Ces navires transportent le carburant de l'occupation

Western Sahara Resource Watch présente les navires qui ont transporté des produits pétroliers au Sahara Occidental occupé l'année dernière.

Publié 25. June 20

Le 4 mai 2020, Western Sahara Resource Watch (WSRW) a publié un article détaillant tous les transports de GPL au Sahara Occidental. Depuis lors, Equinor et Borealis ont annoncé qu'ils ne souhaitaient plus participer à de tels échanges commerciaux, et une troisième compagnie a redirigé une cargaison pour éviter toute implication au Sahara Occidental.

Tout comme le gaz, les produits pétroliers sont essentiels pour que le Maroc maintienne l'occupation du territoire. Les produits pétroliers arrivant au Sahara Occidental servent principalement à alimenter les véhicules, engins et navires participant au pillage illégal du territoire, ou utilisés à des fins militaires par l'armée marocaine.

WSRW présente aujourd'hui un aperçu de toutes les cargaisons de produits pétroliers arrivées au Sahara Occidental l'année dernière.

L'arrivée de pétroliers dit chémical/oil tanker dans les ports du Sahara Occidental a eu lieu à 160 reprises : 81 fois arrivée de pétroliers au port d'El Aaiún et 79 fois à Dakhla. Certains navires ont fait escale dans ces deux ports au cours du même voyage, tandis que d'autres n'ont livré que dans un port. Certains transports ont alimenté d'autres navires - principalement des navires frigorifiques - juste au large du port de Dahkla, sans jamais entrer dans le port de Dakhla.

La quantité totale de produits pétroliers raffinés arrivant dans les deux ports est estimée à 757 500 tonnes. Le calcul est basé sur la taille de chaque navire et sa route d'expédition. En outre, les modifications apportées au projet ont été prises en compte. Le tirant d'eau est la distance entre la ligne de flottaison et le fond du navire, et les changements de cette donnée indiquent le chargement ou déchargement d'un navire.

L'article continue sous le tableau.


Téléchargez ici l'aperçu.

Il est possible que l'aperçu ne soit pas complet et que certains navires aient échappé à l'attention de WSRW.

La valeur des produits importés pourrait être d'environ 375 millions USD, ce qui est une estimation très approximative. Cette valeur est calculée sur la base du prix moyen 2019 de 65,7 USD par baril de pétrole raffiné, tel qu'indiqué sur les prix Indexmundi du pétrole Brent / WTI / Dubaï.

Les points connus de chargement de ces cargaisons se trouvent dans les ports espagnols de Carteya, Palmones, Cartegena, Ceuta, Las Palmas, Tenerife, Huelva et Tarragona. Tous les ports sont associés aux raffineries de la société espagnole Cepsa, tandis qu'un port (Cartagena) est très probablement associé à Repsol. WSRW a écrit Cepsa en 2014 et en 2017, et le 30 octobre 2018. Une brève réponse de la société le 8 novembre 2018 ne répond pas aux questions posées.

Wisby Tankers de Suède reste la compagnie maritime la plus impliquée dans le commerce.

"Wisby Tankers doit immédiatement mettre un terme à cette sale affaire. Leurs activités contribuent directement à prolonger les souffrances du peuple sahraoui. L'entreprise doit suivre l'exemple des multinationales qui ont abandonné ce commerce au cours des derniers mois", écrit Emmaüs Stockholm dans le journal suédois Dagens ETC aujourd'hui.

Les deux navires battant pavillon norvégien de Wisby Tankers, les Wisby Argan et Wisby Cedar, ont transporté 21,6% des produits pétroliers. Un représentant de Wisby Tankers, M. Johan Markström a expliqué à la télévision nationale suédoise en 2014 que la société "n'était en aucun cas politiquement active". Wisby Tankers a enregistré les navires dans le registre international norvégien des navires par l'intermédiaire de la société norvégienne M Hannestad. Un porte-parole de l'entreprise, M. Lacho Iliev, a défendu le rôle de son entreprise auprès du quotidien norvégien Halden Arbeiderblad le 24 mai 2020. Le Comité norvégien de soutien au Sahara Occidental a écrit à M. Hannestad le 31 décembre 2016. La lettre n'a pas reçu de réponse. Pas plus que les 20 demandes qui ont suivi en 2017, 2018, 2019 et 2020.

Le navire battant pavillon français le Mayoury a transporté 20,8%. En collaboration avec l'association française APSO, WSRW a écrit Sogestran le 27 avril 2020. L'entreprise n'a pas répondu. Le marocain sous pavillon Imrikly a transporté 10%. Une flotte de navires italiens a transporté 6% de la cargaison.

Les pétroliers arborent les drapeaux suivants : Îles Marshall (4), Malte (16), Panama (2), France (1), Norvège (2), Turquie (1), Italie (3), Danemark (1) et Maroc ( une).

L'origine réelle de la cargaison n'est pas connue pour tous. Cependant, les derniers ports d'escale des navires sont :
Espagne : Algéciras (5), Cartagena / Escombreras (24), Carteya (18), Ceuta (6), Las Palmas (14), Tenerife (15), Huelva (15), Palmones (3), Tarragona (1)
Mauritanie : Nouadhibou (9), tous arrivant par circuits de Las Palmas ou Tenerife, passant par Nouadhibou jusqu'à Dakhla.
Maroc : Agadir (7), Nador (1)
Inconnu (non déclaré) : (7)

Les 31 pétroliers impliqués dans les transports pour l'année civile 2019 sont : Asc, At Honor, At Lucky, Atlantis Araceli, Atlantis Arki, Atlantis Augusta, Azra S, B. Ocean, B.Sun, Bice Amoretti, Boma Sedna, Bomar Vénus, C Force, Emiralp, Emre-T, Ginostra M, Hitra, Ievoli Fast, Imrikly, Karina Theresa, Kythira, Mayoury, Selin D, Sichem Amethyst, Sichem Iris, Sichem Lily, Sichem Orchid, Team Sapphire, Wisby Argan, Wisby Cedar et YM Mercury.

 

Actualités

Des câbles télécoms dans les eaux occupées

La société française Alcatel Submarine Networks SpA, détenue en partie par Nokia, a posé des câbles télécoms au Sahara Occidental occupé.

19. April 21

Rapport annuel : les clients du minerai du conflit du Sahara Occidental

L’Inde et la Nouvelle-Zélande se distinguent comme les principaux importateurs de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé, détaillé dans le dernier rapport annuel de WSRW sur le commerce controversé.

13. April 21

Voilà les questions auxquelles Siemens ne répondra pas

Lors de son assemblée générale annuelle, Siemens Gamesa s'est montré plus évasif que jamais en ce qui concerne les questions fondamentales sur l'implication de l'entreprise dans le Sahara Occidental occupé.

01. April 21

Thyssenkrupp poursuivra-t-il ses activités au Sahara Occidental ?

Le géant allemand de l'ingénierie industrielle reste évasif s'il va ou non se tenir à distance des futurs projets au Sahara Occidental occupé.

17. March 21