DNV GL quitte son projet au Sahara Occidental, et ne reviendra pas

La société de certification norvégienne DNV GL a déclaré aujourd'hui qu'elle allait supprimer progressivement sa participation au projet controversé Bitcoin de Soluna au Sahara Occidental occupé.

Publié 05. November 20

La société de certification mondiale DNV GL, basée à Oslo, a publié le 5 nopvembre 2020 un communiqué de presse déclarant qu'elle "ne conclura pas de nouveaux contrats commerciaux au Sahara Occidental" et que "les projets en cours prendront fin dans quelques mois, et la dernière évaluation de la mesure éolienne fin 2021 ».

La mission de DNV GL est apparue l'hiver dernier sur le site Web d'une société controversée qui doit produire de l'énergie pour l'extraction de bitcoins dans le territoire occupé. L'opérateur du projet, la société américaine Soluna, ne répond pas aux questions de Western Sahara Resource Watch, et a une approche du conflit qui reflète la position marocaine. DNV GL apparaît en tant que partenaire sur le site Internet de Soluna.

Étant donné que le site Web de Soluna contient des allégations factuellement inexactes sur le territoire et le conflit, un doute existait sur l'exactitude de l'information de la coopération de DNV GL au projet controversé. L'engagement de la société norvégienne semble cependant avéré.

"Nous félicitons DNV GL pour sa décision d'éliminer progressivement le projet au Sahara Occidental et apprécions qu'ils s'abstiennent de nouveaux engagements dans le territoire. L'épisode souligne l'importance pour les grandes entreprises internationales de mettre en place des politiques claires concernant les affaires sur les terres occupées, et que la sonnette d'alarme doit sonner lorsqu'elles sont entrainées dans de telles opérations", a déclaré Erik Hagen, directeur du Comité norvégien de soutien pour le Sahara Occidental à propos de la sortie de DNV GL du projet Bitcoin sur un territoire occupé.

En 2015, le journal norvégien Bistandsaktuelt a publié que DNV Climate Change Services avait refusé de procéder à la certification d'un parc d'éoliennes au Sahara Occidental. La société avait initialement été informée que le parc devait être situé au Maroc, ce qui n'était pas le cas.

"Lorsque nous avons visité le projet, il est devenu clair que nos soupçons étaient justifiés. C'était donc assez simple de notre part. En janvier, nous avons révélé que nous serions défavorables au projet", a déclaré Stein B Jensen de DNV à l'époque.

Le développement marocain de projets de parcs solaires et éoliens dans le territoire occupé se déroule à une vitesse croissante et jouera probablement un rôle de plus en plus dangereux dans le conflit.

"Le projet énergétique de l'opérateur américain se déroule au mépris du consentement du peuple sahraoui et du droit à l'autodétermination. Il soutient directement les plans d'annexion du Maroc. Nous condamnons le rôle de Soluna à cet égard et demandons une réponse immédiate aux questions soulevées par Western Sahara Resource Watch", a déclaré Erik Hagen.

En mars de cette année, WSRW avait contacté Soluna au sujet de la nouvelle que l'entreprise avait reçu la permission du gouvernement marocain pour aller de l'avant avec ses plans. Jusqu'à présent, l'entreprise n'a pas pris la peine de répondre.

La ministre norvégienne des Affaires étrangères, Ine Marie Søreide Eriksen, a déclaré au Parlement norvégien, en juin 2019, que "les autorités norvégiennes ont depuis 2007 découragé les entreprises norvégiennes de commerce, d'investissement, d'exploitation des ressources et d'autres types d'activités commerciales au Sahara Occidental qui ne se conforment pas au consentement des Sahraouis, et peuvent donc être en violation du droit international. Cette position reste inchangée".

Actualités

Des câbles télécoms dans les eaux occupées

La société française Alcatel Submarine Networks SpA, détenue en partie par Nokia, a posé des câbles télécoms au Sahara Occidental occupé.

19. April 21

Rapport annuel : les clients du minerai du conflit du Sahara Occidental

L’Inde et la Nouvelle-Zélande se distinguent comme les principaux importateurs de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé, détaillé dans le dernier rapport annuel de WSRW sur le commerce controversé.

13. April 21

Voilà les questions auxquelles Siemens ne répondra pas

Lors de son assemblée générale annuelle, Siemens Gamesa s'est montré plus évasif que jamais en ce qui concerne les questions fondamentales sur l'implication de l'entreprise dans le Sahara Occidental occupé.

01. April 21

Thyssenkrupp poursuivra-t-il ses activités au Sahara Occidental ?

Le géant allemand de l'ingénierie industrielle reste évasif s'il va ou non se tenir à distance des futurs projets au Sahara Occidental occupé.

17. March 21