Siemens et Enel exclus pour des raisons de droit international
32_610

Siemens Gamesa, Siemens Energy et Enel Spa ont été exclus par le gestionnaire d'actifs de la Norvège, Storebrand, pour avoir contribué à des violations du droit international au Sahara Occidental occupé.

14 janvier 2021

Cette semaine, le gestionnaire d'actifs de la Norvège, Storebrand, a publié sa liste des sociétés exclues fin 2020.Trois sociétés sont ajoutées à la liste en raison de leurs opérations sur des terres occupées : la société espagnole Siemens Gamesa, la société allemande Siemens Energy AG et la société italienne Enel SpA .

"Les projets climatiques sont d'une importance fondamentale, mais de tels investissements ne devraient jamais être faits au détriment du respect des droits de l'homme ou du droit international", a déclaré Erik Hagen de Western Sahara Resource Watch au service de presse Responsible Investor, ajoutant que WSRW félicite Storebrand pour sa "décision de principe".

Les trois sociétés ont été exclues pour leurs opérations sur le territoire occupé au Sahara Occidental. Aucune des trois n'a obtenu la permission du peuple sahraoui pour y opérer, mais travaille selon des accords avec le pays voisin, le Maroc, qui occupe illégalement le territoire. L'ajout récent des trois entreprises est visible sur l'aperçu des entreprises exclues de Storebrand au 4ème trimestre 2020. Elles n'étaient pas indiquées en liste noire au Q3ème trimestre.

Cette exclusion résulte de la politique de Storebrand de ne pas offrir à ses clients d'investissements qui contribuent à violer le droit international dans les territoires palestiniens occupés et au Sahara Occidental occupé.

"Nous avons échangé avec les entreprises, mais nous avons constaté qu’elles n’avaient pas effectué d'audit complet en matière de droits humains des projets et de leurs partenaires commerciaux au Sahara Occidental occupé par le Maroc", a déclaré Tulia Machado-Helland, responsable des droits de l’homme chez Storebrand Asset Management, à Responsible Investisseur.

"Les entreprises sont impliquées dans des projets de parcs éoliens au Sahara Occidental occupé en partenariat avec les autorités marocaines et le secteur privé et ni les entreprises ni leurs partenaires n'ont consulté et obtenu le consentement des Sahraouis, contrairement à ce qu'exige le droit international. Les entreprises ont l'intention de poursuivre ces projets. Storebrand ne peut pas via son investissement contribuer à une situation qui peut légitimer une violation du droit international », a déclaré Machado-Helland.

En septembre 2020, Siemens Gamesa a annoncé avoir conclu un gros contrat dans le "sud du Maroc", appellation que la société utilise pour le Sahara Occidental. Aucun gouvernement dans le monde - à l'exception de celui de Donald Trump - n'a reconnu le Sahara Occidental comme faisant partie du Maroc. Siemens Gamesa a fait son annonce alors que le gestionnaire d'actif essaie depuis des années de convaincre l'entreprise de respecter le droit à l'autodétermination du peuple du pays. Le nouvel accord a été condamné par WSRW.

Selon Hagen, les déclarations de Siemens Gamesa suggèrent que les demandes des actionnaires n'ont pas été efficaces, "ne laissant aux investisseurs que l'option des exclusions".

Hagen a déclaré au service de presse que Siemens et Enel "n'ont pas le droit de signer de grands accords relatifs à l'énergie sur les terres occupées. Le fait que les entreprises affirment que leur présence contribue au développement local est non seulement totalement hors de propos, mais également très contesté. Il appartient au peuple du Sahara Occidental de décider de ces questions - et non à Siemens, Enel ou Donald Trump."

Siemens et Enel ont Nareva comme principal partenaire dans le territoire occupé, une société qui est la propriété du roi du Maroc. Peu de temps après l'annonce de la reconnaissance par Trump des scabreuses revendications marocaines, il a été révélé que Nareva devait recevoir un financement important de l'administration Trump.

Actualités

Coloniser le territoire avec des infrastructures indésirables

Afin d’accroître l’afflux de colons marocains et « développer » le territoire, le Maroc a déployé de grands travaux d’infrastructure que le peuple sahraoui n’a jamais demandés.

14 avril 2022

Nouveau rapport : division par deux du commerce du phosphate du Sahara

Les exportations de minerais de phosphate du Sahara Occidental occupé n'ont jamais été aussi faibles qu'en 2019. Cela est révélé dans le nouveau rapport WSRW P pour Pillage, publié aujourd'hui, 24 février 2020.

24 février 2020

Nouveau rapport sur l'industrie du phosphate du Sahara Occidental

En 2018, le Maroc a expédié 1,93 million de tonnes de phosphate du Sahara Occidental occupé, d'une valeur estimée à 164 millions de dollars. Trouvez dans le rapport tout ce que vous devez savoir sur les volumes, les valeurs, les navires et les clients.

08 avril 2019

Nouveau rapport : le contentieux du phosphate au Sahara Occidental

Le Maroc a expédié plus de 1,5 million de tonnes de phosphate en provenance du Sahara Occidental occupé en 2017, pour un montant de plus de 142 millions de dollars. Mais le nombre d'importateurs internationaux du minerai litigieux diminue. Le rapport annuel de WSRW le montre.

24 avril 2018