WSRW préoccupé : Vigeo Eiris blanchit énergie sale sur terres occupées
vigeoeiris_b_610.jpg

Les investisseurs internationaux n'ont pas financé l'énergie "verte" mais sale du Maroc au Sahara Occidental occupé. Mais une filiale marocaine de l'entreprise franco-britannique Vigeo Eiris a certifié des obligations qui assureront le financement nécessaire.
Mis à jour le: 24.12 - 2016 00:30Imprimez cette page    
Vigeo Eiris, une société  franco-britannique de conseil, explique dans une lettre à Western Sahara Resource Watch que l'approche marocaine au Sahara Occidental est crédible, et présente sur son site web des cartes sur lesquelles le territoire fait partie du Maroc.

Le 7 novembre, on apprenait que la filiale marocaine de Vigeo Eiris avait certifié les "obligations vertes" pour l'Agence marocaine pour l'énergie solaire (MASEN) pour les projets solaires marocains construits sur deux sites au Sahara Occidental.

L'ironie est que la Fondation Eiris gère un projet sur la cartographie des investissements controversés en Crimée occupée et Palestine. Sur cette base, Western Sahara Resource Watch (WSRW) a envoyé une première lettre à Vigeo Eiris le 18 novembre 2016 demandant confirmation qu'une filiale marocaine de Vigeo Eiris certifiait quelque chose qui semble être contraire aux principes mêmes préconisés pour ailleurs.

Vigeo Eiris a répondu le 19 décembre. Vigeo Eiris a étonnamment noté qu'il pouvait être considéré comme une déclaration politique de ne pas prendre de mission sur le Sahara Occidental. Le 23 décembre, WSRW a envoyé à Vigeo Eiris une lettre de suivi avec des questions concernant le contrat concernant la certification, les politiques de l'entreprise et son interprétation du droit international applicable au Sahara Occidental.

Dans sa lettre, WSRW demande à Vigeo Eiris d'annuler la certification, sur la base des principes énoncés et décidés dans l'arrêt de la Cour de justice de l'UE.

Vigeo Eiris est une société récemment fusionnée entre Eiris au Royaume-Uni et Vigeo en France. Ce dernier est important sur le marché marocain, avec une filiale là-bas. Les cartes erronées du Sahara Occidental apparaissent à la fois sur le site Web précédent et sur le nouveau site Web lancé ce mois-ci.

Le 21 décembre 2016, la Cour de justice de l'UE a jugé que les relations commerciales entre l'UE et le Maroc ne pouvaient s'appliquer au territoire du Sahara Occidental, territoire séparé du Maroc. La question du Sahara Occidental est depuis de nombreuses années une question brûlante dans les institutions de l'UE, où le Royaume-Uni insiste sur le respect du droit international, alors que la France fait pression pour ses propres intérêts politiques et ses alliances avec le Maroc. La Cour s'est détournée des arguments politiques et a donné des instructions sur le respect du droit.

WSRW a publié le 2 novembre le rapport "Électrifier le pillage" sur les programmes énergétiques hautement problématiques du Maroc sur le territoire occupé. Le Maroc se rend lui-même dépendant de la production d'énergie verte sur les terres qu'elle tient sous occupation. En 2020, plus d'un quart de toute l'énergie verte produite par le Maroc, devrait provenir de l'extérieur de ses frontières internationalement reconnues.

WSRW a publié un article sur des Sahraouis qui voulaient assister en novembre à une réunion publique sur le projet maintenant certifié Vigeo-Eiris et qui ont été expulsés par la police marocaine.

    

Haut de page
Actualités:

17.06 - 2018 / 17.06 - 2018La CE trompe les États de l'UE sur les échanges avec le Polisario
16.06 - 2018 / 16.06 - 2018Ici, la Commission européenne ment sur WSRW - et 93 autres groupes
11.06 - 2018 / 11.06 - 2018Comment la Commission veut traiter le commerce du Sahara Occidental
11.06 - 2018 / 11.06 - 2018Manifestation des Sahraouis devant la Commission européenne
03.06 - 2018 / 03.06 - 2018Des investisseurs black-listent Nutrien du fait du Sahara Occidental
26.05 - 2018 / 26.05 - 2018Exclusif : les groupes marocains consultés par l'UE
26.05 - 2018 / 26.05 - 2018La Commission européenne ferme les yeux sur l'arrêt Sahara Occidental
03.05 - 2018 / 03.05 - 2018Chameaux : les chercheurs se déplacent du Sahara Occidental au Maroc
24.04 - 2018 / 24.04 - 2018Nouveau rapport : le contentieux du phosphate au Sahara Occidental
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Fin de la vente aux enchères de la saisie de phosphate du Sahara
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Accord de pêche : le Polisario saisira la justice contre le Conseil UE
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018L'UE négociera l'accord de pêche avec le Maroc, Sahara inclus
15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Triche sur les bailleurs de la conférence chameau au Sahara occupé
15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Une étude ONU projets énergie verte du Maroc mauvaise en géographie
30.03 - 2018 / 30.03 - 2018UE et la reconnaissance
21.03 - 2018 / 21.03 - 2018La Commission européenne veut pêcher au Sahara Occidental
21.03 - 2018 / 21.03 - 2018L'OPEP considère-t-elle le Sahara Occidental comme partie du Maroc ?
10.03 - 2018 / 10.03 - 2018Kosmos Energy maintient la propagande après sa sortie du Sahara
03.03 - 2018 / 03.03 - 2018Confirmé : Innophos, client clé du phosphate de Sahara Occidental
02.03 - 2018 / 02.03 - 2018Que fait HeidelbergCement au Sahara Occidental occupé ?
01.03 - 2018 / 01.03 - 2018La compagnie maritime des Bermudes abandonne le Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018L'Afrique du Sud contre le pillage du Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018L'UE et le Maroc annoncent un partenariat de pêche durable
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Le PE condamne les pourparlers de la Commission sur le Sahara
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Le Polisario est ouvert à des négociations UE - Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Les réfugiés sahraouis célèbrent la victoire à la Cour européenne
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018La Cour de l'UE arrête l'accord de pêche UE-Maroc au Sahara Occidental
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018La Cour Sud-africaine nie au Maroc la propriété du P sahraoui
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018Les États membres de l'UE sont en désaccord sur les engrais toxiques
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018Vigeo Eiris revient sur une fausse déclaration




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi