Rapport WSRW : la Suède doit conseiller ses entreprises sur le Sahara
greenpeaced_610.jpg

La Suède est connue pour soutenir l'autodétermination sahraouie, mais ses actes et ses investissements suivent-ils sa parole ? Consultez notre nouveau rapport sur l'implication de la Suède dans le prélèvement des ressources naturelles du Sahara occidental occupées.
Imprimez cette page    
Ci-dessus : en 2008, Greenpeace manifeste à Göteborg, en Suède, contre les pêcheurs locaux actifs au Sahara Occidental. L'implication suédoise au Sahara Occidental a augmenté depuis.

swedenwesternsahara_200.jpgBien que le discours officiel suédois sur le Sahara Occidental soit basé sur les principes juridiques applicables au territoire occupé du Sahara Occidental, les gouvernements suédois consécutifs ont remarquablement peu ancré cette position dans une politique concrète vis-à-vis du secteur commercial suédois. C'est l'une des conclusions du nouveau rapport de WSRW, « la Suède et le pillage du Sahara Occidental », qui examine la position du gouvernement suédois et du secteur privé à propos des activités commerciales au Sahara Occidental ou en relation avec celui-ci.

Téléchargez le rapport ici (en anglais).

En écho à la position de la Suède selon laquelle aucune préférence commerciale ne doit être accordée aux produits du Sahara Occidental dans le cadre de l'accord commercial UE-Maroc, la Cour de justice de l'Union Européenne (CJUE) a statué en décembre 2016 qu'aucun accord commercial ou d'association UE-Maroc ne peut être appliqué au territoire du Sahara Occidental, sans le consentement explicite du peuple du territoire.

Pourtant, même après ce jugement important, le gouvernement suédois n'a pas fourni d'instructions ni de conseils clairs aux institutions gouvernementales et au monde des affaires suédois quant à la façon d'envisager le territoire du Sahara Occidental ou le jugement de la CJUE.

Pendant ce temps, les entreprises suédoises restent activement impliquées au Sahara Occidental. Atlas Copco fournit l'équipement nécessaire au pillage par le Maroc des réserves de phosphate du Sahara Occidental. L'entreprise de transport maritime Wisby Tankers est un fournisseur clé de produits pétroliers sur le territoire - essentiel pour le maintien de l'occupation. L'industrie de la pêche basée à Göteborg mène des activités lucratives dans les riches eaux du Sahara Occidental. Un tour-opérateur favorise le kite-surf dans le sud du territoire. Aucun des mécanismes de financement gouvernementaux, sauf un, ne propose de protocole bien clair pour traiter les propositions de projets touchant le Sahara Occidental.

"Le gouvernement suédois a la responsabilité de donner des conseils clairs sur la manière dont les entreprises et les organes gouvernementaux doivent agir en relation avec le Sahara Occidental. L'absence actuelle d'avis du gouvernement a conduit à une multitude d'interprétations des principes juridiques applicables au Sahara Occidental, ce qui n'est juste ni pour les Sahraouis ni pour les entrepreneurs suédois ", déclare Erik Hagen du Western Sahara Resource Watch. "Nous appelons le gouvernement suédois à conseiller clairement aux entreprises de ne pas s'engager dans le territoire", a déclaré Hagen.

Le rapport est rédigé en collaboration avec Emmaüs Stockholm et est officiellement présenté au public le 27 septembre 2017 à Stockholm. Plus d'informations sur le rapport sont disponibles sur la page Web d'Emmaus Stockholm.

La version suédoise du rapport peut être téléchargée ici.

    

Haut de page
Actualités:

26.05 - 2018 / 26.05 - 2018Exclusif : les groupes marocains consultés par l'UE
26.05 - 2018 / 26.05 - 2018La Commission européenne ferme les yeux sur l'arrêt Sahara Occidental
03.05 - 2018 / 03.05 - 2018Chameaux : les chercheurs se déplacent du Sahara Occidental au Maroc
24.04 - 2018 / 24.04 - 2018Nouveau rapport : le contentieux du phosphate au Sahara Occidental
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Fin de la vente aux enchères de la saisie de phosphate du Sahara
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Accord de pêche : le Polisario saisira la justice contre le Conseil UE
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018L'UE négociera l'accord de pêche avec le Maroc, Sahara inclus
15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Triche sur les bailleurs de la conférence chameau au Sahara occupé
15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Une étude ONU projets énergie verte du Maroc mauvaise en géographie
30.03 - 2018 / 30.03 - 2018UE et la reconnaissance
21.03 - 2018 / 21.03 - 2018La Commission européenne veut pêcher au Sahara Occidental
21.03 - 2018 / 21.03 - 2018L'OPEP considère-t-elle le Sahara Occidental comme partie du Maroc ?
10.03 - 2018 / 10.03 - 2018Kosmos Energy maintient la propagande après sa sortie du Sahara
03.03 - 2018 / 03.03 - 2018Confirmé : Innophos, client clé du phosphate de Sahara Occidental
02.03 - 2018 / 02.03 - 2018Que fait HeidelbergCement au Sahara Occidental occupé ?
01.03 - 2018 / 01.03 - 2018La compagnie maritime des Bermudes abandonne le Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018L'Afrique du Sud contre le pillage du Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018L'UE et le Maroc annoncent un partenariat de pêche durable
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Le PE condamne les pourparlers de la Commission sur le Sahara
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Le Polisario est ouvert à des négociations UE - Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Les réfugiés sahraouis célèbrent la victoire à la Cour européenne
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018La Cour de l'UE arrête l'accord de pêche UE-Maroc au Sahara Occidental
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018La Cour Sud-africaine nie au Maroc la propriété du P sahraoui
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018Les États membres de l'UE sont en désaccord sur les engrais toxiques
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018Vigeo Eiris revient sur une fausse déclaration
20.02 - 2018 / 20.02 - 2018Des eurodéputés préoccupés par le rapport à la loi de la Commission
20.02 - 2018 / 20.02 - 2018La Suède votera contre les négociations sur l'accord de pêche UE-Maroc
09.02 - 2018 / 09.02 - 2018Les études se poursuivent sur le bloc de Kosmos Energy
09.02 - 2018 / 09.02 - 2018Kosmos et Cairn se sont retirés du Sahara Occidental
09.02 - 2018 / 09.02 - 2018Pourquoi WSRW refuse de participer à la consultation UE sur le Sahara




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi