Une société chinoise fournira des éoliennes à Engie
645f40fea0ae6_ElliLorz_IMG_0224

L'entreprise chinoise Envision Energy va fournir à Engie les composants d'éoliennes pour son parc éolien controversé près de Dakhla au Sahara Occidental occupé.

22 mai 2023

Photo : A l'horizon se trouve l'une des plantations des « Domaines Agricoles » (ex-Domaines Royaux), près de Dakhla, au Sahara Occidental occupé. La plantation, propriété du roi du Maroc, sera l'un des bénéficiaires du projet de dessalement d'Engie - et d'un nouveau parc éolien - en territoire occupé. Photo @ElliLorz.

Le 10 mai, la société chinoise Envision Energy a annoncé qu'elle fournirait des éoliennes pour une puissance de 60 MW du projet de dessalement à énergie éolienne détenu conjointement par le géant français de l'énergie Engie et par Nareva, la société de production d'énergie du roi du Maroc.

Les travaux de construction d'Engie sont déjà en cours, selon l'une des entreprises contractantes, publié le 13 mai 2023.

Dakhla, située dans le sud du Sahara Occidental que le Maroc occupe illégalement depuis 1975, abrite plusieurs grandes plantations et serres marocaines qui produisent des fruits et légumes destinés à l'exportation.

Le Maroc vise à augmenter les terres agricoles de 5 000 hectares supplémentaires, en plus des 1 000 hectares environ qui sont actuellement cultivés. L'agriculture étant très gourmande en eau dans cette zone désertique, le gouvernement marocain a lancé un appel d'offres pour un projet de dessalement d'eau de mer - qu'Engie a remporté en décembre 2018 après s'être associé à Nareva, la société du roi marocain.

L'usine de dessalement de Dakhla aura une capacité de 113 000 mètres cubes par jour associée à un parc éolien de 72 MW, selon le Document d'Enregistrement Universel d'Engie publié en mars 2023 [ou télécharger, version en anglais].

Il semblerait qu'au moins 60 MW seront fournis par la société privée Envision Energy, dont le siège social est à Shanghai, qui fournirait ses turbines EN171-5MW pour le projet.

Engie avait informé WSRW de ses projets début janvier 2021, en réponse à un courrier de questionnements. Engie a ensuite déclaré à WSRW qu'elle avait retenu les services de la société de conseil Global Diligence pour "consulter toutes les parties prenantes impliquées" par rapport au projet. Peu de temps après, Global Diligence a invité WSRW à aider "à identifier et à s'engager avec un large éventail de bénéficiaires prévus et potentiels du projet sur une base continue". Global Diligence encouragerait ces « parties prenantes » à « échanger avec nous [Global Diligence] dans un esprit de réalisme et de compromis ».

WSRW a informé Global Diligence son refus de participer à un tel processus car il ne respecte pas les principes juridiques de base qui s'appliquent au Sahara Occidental, à savoir que le territoire est séparé et distinct du Maroc, que le Maroc n'a pas de mandat légal pour administrer le territoire, et que le peuple du territoire a le droit à l'autodétermination.

Comme stipulé par la Cour de justice de l'UE et par plusieurs organes de l'ONU, le peuple du Sahara Occidental a le droit de donner son consentement. Pour autant que WSRW puisse le dire, ce peuple n'a jamais consenti au projet de dessalement d'Engie au nom du gouvernement marocain sur leurs terres occupées.

Global Diligence, paradoxalement, travaille à documenter les violations des droits de l'homme par la Russie en Ukraine occupée, alors qu'elle a réalisé l'étude confidentielle pour le partenaire commercial du gouvernement marocain Engie au Sahara Occidental occupé sans tenir compte du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.

WSRW a écrit à Engie pour la dernière fois le 17 mai 2021, posant des questions sur l'opération, mais la société n'a pas encore répondu. WSRW a envoyé un rappel le 22 mai 2023. Global Diligence n'a répondu à aucune des questions de WSRW concernant sa méthodologie, son mandat ou son évaluation des faits juridiques concernant à la fois le territoire et ses habitants. WSRW a écrit Envision Energy le 17 mai 2023.

 

Puisque vous êtes là....
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais. Nous travaillons de manière totalement indépendante et dans une large mesure bénévolement. Notre travail demande du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous pensons que c'est important - et nous espérons que vous aussi. Nous recherchons davantage de donateurs mensuels pour soutenir notre travail. Si vous donnez 3 €, 5 €, 8 € par mois… ou ce que vous pouvez – l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Vous pouvez rapidement établir un don mensuel à WSRW en suivant ce lien.

Actualités

Les éoliennes ont échappé au radar attentif de la Compagnie maritime

Un navire sous contrôle norvégien est en train de décharger des éoliennes chinoises dans les îles Canaries. Grieg Maritime affirme que ses protocoles n'ont pas détecté que les éoliennes devaient être installées au Sahara Occidental occupé.

13 octobre 2023

WSRW demande à Engie de publier une étude de Global Diligence

L'évaluation controversée réalisée par Global Diligence au Sahara Occidental occupé pour un projet qui emploiera des milliers de colons marocains doit être publiée par la société française Engie, exige WSRW dans une lettre.

13 octobre 2023

WSRW interroge ENGIE sur son éthique sociétale

La multinationale française ENGIE opère au Sahara Occidental occupé. WSRW et l'association française Apso ont écrit aujourd’hui à la société pour lui demander comment elle envisageait les aspects éthiques et juridiques de telles opérations.

11 janvier 2019

Nouvelle infrastructure énergétique controversée bientôt au Sahara

Le gouvernement marocain a ouvert un appel d'offre relativement important à Dakhla au Sahara Occidental.

17 mars 2017