Domino de régions espagnoles contre le commerce avec le Sahara
demo_oslo27_610.jpg

Cette semaine, le parlement de Galice a exigé une suspension complète du commerce et de la complicité des entreprises dans l'exploitation des ressources naturelles au Sahara Occidental. La Galice est une parmi d'autres.
Mis à jour le: 27.04 - 2017 19:45Imprimez cette page    
[Cet article a été mis à jour le 8 mai 2017]

Une série de régions et de communes espagnoles ont au cours des dernières semaines adopté des résolutions exigeant le respect du jugement du 21 décembre 2016 de la Cour de justice l'UE.

Le jugement a mis un terme à l'inclusion du Sahara Occidental dans les accords commerciaux UE-Maroc, car le territoire est séparé et distinct du Maroc. La dernière assemblée régionale espagnole à avoir adopté une telle déclaration était celle de Galicie le 25 avril 2017.

Western Sahara Resource Watch a publié un article sur un cas similaire, le parlement du Pays Basque qui a adopté le même énoncé le 3 mars 2017.

Depuis, les régions autonomes d'Estrémadure 23 mars 2017, les îles Baléares 28 mars, Aragon 30 mars, la Catalogne 5 avril, Cantabria le 2 mai, les communes d'Ortuella 30 mars, Etxebarri 3 avril, Rota 20 avril, Alcazar de San Juan 26 avril, El Trabuca 31 mars, ainsi que les villes de Bilbao et Las Palmas, et la ville de Villanueva del Trabuco, près de Malaga, auraient adopté une déclaration similaire.

Il convient de noter que ces déclarations auraient été adoptées par consensus, avec le soutien total de tous les partis politiques, y compris le parti au pouvoir au niveau national, le Partido Popular. Les nombreuses déclarations sont à l'initiative des Verts espagnols / Equo.

La population des régions et les municipalités qui ont approuvé ces déclarations représente 24,3 millions de personnes - plus de la moitié de la population espagnole totale.


Les textes adoptés sont des variations de celui mentionné ci-dessous :

Déclaration Institutionnelle pour le respect du droit international et européen envers le Sahara Occidental (13/02/2017)  
Rappelant le jugement du 21 décembre 2016 de la Cour de Justice de l’Union européenne qui a établi que le Sahara Occidental ne fait pas partie du Royaume du Maroc, ce qui signifie qu’aucun accord commercial entre l’Union européenne et le Maroc n’est applicable au Sahara occidental et que toute activité commerciale ou exportation de ressources naturelles du Sahara Occidental sans le consentement du peuple sahraoui est illégale;
Soulignant le caractère obligatoire de ce jugement pour toutes les autorités européennes et nationales, et donc pour les municipalités, dont le devoir est de le respecter mais aussi d’assurer sa publicité auprès des citoyens et des acteurs économiques, afin que ce jugement soit pleinement et correctement appliqué.
Considérant que la résolution 2285 du Conseil de Sécurité des Nations unies d’avril 2016 reconnaît qu’une solution politique de ce différend de longue date et le renforcement de la coopération entre les États membres de l’Union du Maghreb arabe contribueraient à la stabilité et à la sécurité dans la région du Sahel  
Considérant que suite à la violence du conflit armé qui a suivi l’invasion marocaine du territoire en 1976, une partie importante du peuple sahraoui fut exilée en Algérie, où elle vit encore aujourd’hui dans les camps de réfugiés au sud de Tindouf ;
Considérant que le 26 février 1976, l’Espagne a mis fin à sa présence dans le territoire du Sahara occidental, violant ainsi ses obligations internationales par rapport au peuple sahraoui, empêchant la conclusion du processus de décolonisation qui était en cours dans le cadre de l’ONU et que l’Espagne a une responsabilité historique, juridique et morale envers le peuple sahraoui.
La session plénière de la Municipalité de Las Palmas de Gran Canaria approuve la déclaration institutionnelle suivante, par laquelle elle :
1. Souligne l’absolue nécessité que le jugement de la Cour de Justice de l’Union européenne du 21 décembre 2016, qui établit que les accords d’association et de libéralisation entre le Maroc et l’Union européenne ne s’appliquent pas au territoire du Sahara occidental, soit pleinement respecté et mis en œuvre.
2. Exprime sa vive préoccupation par rapport à l’exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental, y inclus par des compagnies européennes, en contravention au droit international et européen; insiste sur l’illégalité de toute activité commerciale avec le Sahara occidental sans le consentement du peuple sahraoui.
3. Appelle les compagnies européennes, espagnoles et canaries/ basques, pour qu’elles agissent conformément au droit international et européen et cessent toute activité qui puisse favoriser la perpétuation de l’occupation marocaine du Sahara occidental et l’exploitation des ressources naturelles du peuple sahraoui sans son consentement (telles que des activités liées à  la pêche, l’agriculture, l’extraction des phosphates et de sable, ou l’énergie renouvelable). Appelle instamment les autorités locales, régionales et nationales espagnoles à prendre toutes les mesures nécessaires, législatives et autres, pour assurer la pleine exécution du récent jugement de la CJE.
4. Se joint au mouvement de solidarité espagnole envers le peuple sahraoui qui exige, depuis des années, une solution politique juste, durable et acceptable pour toutes les parties à travers un referendum qui mette fin au conflit du Sahara occidental.
5. Souligne l’importance d’avoir des relations fortes et plurielles avec nos voisins marocains et que la solution juste au conflit du Sahara occidental permettrait le renforcement des relations avec le Maroc.



    
Actualités:

07.09 - 2017 / 07.09 - 2017Les groupes sahraouis contrent l'UE sur les négociations avec le Maroc
19.07 - 2017 / 19.07 - 2017Un tribunal civil suit un militaire contre des militants sahraouis
14.07 - 2017 / 14.07 - 2017Le Sahara Occidental gagne le cas du cargo en Afrique du Sud
14.07 - 2017 / 05.07 - 2017Stop aux négociations commerciales UE-Maroc sur le Sahara Occidental!
14.07 - 2017 / 14.07 - 2017Siemens est inconstant dans son soutien aux occupations militaires
06.07 - 2017 / 06.07 - 2017Le solaire du Sahara Occidental opérationnel en 2018
03.07 - 2017 / 03.07 - 2017La chine intéressée par la recherche pétrolière au Sahara Occidental ?
03.07 - 2017 / 03.07 - 2017Le Dura Bulk décharge le sable sahraoui à Tenerife
01.07 - 2017 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
22.06 - 2017 / 22.06 - 2017Le Polisario aux Cies maritimes : d'autres arraisonnements à venir
20.06 - 2017 / 20.06 - 2017La Cie maritime de l'Ile de Man sort le Sahara Occidental
16.06 - 2017 / 16.06 - 2017Nouveau rapport : les Cies qui transportent le minerai du conflit
15.06 - 2017 / 15.06 - 2017Les Sahraouis gagnent le 1er tour dans le dossier judiciaire
15.06 - 2017 / 15.06 - 2017Les Wisby continuent à alimenter l'occupation du Sahara Occidental
12.06 - 2017 / 12.06 - 2017Une banque suédoise exclut l'industrie des phosphates sahraouis
06.06 - 2017 / 06.06 - 201715 questions à Atlas Copco : zéro réponse
04.06 - 2017 / 04.06 - 2017Le gouvernement marocain confirme la sortie de Glencore de Foum Ognit
02.06 - 2017 / 02.06 - 2017Ballance : une cargaison controversée pour remplacer le navire retenu
30.05 - 2017 / 30.05 - 2017Le Pacte mondial élimine l'affaire Vigeo Eiris de son propre fait
30.05 - 2017 / 30.05 - 2017Manifestations à Palma de Majorque contre les importations de sable
30.05 - 2017 / 30.05 - 2017Sahara Occidental: réponses de l'UE sur les négociations commerciales?
25.05 - 2017 / 25.05 - 2017Le navire pour le Canada avec des minéraux de conflit a été libéré
18.05 - 2017 / 18.05 - 2017Le jugement relatif au fret de la Nouvelle-Zélande pour le 9 juin
18.05 - 2017 / 18.05 - 2017Un navire danois et sa cargaison de pillage coincée à Panama
12.05 - 2017 / 12.05 - 2017L'UE veut ignorer l'arrêt de la Cour de justice sur le Sahara
11.05 - 2017 / 11.05 - 2017Glencore sort du Sahara Occidental
11.05 - 2017 / 11.05 - 2017Enel considère son implication au Sahara occupé comme non politique
04.05 - 2017 / 04.05 - 2017 Ballance Agri-Nutrients admet être l'acheteur du fret saisi
04.05 - 2017 / 04.05 - 2017La vidéo du navire saisi
03.05 - 2017 / 03.05 - 2017Un pilleur en route vers la Nouvelle-Zélande retenu en Afrique du Sud




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi