Nouveau rapport : le commerce mondial des phosphates du Sahara occupé
india_610.jpg

Plus de 200 millions de dollars de minerai de phosphate ont été expédiés hors du Sahara Occidental occupé l'année dernière, un nouveau rapport de WSRW le démontre. Pour la première fois, l'Inde figure parmi les principaux importateurs.
Mis à jour le: 25.04 - 2017 10:28Imprimez cette page    
Pour la quatrième année consécutive, Western Sahara Resource Watch publie le détail des entreprises impliquées dans l'achat de phosphates du Sahara Occidental occupé.

La roche de phosphate illégalement exploitée est la principale source de revenus du gouvernement marocain sur le territoire qu'il maintient sous occupation contrairement au droit international. Les représentants du peuple sahraoui se sont constamment prononcés contre ce commerce, à la fois devant l'ONU, en toutes occasions, et auprès d'entreprises spécifiques.

La liste que nous présentons dans ce rapport est complète pour l'année civile de 2016.Elle indique toutes les cargaisons de phosphates parties du Sahara Occidental occupé. Ce rapport attribue les achats de la production marocaine au Sahara Occidental pour 2016 à huit entreprises identifiées et inconnues, pour des importations dans huit pays à l'international.

Téléchargez le rapport ici (2 Mo)

Le rapport estime le volume total exporté du Sahara Occidental en 2016 à 1,86 million de tonnes, expédié dans 37 vraquiers, pour une valeur estimée à 213,7 millions de dollars, Cela représente une légère augmentation des exportations depuis 2015, après que les défaillances des infrastructures de l'exportateur aient entrainé une baisse inhabituelle en 2015. Le plus important importateur en 2016 est Agrium Inc. du Canada.

Plusieurs clients internationaux n'ont pas effectué d'importations controversées au cours de la dernière année. L'entrée en jeu en 2016 d'une filiale de l'OCP en Inde est à souligner. L'OCP a exporté un volume de 344 000 tonnes de phosphate vers sa propre entreprise en Inde, pour un montant de 39,6 millions de dollars. Cela fait de la joint-venture indienne OCP le deuxième importateur des exportations du Sahara Occidental par l'OCP. OCP fait partie intégrante de la joint-venture avec le gouvernement indien.

Sur les neuf compagnes importatrices identifiées en 2016, trois sont cotées dans les bourses internationales ou sont détenus majoritairement par des entreprises cotées. Toutes ont été placées en
listes noires par des investisseurs éthiquement concernés en raison de ce commerce.

Sur les six autres entreprises, deux sont des coopératives appartenant à des agriculteurs en Nouvelle-Zélande, deux sont détenues en totalité ou en partie par le gouvernement du Venezuela, l'une est partiellement détenue par le gouvernement de l'Inde et une est une propriété privée.

Des rapports P pour Pillage similaires ont également été publiés en 2014, 2015 et 2016. WSRW demande à toutes les entreprises impliquées dans le commerce de cesser immédiatement tous leurs achats de phosphates du Sahara Occidental, de ne rien importer jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit et que le peuple sahraoui soit assuré du respect de son droit fondamental à l'autodétermination. Les investisseurs sont invités à prendre contact ou à céder leur part à moins que les entreprises s'engagent clairement à se retirer du commerce.

  P pour Pillage - 2016 by Western Sahara Resource Watch on Scribd




    

Haut de page
Actualités:

11.05 - 2019 / 11.05 - 2019HeidelbergCement nous doit une réponse
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019À nouveau de la farine de poisson du Sahara Occidental en Allemagne ?
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019Continental esquive la question sur le Sahara Occidental
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019Un groupe de construction gréco-néerlandais s'installe à El Aaiun
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019CJUE : Polisario contre Conseil UE sur l'accord agricole UE-Maroc
08.04 - 2019 / 08.04 - 2019Nouveau rapport sur l'industrie du phosphate du Sahara Occidental
30.03 - 2019 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
21.03 - 2019 / 21.03 - 2019Le contrat de Continental au Sahara Occidental expire l'an prochain
28.02 - 2019 / 28.02 - 2019Voila les eurodéputés pour l'accord de pêche au Sahara Occidental
25.02 - 2019 / 25.02 - 2019Brême : importante importation controversée de farine de poisson
12.02 - 2019 / 12.02 - 2019Le PE ignore la Cour et adopte un accord de pêche marocain
12.02 - 2019 / 12.02 - 2019Human Rights Watch pour avis de la cour sur l'accord de pêche UE-Maroc
10.02 - 2019 / 10.02 - 2019110 députés pour le renvoi de l'accord de pêche UE-Maroc à la Cour
10.02 - 2019 / 10.02 - 2019Le PE traitera-t-il avec un territoire des moins libre du monde ?
06.02 - 2019 / 06.02 - 201998 groupes sahraouis appellent le PE à rejeter l'accord de pêche
04.02 - 2019 / 04.02 - 2019Le navire fuyard des Green Reefer est arrivé à Abidjan
03.02 - 2019 / 03.02 - 2019Ces eurodéputés ont voté pour le commerce avec le Sahara Occupé
01.02 - 2019 / 01.02 - 2019Les fermiers espagnols soucieux de l'accord UE pour le Sahara occupé
30.01 - 2019 / 30.01 - 2019Le Conseil UE refuse la transparence sur l'avis pour l'accord de pêche
30.01 - 2019 / 30.01 - 2019Nutrien garde des liens avec le Sahara Occidental via la chine
25.01 - 2019 / 25.01 - 2019Le navire des Green Reefer fuit les eaux sud-africaines
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Wolverine finalise l'acquisition d'une entreprise controversée
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Un bateau frigo norvégien navigue dans la tanière des lions
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Coromandel : nouvel acheteur de minerais du Sahara Occidental occupé
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019Le PE approuve un accord commercial pour le Sahara Occidental occupé
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure : le commerce au Sahara contre les efforts de paix UN
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure demande un renvoi devant la Cour de justice de l'UE
15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Ces députés bloquent un débat au PE sur le commerce illégal du Sahara
15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Les consommateurs UE, les Sahraouis, ignorés des législateurs de l'UE
12.01 - 2019 / 12.01 - 2019Une entreprise de transport abandonne le Sahara Occidental




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls : affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Ce n'est pas aisé de suivre toutes les procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des cinq différentes affaires portées devant la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi