En Nouvelle-Zélande des manifestants bloquent des usines controversées

Les portes d'entrée des usines de Ravensdown et Ballance Agri-Nutrients en Nouvelle-Zélande ont aujourd'hui été bloquées par des activistes pro-sahraouis dénonçant les importations de minerais de conflit du Sahara Occidental occupé.

17 novembre 2020

Aujourd'hui 16 novembre 2020 en Nouvelle-Zélande, des manifestants ont dénoncé les sociétés Ravensdown et Ballance Agri-Nutrients, deux coopératives d'agriculteurs qui font partie des dernières entreprises à continuer à importer du minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé.

La manifestation a reçu une grande attention médiatique en Nouvelle-Zélande, comme dans TVNZ, Otago Daily Times, Stuff et Sunlive.

À Tauranga, des militants ont construit des trépieds et se sont enchainés aux portes de l'usine de Ballance, stoppant l'accès. Au moins un manifestant a été arrêté. À Masteron, les militants se sont enchainés aux portes de l'usine de Ravensdown, arrêtant toutes les opérations. Ici aussi, une personne a été arrêtée. À Dunedin, les militants ont fermé le dépôt Ballance à Taieri. La police est présente et a menacé d'arrestation. À Christchurch, des militants ont remis une lettre de protestation au bureau principal de Ravensdown et ont bloqué l'entrée principale du bâtiment.

Le Sahara Occidental est la dernière colonie d'Afrique, qui n'a pas encore abouti son processus d'autodétermination. Vendredi dernier, 13 novembre 2020, l'accord de cessez-le-feu vieux de trois décennies entre la puissance occupante marocaine et le mouvement de libération Polisario, s'est effondré après que les troupes marocaines sont violemment intervenues dans une manifestation sahraouie qui a eu lieu dans la soi-disant bande tampon, où la présence militaire est strictement interdit. L'armée de libération sahraouie a riposté en attaquant les postes militaires marocains stationnés le long du mur - une fortification militaire de 2700 km érigé par le Maroc, divisant effectivement le territoire. Hier, les forces armées marocaines ont répondu conformément à la décision de Rabat de "ne tolérer aucune provocation de ce type". Aujourd'hui, le Sahara Occidental est à nouveau le théâtre de la guerre.

Les Sahraouis demandent depuis des années à Ravensdown et Ballance de mettre fin aux importations de leur patrie occupée, qu'ils perçoivent comme le financement et la légitimation d'une occupation illégale. Les entreprises ont malgré tout continué leurs achats.

Les importations de Ravensdown et Ballance vont à l'encontre de l'avis du gouvernement néo-zélandais, qui a exhorté les entreprises à chercher à importer depuis d'autres sources. Plus tôt cette année, le Ministre des affaires étrangères de la Nouvelle-Zélande a écrit que "le Gouvernement néo-zélandais a toujours indiqué clairement aux entreprises qui importent du Sahara Occidental qu'elles doivent se conformer au droit international, demander un avis juridique indépendant et qu'elles importent à leur propre risque."

Le Ministre a ajouté que "Le Gouvernement a également demandé à l'industrie des engrais de rechercher activement la viabilité d'autres sources de phosphate qui répondront aux besoins spécifiques des pâturages néo-zélandais. Malheureusement pour l'instant aucun solution viable n'a été trouvées mais le gouvernement entend que les efforts pour trouver une source alternative se poursuivront."

Actualités

Les importateurs kiwi ignorent leur gouvernement sur le Sahara

Alors que d'autres entreprises à l'échelle internationale ont réussi à trouver d'autres sources de phosphate - et malgré une demande du gouvernement néo-zélandais de faire la même chose - l'industrie des engrais kiwis ne semble pas disposée à abandonner ses importations en provenance du Sahara Occidental occupé.

09 mai 2020

Pour comprendre la controverse Neo-Zélandaise sur les phosphates

Les deux sociétés néo-zélandaises Ravensdown et Ballance Agri-Nutrients, désormais les deux seuls clients du minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé dans le monde, défendent leurs achats sur les réseaux sociaux. Voici ce qui ne va pas avec ce qu'ils prétendent.

18 septembre 2018

Les importateurs d'engrais néo-zélandais défendent leurs importations

L'Association néo-zélandaise des engrais, représentant les compagnies importatrices controversées en Nouvelle-Zélande déclare à la télévision nationale être "au courant de ce qui se passe au Sahara Occidental mais qu'il n'y a aucune raison de ne pas utiliser la roche phosphatée de la zone".

31 mars 2015

Pillage de Noël des importateurs néo-zélandais

Deux bateaux sont sur le point d'arriver en Nouvelle-Zélande avec des phosphates du Sahara Occidental occupé.
07 janvier 2013