétique controversée bientôt au Sahara

Le gouvernement marocain a ouvert un appel d'offre relativement important à Dakhla au Sahara Occidental.

17 mars 2017

Premier bilan des importations de gaz au Sahara Occidental occupé

L'an dernier, 50 000 tonnes de gaz liquéfié sont arrivées au Sahara Occidental occupé, selon notre premier bilan de ce commerce clé.
04 mai 2020

Nouveau rapport : division par deux du commerce du phosphate du Sahara

Les exportations de minerais de phosphate du Sahara Occidental occupé n'ont jamais été aussi faibles qu'en 2019. Cela est révélé dans le nouveau rapport WSRW P pour Pillage, publié aujourd'hui, 24 février 2020.

24 février 2020