Pas d'enchère sur cet appel d'offres de l'ONHYM !
625c623523110_ONHYM_tender_2022b

Toutes les alarmes de la diligence raisonnable devraient sonner avant qu'une entreprise envisage de soumettre quoi que ce soit à un appel d'offres marocain invitant à l'évaluation du potentiel pétrolier au large du Sahara Occidental occupé.

25 avril 2022

Le gouvernement marocain a lancé un appel d'offres pour la « Modélisation géochimique et analyse play fairway sur la marge atlantique marocaine de Tanger à Lagouira ».

Rien n’indique qu'une grande partie de l'étude aura lieu en dehors des frontières internationalement reconnues du Maroc, dans les eaux au large du Sahara Occidental occupé.

Le littoral du territoire est sous occupation étrangère et illégale par le Maroc depuis les années 1970.

L'appel d'offres consiste en une étude documentaire, dans laquelle les zones susceptibles d'héberger des systèmes pétroliers seront évaluées et cartographiées. La date limite de soumission est le 19 mai 2022 et les travaux doivent être achevés sur une période de 18 mois.

Le but d'une telle étude est d'établir un classement des zones selon leur potentiel de prospection. L'étude fera la synthèse des données des puits qui ont déjà été forés, interprétera les données sismiques recueillies et produira des cartes illustrant les différentes zones géologiques et les réservoirs possibles. Les travaux seront réalisés par l'entreprise sous-traitante à partir des bureaux de l'ONHYM à Rabat.

Les zones à étudier du nouvel appel d'offres de l'ONHYM. Plusieurs des zones sont situées à l'extérieur des frontières internationalement reconnues du Maroc, au large du Sahara Occidental occupé. La carte ci-dessus n'est pas conforme à l'ONU.

D'après les documents publiés par l'ONHYM, une entreprise aurait manifesté son intérêt pour les travaux, en soumettant une question à l'appel d'offres indiquant - en anglais : « Notre expertise d'entreprise comprend la partie interprétation géochimique et modélisation-analyse des systèmes pétroliers du travail, mais pas l'interprétation sismique et les attributs sismiques. Nous partons du principe que l'ONHYM accepte les propositions impliquant la collaboration de 2 ou plusieurs entreprises, mais pourriez-vous nous le confirmer ?".

L'identité de l'entreprise qui a posé la question n'est pas connue.

L'étude sismique la plus récente entreprise au Sahara Occidental était une opération russo-chinoise-britannique en 2018. La seule opération de forage jamais entreprise dans les eaux adjacentes au territoire occupé - par Kosmos Energy et Cairn Energy - a conduit à une condamnation généralisée et à un désinvestissement par les propriétaires.

Western Sahara Resource Watch demande à toutes les entreprises à ne s'engager sur aucune évaluation du potentiel pétrolier au Sahara Occidental tant qu’aucune solution n’est trouvée au conflit. Toute exploration pétrolière au Sahara Occidental a lieu en violation de la volonté et des droits des Sahraouis, ne fera que conduire à un nouvel enracinement de la position marocaine, et va affaiblir les négociations pour une solution au conflit. Les entreprises qui envisagent de participer au pillage des ressources du Sahara Occidental doivent tenir compte de ce que cela couterait à leur réputation», a déclaré Erik Hagen, de Western Sahara Resource Watch.

La poursuite de l’exploration des hydrocarbures viole le droit international aussi longtemps que le peuple du Sahara Occidental n’y consent pas. C’est la principale conclusion d'un avis juridique de 2002 du Bureau des affaires juridiques des Nations Unies au nom de son Conseil de sécurité.

Auparavant, un certain nombre de sociétés de services sismiques ont été convaincues par le Maroc d’assumer des missions au Sahara Occidental, parce que l'ONHYM ou les opérateurs n’avaient pas spécifié l'emplacement réel des blocs. Presque toutes les entreprises de levées sismiques qui ont travaillé au Sahara Occidental ont depuis regretté leur participation :

  • Nous admettons avoir fait une erreur. Il nous est très inconfortable d'avoir contribué à soutenir un pouvoir d'occupation", le PDG de SeaBird Exploration en 2015.
  • "Cela ne me pose aucun problème d’affirmer, avec le recul, qu'il a pu être une mauvaise idée de prendre cette mission", directeur général de Spectrum ASA 2011.
  • "La compagnie est souvent impliquée dans l'exploitation du pétrole et du gaz dans les zones où la population locale n'a pas été consultée. Pour cette raison, l'entreprise a par exemple cessé son implication au Sahara Occidental", Fugro NV, 2012 et sa filiale Fugro-Geoteam "a décidé de s'abstenir de toute implication au Sahara Occidental jusqu'à ce qu’à la résolution de la situation politique" 2010.
  • "TGS-NOPEC apprécie la complexité des questions politiques dans la région [...] En conséquence, la Société a décidé de ne pas entreprendre de nouveaux projets au Sahara Occidental sans un changement dans les développements politiques», Communiqué de presse, 18/03/2003.

D'autres compagnies ont été alertées à temps, et ont spécifiquement évité de prendre ces missions: "Nous avons à plusieurs reprises refusé de mener des explorations sismiques au Sahara Occidental", PGS 2009.

L'ONHYM a, en 2019, réalisé une étude similaire de Tanger à Tarfaya (Anglais, Français).

Voir aussi : 
La description de l'appel d'offres [ou télécharger]
Le règlement de l'appel d'offres [ou télécharger
La lettre d'appel d'offres [ou télécharger en français et arabe]
Lettre de clarification ONHYM [ou télécharger].

Actualités

Incitec confirme son achat d'une cargaison de minerais sahraouis

La société australienne Incitec Pivot a confirmé être l'acquéreur d'une cargaison de minerai de phosphate du Sahara Occidental que le gouvernement marocain a exporté illégalement hors du territoire occupé.

27 septembre 2022

Une Cie minière de Melbourne signe un accord sur les terres occupées

Une petite compagnie australienne, nouvelle et inconnue, prétend avoir acquis une licence minière au Sahara Occidental occupé.

26 septembre 2022

La Cour africaine se prononce pour les Sahraouis

La Cour africaine des droits humains et des peuples conclut que l'occupation du Sahara occidental par le Maroc constitue une violation grave du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance.

25 septembre 2022

Nouvelle probable cargaison pour Incitec Pivot

L'Australie devrait recevoir sa première cargaison controversée de phosphate du Sahara Occidental occupé, 6 ans après.

23 septembre 2022