Les supermarchés suisses interdisent les produits du Sahara Occidental

Les statistiques commerciales suisses révèlent que 2019 a été la première année sans importations de fruits et légumes en provenance du Sahara Occidental occupé.

Publié 03. July 20

Les trois plus grands détaillants suisses - Coop, Migros et Denner - ont banni de leurs rayons les produits agricoles cultivés dans la dernière colonie d'Afrique. Cela ressort clairement des statistiques du commerce extérieur suisse qui ne montrent aucune importation du territoire pour 2019.

Migros et Denner ont tous deux confirmé à l'ONG suisse Terre des hommes schweiz qu'ils n'ont acheté aucun produit du Sahara Occidental en 2019 et qu'ils continueront de le faire à l'avenir. Ils ont suivi l'exemple de Coop, qui avait cessé en 2017 de vendre des produits du territoire occupé, invoquant des préoccupations écologiques dans sa lettre à WSRW. Migros dit qu'après "des clarifications et des avis juridiques approfondis" en 2017, ils ont décidé "de s'abstenir d'acheter des produits dans des zones occupées conformément au droit international" - une description qui correspond au Sahara Occidental, dit le supermarché. Selon Denner, leur la décision d'arrêter les achats a été prise en décembre 2017.

L’industrie agricole marocaine au Sahara Occidental occupé a été révélée pour la première fois dans le rapport de WSRW "Etiquette et responsabilité". De grandes plantations situées près de la ville de Dakhla, le long de la côte du Sahara Occidental, épuisent les réserves souterraines d'eau de la région pour produire des fruits et légumes destinés à l'exportation. Etiquetés d'origine "Maroc", les melons et les tomates cultivés dans le territoire occupé sont devenus des instruments politiques pour le Maroc, prétendant gagner par le commerce une reconnaissance de sa revendication impossible du Sahara Occidental.

Mais la stratégie du Maroc n'a pas fonctionné sur la Suisse. Le Conseil fédéral suisse a déclaré formellement à plusieurs reprises qu'il ne considérait pas que son accord de libre-échange avec le Maroc s'appliquait à la grande partie du Sahara Occidental sous occupation marocaine. La clarté de la Suisse (et des autres États membres de l'Association européenne de libre-échange (AELE)) a été évoquée le 13 septembre 2016 dans la déclaration de l'avocat général de l'UE concernant l'affaire UE-Maroc devant la Cour de justice de la Union européenne (CJUE). En décembre 2016, la CJUE a jugé que l'accord commercial UE-Maroc ne pouvait pas être appliqué au Sahara Occidental, le Maroc n'ayant ni souveraineté ni mandat international pour administrer le territoire.

En 2016, la question a attiré l'attention des médias en Suisse. Alors que Coop a interdit assez rapidement les tomates cerises du Sahara Occidental, Migros et Denner ont initialement soutenu qu'il suffisait de communiquer correctement l'origine des produits aux clients. Cependant, ce n'était pas toujours le cas et les étiquettes sur les tomates du Sahara Occidental faisaient souvent référence au Maroc comme pays d'origine.

Le succès de la campagne de Terre des hommes schweiz a incité les supermarchés suisses à changer de position. Cette même année, les statistiques suisses du commerce extérieur ont introduit la catégorie "Sahara Occidental" pour déclarer l'origine des importations.

Cependant, il reste difficile pour les importateurs de faire une déclaration correcte dans la pratique puisque le Maroc refuse d'étiqueter correctement les produits du Sahara Occidental. La prudence est donc de mise lors de l'interprétation des statistiques du commerce extérieur, mais elles montrent néanmoins que 2019 a été la première année où aucun melon ou tomate du territoire occupé n'a été importé en Suisse.

Le seul détaillant suisse qui ne correspond pas à la position désormais partagée de Coop, Migros et Denner est Volg, qui déclare qu'il vendra des tomates de la région dans des cas exceptionnels et étiquetera correctement les produits dans ses magasins.

Actualités

Des câbles télécoms dans les eaux occupées

La société française Alcatel Submarine Networks SpA, détenue en partie par Nokia, a posé des câbles télécoms au Sahara Occidental occupé.

19. April 21

Rapport annuel : les clients du minerai du conflit du Sahara Occidental

L’Inde et la Nouvelle-Zélande se distinguent comme les principaux importateurs de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé, détaillé dans le dernier rapport annuel de WSRW sur le commerce controversé.

13. April 21

Voilà les questions auxquelles Siemens ne répondra pas

Lors de son assemblée générale annuelle, Siemens Gamesa s'est montré plus évasif que jamais en ce qui concerne les questions fondamentales sur l'implication de l'entreprise dans le Sahara Occidental occupé.

01. April 21

Thyssenkrupp poursuivra-t-il ses activités au Sahara Occidental ?

Le géant allemand de l'ingénierie industrielle reste évasif s'il va ou non se tenir à distance des futurs projets au Sahara Occidental occupé.

17. March 21