Russie : accord de pêche avec le Maroc alors que la guerre reprend

Grâce à cet accord, les chalutiers russes pêcheront exclusivement dans les eaux au large du Sahara Occidental occupé, actuellement en guerre.

Publié 07. December 20

Ci-dessus : Quelques-uns des navires de la flotte de pêche russe observés en train d'attendre à Arinaga, aux îles Canaries, le 12 octobre 2020.

Le vendredi 27 novembre, le ministère marocain de l'agriculture a annoncé que le Maroc et la Russie avaient signé un nouvel accord de pêche [ou téléchargement]. L'accord précédent avait expiré en mars de cette année. Le gouvernement marocain a adopté l'accord le 3 décembre, ce qui a donné le feu vert final au démarrage de la pêche [ou au téléchargement].

L'accord prévoit un cadre permettant à 10 chalutiers russes de pêcher les petits pélagiques - qui doivent être principalement capturés dans les eaux au large du Sahara Occidental, occupé militairement par le Maroc depuis 1975. Le gouvernement russe y a fait référence sur son site web le 3 décembre, déclarant que l'accord avait été élaboré et conclu lors de réunions en ligne en septembre-octobre.

Le 13 novembre 2020, suite à la violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu de 1991 négocié par l'ONU, le conflit armé a repris au Sahara Occidental occupé. L'armée marocaine a pénétré dans une zone située à l'extrême sud du Sahara Occidental - Guerguerat - où toute présence militaire est strictement interdite d'après les termes du cessez-le-feu. Le point de passage de Guerguerat, une bande de 5 km de no man's land entre le mur de défense militaire du Maroc et la frontière de la Mauritanie, est principalement utilisé pour le transport de marchandises, y compris le poisson pêché au Sahara Occidental occupé, qui est ensuite transporté en Mauritanie.

La Russie a été le premier des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies à réagir à la reprise de la guerre, soulignant que son "approche de principe cohérente du conflit du Sahara Occidental est qu'une paix juste et durable peut être réalisée exclusivement par des moyens politiques basés sur le droit international".

"Une déclaration remarquable, étant donné que les opérations de pêche de la Russie dans les territoires occupés n'ont pas le consentement du peuple du Sahara Occidental, contrairement à ce qu'exige le droit international", déclare Sara Eyckmans de Western Sahara Resource Watch. "Étant donné que la guerre a repris au Sahara Occidental, conséquence directe du pillage du territoire par le Maroc, nous appelons la Russie à suspendre ce nouvel accord, et à s'abstenir de toute activité au Sahara Occidental jusqu'à ce que le conflit ait été réglé conformément au droit international", a déclaré Mme Eyckmans.

Des médias marocains rapportent qu'une commission mixte se réunira avant le début des activités de pêche afin de fixer le quota des navires russes pour la première année d'application de l'accord, et fixera également toutes les dispositions techniques et financières pour la mise en œuvre de l'accord.

WSRW n'a pas encore vu le texte de l'accord signé, mais a en mai publié une traduction anglaise du projet d'accord du gouvernement russe. La traduction non officielle est faite avec des modifications de suivi, afin de mettre en évidence tous les amendements apportés à la version précédente de l'accord de 2016. Comme on peut le voir, il n'y a pas de changements particuliers du projet d'accord par rapport à l'accord précédent.

Dans le cadre du précédent accord 2016-2020, la Russie accordait au Maroc une compensation annuelle fixe de 7 millions de dollars US. En outre, les propriétaires de navires russes payait un droit de licence de 17,5 % de la valeur totale du poisson pêché, calculé sur la base des prix suivants pour chaque type de produits de la pêche : poissons congelés à 596 $US/tonnes ; prises accessoires à 1 344 $/t ; farine de poisson à 1 176 $/t et huile de poisson à 1 008 $/t. En contrepartie, 10 chalutiers russes pouvaient capturer 140 000 tonnes de poisson au cours de la première année de fonctionnement de l'accord. Tant les quotas que le nombre de chalutiers ont été revus chaque année.

Le premier accord de pêche de la Russie avec le Maroc remonte à 1992. L'accord nouvellement signé est le huitième du genre.
 

Actualités

Rapport annuel : les clients du minerai du conflit du Sahara Occidental

L’Inde et la Nouvelle-Zélande se distinguent comme les principaux importateurs de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé, détaillé dans le dernier rapport annuel de WSRW sur le commerce controversé.

13. April 21

Voilà les questions auxquelles Siemens ne répondra pas

Lors de son assemblée générale annuelle, Siemens Gamesa s'est montré plus évasif que jamais en ce qui concerne les questions fondamentales sur l'implication de l'entreprise dans le Sahara Occidental occupé.

01. April 21

Thyssenkrupp poursuivra-t-il ses activités au Sahara Occidental ?

Le géant allemand de l'ingénierie industrielle reste évasif s'il va ou non se tenir à distance des futurs projets au Sahara Occidental occupé.

17. March 21

ENGIE et Global Diligence lancent une "consultation" secrète

La compagnie française ENGIE va construire des infrastructures au Sahara Occidental et a engagé le cabinet de conseil Global Diligence pour blanchir ses opérations avec la puissance occupante.

16. March 21