L'Afrique du Sud contre le pillage du Sahara Occidental
Article image

Le gouvernement sud-africain a publié aujourd'hui une déclaration de soutien au droit international humanitaire au Sahara Occidental lors d'une réunion à Genève.

Publié 28 février 2018

Le 28 février 2018, en marge des réunions du HCR de l’ONU à Genève, le Ministre adjoint M. Luwellyn Landers, du ministère sud-africain des Affaires étrangères, a fait une déclaration ferme en faveur du droit international humanitaire au Sahara Occidental.

La déclaration fait une référence particulière au pillage des ressources naturelles dans le territoire occupé et à l'arrêt sur l'affaire NM Cherry Blossom.

Voir la déclaration complète ci-dessous. (traduction non officielle)


DISCOURS DE M. LUWELLYN LANDERS, MINISTRE ADJOINT AUX RELATIONS INTERNATIONALES ET À LA COOPERATION DE LA REPUBLIQUE D'AFRIQUE DU SUD SUR L'APPLICABILITE DU DROIT INTERNATIONAL HUMANITAIRE AU SAHARA OCCIDENTAL, EN MARGE DES RÉUNION DE HAUT NIVEAU DU HCR, GENÈVE SWIRTZERLAND

28 février 2018

M. le Directeur de programme
Excellences
Distingués invités
Mesdames et Messieurs

Nous sommes ici aujourd'hui pour discuter de l'applicabilité du droit international humanitaire au Sahara Occidental. Cela est particulièrement approprié étant donné le décès tragique, il y a exactement une semaine, de Mohamed Al-Ayoubi, un défenseur des droits de l'homme sahraoui, des blessures subies sous la torture en détention. Je demande que nous nous levions tous pour une minute de silence à l'intention de Mohamed Al-Ayoubi et de toutes les victimes sahraouies de la torture.

Je vous remercie.

M. le Directeur de programme

Selon notre compréhension, le droit international humanitaire comporte deux volets, à savoir le droit de La Haye et le droit de Genève. Le premier se rapporte aux devoirs et à la conduite des belligérants pendant la guerre. Le dernier concerne le traitement des civils en période de conflit armé. C'est cela qui nous concerne aujourd'hui.

Nous devons rappeler certaines règles de base du droit international humanitaire. Il stipule, par exemple, que les personnes qui ne participent pas aux hostilités doivent être protégées en toutes circonstances ; que les blessés et les malades seront soignés et protégés par la partie qui les a en son pouvoir ; et que nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

L'un des principes du droit international humanitaire est que les civils soient traités avec humanité en tout temps et aient droit au respect de leur intégrité physique et mentale, de leur honneur, de leurs droits familiaux, de leurs convictions et pratiques religieuses, de leurs mœurs et coutumes. Ce principe a été affirmé par le Comité international de la Croix-Rouge en tant que norme du droit international coutumier.

En dépit de ces règles et principes, nous sommes continuellement confrontés à des rapports cataloguant la répression de l'action de protestation dans le territoire occupé ; la poursuite des activistes appelant à l'autodétermination sahraouie ou rapportant des violations des droits de l'homme ; le recours à une force excessive contre les manifestants sahraouis ; les restrictions du droit de réunion pacifique ; la détention de manifestants en "détention préventive" pendant de longues périodes ; et la torture des personnes en détention.

Mohamed Al-Ayoubi, auquel j'ai déjà fait allusion, a été torturé en prison. Il a été initialement mis en détention le 8 novembre 2010 lorsque le camp de protestation de Gdeim Izik a été démantelé par les militaires de l'occupant. Il a été torturé par des coups, des privations de sommeil et des brûlures de cigarettes sur son corps. Il a été abusé sexuellement, étranglé et mis à l'isolement. Il a été hospitalisé dans un état critique pendant trois mois. En 2013, il a été condamné à 20 ans de prison sur la base d'aveux obtenus sous la torture dans un procès qualifié d'injuste par diverses ONG et observateurs internationaux. Les conditions liées à sa torture comprenaient le diabète, l'insuffisance rénale, l'hépatite et une épaule disloquée de façon permanente. Cette situation est en contradiction directe avec le droit international des droits de l'homme et le droit international humanitaire.

En plus de cette affaire et de nombreuses autres similaires, d'autres violations graves du droit international humanitaire incluent les transferts de population dans le territoire occupé ; le pillage des ressources naturelles du Sahara occidental ; et la dispersion des prisonniers sahraouis dans les centres de détention à des centaines de kilomètres de leurs familles.

Je suis heureux de vous informer que vendredi 23 février 2018, la Haute Cour d'Afrique du Sud, Eastern Cape Division, a finalement statué que la cargaison de phosphate à bord du navire NM Cherry Blossom qui avait été confisqué à Port Elizabeth l'année dernière est la propriété exclusive de la République Arabe Sahraouie Démocratique.

M. le Directeur de programme

L'Afrique du Sud reste indéfectible dans son soutien à la tenue d'un référendum sur l'autodétermination du peuple sahraoui. Nous continuerons à offrir un soutien concret et solidaire aux programmes du Front Polisario. Nous continuerons à partager nos expériences en matière de règlement pacifique des conflits car tout retard supplémentaire dans la recherche d'une solution durable a des conséquences pour la paix et la sécurité en Afrique.

Nous pensons que la réadmission du Royaume du Maroc à l'Union africaine nous offre l'opportunité de résoudre les souffrances du peuple sahraoui. Nous nous faisons donc l'écho de la décision de l'Assemblée de l'Union africaine prise lors de sa 30ème session ordinaire tenue à Addis Abeba, en Ethiopie, du 28 au 29 janvier 2018, appelant les deux Etats membres à « s'engager, sans conditions préalables, dans des négociations directes et sérieuses. facilitée par l'UA et l'ONU pour la tenue d'un référendum libre et équitable pour le peuple du Sahara Occidental », et appelant les deux parties « à coopérer pleinement avec le Haut Représentant de l'UA pour le Sahara Occidental, Joaquim Chissano du Mozambique, et l'Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies, M. Horst Köhler ».

En conclusion, M. le directeur de programme

Cette année, nous célébrons le centenaire de la naissance de Nelson Mandela, un combattant de la liberté qui était l'incarnation des droits de l'homme. Dans sa déclaration du 20 avril 1964, à l'ouverture de la défense devant la Cour suprême de Pretoria, Nelson Mandela a déclaré : « Toute ma vie, je me suis consacré à cette lutte du peuple africain. Je me suis battu contre la domination blanche et j'ai combattu la domination noire. J'ai chéri l'idéal d'une société démocratique et libre où toutes les personnes cohabitent harmonieusement et avec des chances égales. C'est un idéal que j'espère vivre et atteindre. Mais si c'est nécessaire, c'est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir ».

34 ans plus tard, dans son dernier discours devant l'Assemblée générale en tant que Président de l'Afrique du Sud le 21 septembre 1998, Nelson Mandela a déclaré : « Nous attendons avec impatience le règlement des questions en suspens du Sahara Occidental et du Timor Oriental. Convaincus qu’il est possible de retirer ces questions de l'ordre du jour mondial sur la base d’un règlement qui réponde aux intérêts de tous les peuples concernés ».

Travaillons donc avec un engagement et une vigueur renouvelés pour mettre fin aux violations du droit international humanitaire au Sahara Occidental ; travaillons à soulager la souffrance du peuple sahraoui et restaurer sa dignité humaine ; et prenons des mesures décisives pour clore le chapitre sur ce dernier vestige de l'occupation et du colonialisme sur le continent africain.

Je vous remercie.

PUBLIÉ PAR LE DÉPARTEMENT DES RELATIONS INTERNATIONALES ET DE LA COOPÉRATION

Bâtiment Tambo
460, chemin Soutpansberg
Rietondale
Pretoria

 

Actualités

L'Afrique principal importateur de poisson sahraoui congelé

Western Sahara Resource Watch présente pour la première fois un aperçu du transport de poissons congelés en provenance du Sahara Occidental occupé. Presque la totalité arrive dans les ports ouest-africains.

13 avril 2020

Le navire fuyard des Green Reefer est arrivé à Abidjan

Le navire norvégien qui a viré à 180 degrés à son arrivée dans les eaux sud-africaines avec des poissons du Sahara Occidental occupé a passé les deux derniers jours à décharger sa cargaison dans le port d’Abidjan. Une demande internationale de détention du navire a été envoyée aux États africains.
04 février 2019

Le navire des Green Reefer fuit les eaux sud-africaines

Quelques heures seulement après l'arrivée au Cap du Green Glacier avec une cargaison probable de poisson congelé en provenance du Sahara Occidental, le navire frigo a commencé son voyage d'une semaine pour retourner en Afrique de l'Ouest sans rien déchargé de sa cargaison controversée.

25 janvier 2019

Un bateau frigo norvégien navigue dans la tanière des lions

Un navire norvégien transportant probablement du poisson congelé du Sahara Occidental occupé évolue en terrain glissant. Dans trois jours, le Green Glacier entrera dans les eaux sud-africaines - la juridiction qui a arrêté une cargaison volée au Sahara Occidental en 2017.
 

23 janvier 2019