Le Maroc rejette les recommandations concernant le Sahara Occidental
642570ef520bd_ElliLorz_IMG_0741_BouCraa

Le Maroc a déclaré au Conseil des droits humains de l'ONU qu'il ne tiendrait pas compte du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.

31 mars 2023

Photo: Elli Lorz

En novembre 2022, le Maroc a passé son quatrième Examen périodique universel (EPU) au Conseil des droits humains des Nations Unies. Dans cet examen périodique de son respect des droits de l'homme par d'autres États membres de l'ONU, le gouvernement marocain a reçu 306 recommandations sur la manière dont il pourrait améliorer la situation des droits humains au Maroc et dans la partie du Sahara Occidental qu'il maintient sous occupation militaire illégale.

Plus précisément, dix États intervenants ont formulé des recommandations sur le Sahara Occidental, dont plusieurs appels au Maroc pour qu'il respecte le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et aux ressources de la terre.

La semaine dernière, le 24 mars 2023, le Maroc a pris la parole devant le Conseil des droits humains des Nations unies pour répondre aux recommandations reçues il y a cinq mois. Il rejette catégoriquement toutes les recommandations sur l'autodétermination sahraouie, ajoutant que la question n'est pas du ressort du Conseil des droits humains.

"Le Royaume du Maroc n'accepte pas cinq recommandations relatives à l'intégrité territoriale dans le cadre du conflit régional porté devant le Conseil de sécurité, qui ne relève pas du mandat du Conseil des droits de l'homme", indique l'addendum contenant les vues du gouvernement du Maroc. Il s'agit de recommandations avancées par la Namibie, le Timor oriental, le Venezuela et l'Algérie, appelant essentiellement à l'organisation du référendum d'autodétermination au Sahara Occidental (que le Maroc a accepté dans la proposition de règlement de l'ONU de 1988 qui a mis fin à la guerre au Sahara Occidental), et pour s'assurer que le peuple du Sahara Occidental consente à la prise de ses ressources. Lisez le texte intégral de ces recommandations ci-dessous (ou trouvez-les ici - recommandations 290, 291, 294, 302 et 305).

Le paragraphe 20 de l'addendum indique également que "Le Royaume du Maroc considère rejetée la partie relative à la coopération avec l'Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour les provinces du sud du Royaume du Maroc, qui figurait dans une recommandation, car cette question ne relève pas du mandat du Conseil des droits de l'homme".

En outre, il y a 32 recommandations que le gouvernement marocain a "totalement rejetées", explique l'addendum, qui appellent pour la plupart à l'abolition de la peine de mort, à la dépénalisation des relations sexuelles hors mariage ou aux relations homosexuelles et à la lutte contre la violence à l'égard des femmes - mais également au respect de la Convention de Genève de traiter les détenus au Sahara Occidental dans des conditions humaines.

Le rapport du groupe de travail sur le quatrième EPU du Maroc, publié en janvier de cette année, comprenait déjà des déclarations du gouvernement marocain qui indiquaient son opposition aux recommandations sur l'autodétermination sahraouie.

« En ce qui concerne la question de l'autodétermination dans les provinces sahariennes, le Maroc a soutenu l'exercice du droit à l'autodétermination des peuples de nombreux pays, y compris ceux des délégations qui ont soulevé la question. En vertu du droit international, le droit à l'autodétermination est lié au droit à l'intégrité territoriale. En ce qui concerne certaines revendications sur la liberté de mouvement et la liberté d'expression dans les provinces du sud, la situation dans ces provinces est tout à fait normale et de nombreux représentants de la communauté internationale s'y sont rendus. Il existe plus de 30 missions diplomatiques et consulaires et six procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme se sont rendues dans les régions concernées. Le Maroc continue d'inviter de nombreux titulaires de mandat au titre des procédures spéciales à effectuer des visites », a ensuite déclaré le Maroc.

Il convient de noter que le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits humains a souligné dans son discours devant le Conseil des droits huamins le 7 mars 2023 que "sur le Sahara Occidental, mon bureau continue de surveiller à distance la situation des droits de l'homme. Étant donné que la dernière visite de mon bureau a eu lieu il y a près de huit ans, il est crucial pour mon Bureau de pouvoir entreprendre à nouveau des missions significatives dans la région." L'actuel envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara Occidental, nommé en octobre 2021, n'a toujours pas été autorisé à se rendre dans le territoire.

 

Les 5 recommandations ci-dessous n'ont pas été acceptées par le Maroc, car "relatives à l'intégrité territoriale dans le cadre du différend régional présenté au Conseil de sécurité, qui n'ont rien à voir avec les pouvoirs du Conseil des droits humains"

290. S'abstenir de se livrer à toute activité économique ou à l'exploitation des ressources sur le territoire du Sahara Occidental sans le consentement formel du représentant légitime du peuple du Sahara Occidental, conformément à la jurisprudence juridique internationale et aux décisions judiciaires européennes et africaines pertinentes (Algérie );

291. Mettre fin à l'occupation marocaine du Sahara Occidental, qui viole les droits humains du peuple sahraoui, en organisant un référendum d'autodétermination, conformément aux documents de l'ONU, au plan de règlement de l'ONU et de l'Organisation de l'union africaine, qui a été approuvé par les deux parties et adopté par le Conseil de sécurité dans ses résolutions 621 (1988) et 690 (1991) (Algérie) ;

294. Permettre au peuple du Sahara Occidental d'exercer son droit à l'autodétermination par le biais d'un référendum libre, équitable et transparent administré par l'Organisation des Nations Unies (Namibie);

302. Permettre au peuple du Sahara Occidental d'exercer son droit à l'autodétermination par le biais d'un référendum démocratique (Timor-Leste);

305. Mettre fin à son déni du droit à la libre autodétermination du peuple sahraoui, reconnu par le droit international, en organisant un référendum qui soit l'expression libre et authentique de la volonté du peuple du territoire (République bolivarienne de Venezuela);

 

Puisque vous êtes là....
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais. Nous travaillons de manière totalement indépendante et dans une large mesure bénévolement. Notre travail demande du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous pensons que c'est important - et nous espérons que vous aussi. Nous recherchons davantage de donateurs mensuels pour soutenir notre travail. Si vous donnez 3 €, 5 €, 8 € par mois… ou ce que vous pouvez – l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Vous pouvez rapidement établir un don mensuel à WSRW en suivant ce lien.

Actualités

Les Sahraouis protestent contre le greenwashing marocain

Préoccupée par les gigaplans du Maroc au Sahara Occidental occupé, la société civile du Sahara Occidental porte plainte lors de la COP28 sur le climat et auprès du rapporteur spécial de l’ONU.

12 décembre 2023

Pas de justice climatique pour le Sahara Occidental à la COP28

Alors que les dirigeant·es, les entreprises et la société civile du monde entier se réunissent pour des négociations sur le climat à Dubaï, un peuple reste pratiquement non représenté.

09 décembre 2023

Le Sahara Occidental réclame d'être à la table du climat

La république du Sahara Occidental exprime le souhait d'être incluse dans la gouvernance climatique dirigée par l'ONU.

05 septembre 2023

WSRW appelle Guterres à lutter contre le pillage

Dans une lettre adressée au Secrétaire général de l'ONU, WSRW appelle à un rapport plus équilibré et véridique sur le pillage illégal par le Maroc des ressources du Sahara Occidental occupé.

15 septembre 2022