Voltalia veut construire un parc éolien au Sahara Occidental occupé

La compagnie française projette de commencer la construction plus tard cette année.

10 août 2020

Les médias marocains rapportent (ou télécharger) que trois ans après avoir reçu du Maroc le statut de producteur d'électricité indépendant pour la "province de Laâyoune", la société française Voltalia SA peut désormais lancer la construction de son projet de parc éolien de 75 MW.

Mais la "province de Laâyoune" est une dénomination administrative marocaine d'une partie du territoire du Sahara Occidental que le Maroc maintient sous occupation militaire. La province comprend la zone autour de la capitale occupée du territoire, El Aaiún.

Selon un communiqué du Conseil marocain de la concurrence du 28 mai dernier, deux des filiales détenues à 100% par Voltalia, Voltalia Maroc et VLT Investment 6 BV ont créé une société commune dénommée "Parc Eolien de Ghrad Jrad SAS", pour le développement, la réalisation et l'exploitation du parc éolien.

Western Sahara Resource Watch (WSRW) a écrit à Voltalia SA, demandant à l'entreprise de clarifier son évaluation du statut juridique du Maroc vis-à-vis du territoire du Sahara Occidental, et si elle a obtenu le consentement du peuple du Sahara Occidental, par le biais de son organe représentatif internationalement reconnu, le Front Polisario, pour devenir un producteur indépendant d'électricité sur le territoire.

"Nous sommes convaincus qu'il n'est dans l'intérêt d'aucune entreprise de s'associer à la poursuite de l'occupation et de la colonisation, et au pillage des ressources. Par conséquent, nous vous demandons de limiter toute coopération avec le Maroc au territoire du Maroc proprement dit et de vous abstenir d'entreprendre des activités sur des terres occupées", a écrit WSRW dans la lettre à l'entreprise.

En juin 2016, Voltalia a acquis Alterrya Maroc, une société de développement de projets renouvelables basée à Rabat au Maroc. Voltalia a également acheté Alterrya Wind, basée à El Aaiún. La transaction Alterrya a permis à Voltalia d'acquérir un portefeuille de projets éoliens de 185 MW et solaires de 100 MW qui, au moment de la reprise, étaient encore au stade de la conception. WSRW considère que le parc éolien de Ghrad Jrad fait partie de ce portefeuille. On ne sait pas combien d'autres projets du portefeuille d'Alterrya devraient être mis en œuvre au Sahara Occidental occupé.

Voltalia a également obtenu une société appelée VMA Sahara en 2016, également basée à El Aaiún.

Actualités

Le pétrole d'Espagne continue à alimenter l'occupation

Voici tous les navires qui ont l’année dernière transporté des produits pétroliers des raffineries espagnoles vers le Sahara Occidental occupé.

04 septembre 2021

WSRW interroge ENGIE sur son éthique sociétale

La multinationale française ENGIE opère au Sahara Occidental occupé. WSRW et l'association française Apso ont écrit aujourd’hui à la société pour lui demander comment elle envisageait les aspects éthiques et juridiques de telles opérations.

11 janvier 2019

Vigeo Eiris : deux ans sans répondre de son soutien à l'occupation

La société franco-britannique Vigeo Eiris a certifié et défendu un projet énergétique franco-marocain au Sahara Occidental occupé. WSRW demande au conseil d'administration de se saisir de cette affaire.

28 novembre 2018

Le Polisario s'attaque à de grandes banques françaises

La représentation du peuple du Sahara Occidental a déposé plainte contre les banques BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole, contre la compagnie d'assurance Axa Assurance, la compagnie aérienne Transavia et l'agence de tourisme UCPA pour accusation de colonisation.

23 octobre 2018