HeidelbergCement défend encore ses activités sur les terres occupées
627e7cee34da2_HeidelbergCement2021

L'entreprise a défendu ses activités controversées lors de l'assemblée générale du 12 mai.

16 mai 2022

Ci-dessus : Usine HeidelbergCement au Sahara Occidental occupé. Photo par @ElliLorz

HeidelbergCement contrôle deux cimenteries au Sahara Occidental via sa filiale marocaine Ciments du Maroc (CIMAR) avec des permis délivrés par le gouvernement du Maroc, qui occupe illégalement la plus grande partie du territoire. La société elle-même, cependant, considère le Maroc comme l'autorité responsable sur le territoire, comme il ressort de sa réponse aux questions soumises par Dachverband der kritischen Aktionärinnen und Aktionäre, en collaboration avec Western Sahara Resource Watch (WSRW).

Voir ici la traduction non officielle de WSRW, en anglais, des questions et réponses lors de l'assemblée annuelle de l'entreprise du 12 mai 2022.

Lors de la réunion, HeidelbergCement a mis en lumière le volume des ressources nécessaires à la production. « Notre filiale achète environ 150 000 tonnes de calcaire et de pouzzolanes par an auprès de fournisseurs locaux pour la production de ciment dans la région du Sahara Occidental ». Il n'est pas clair si l'entreprise désigne des fournisseurs au Sahara Occidental, ou de l'autre côté de la frontière, au Maroc, lorsqu'elle parle de « fournisseurs locaux ».

Lors de l'AG de l'année dernière, la société a révélé qu'elle importait « du clinker et du gypse du Maroc et achetait des matières premières supplémentaires auprès d'entreprises appartenant à des Sahraouis », sans autre précision.

La société a également indiqué attendre l'issue des procédures judiciaires devant la Cour de justice de l'UE, pour voir si la Cour « fera droit aux plaintes de la Commission et du Conseil ». Ces deux derniers organes institutionnels de l'UE ont fait appel d'une décision du Tribunal de l'UE de septembre 2021 : la cinquième décision consécutive de l'UE concluant que le Maroc n'a ni souveraineté ni mandat d'administration sur le Sahara Occidental, qui doit être considéré comme un territoire « séparé et distinct » de tout pays du monde, y compris du Maroc. De ce fait, la cour a toujours statué que le peuple du Sahara Occidental doit donner son consentement pour que tout accord bilatéral avec le Maroc affecte légalement son territoire. La dernière décision de septembre 2021 précise que le consentement doit être obtenu par l'intermédiaire de la représentation reconnue par l'ONU du peuple du Sahara Occidental, le Front Polisario, et non par une consultation des opérateurs ou groupes marocains sur le territoire. C'est précisément ce dernier élément que la Commission Européenne a contesté dans son appel, et HeidelbergCement semble être d'accord : « la Commission Européenne doute ici de la représentativité et de la capacité partisane du Front Polisario ».

Le conseil d'administration de la société a ajouté que la proposition du Maroc d'accorder l'autonomie au territoire qu'il occupe illégalement et militairement, et sur lequel il ne possède aucune revendication légale, le rend « prudemment optimistes de l’atteinte d'un règlement du conflit ». Il convient de noter que la proposition du Maroc ne fait de place à aucune autre option, par exemple l'indépendance, et donc ne permet pas l'expression de l'autodétermination – ce qu’a pourtant requis la Cour internationale de justice, la Cour de justice de l'UE, et qui continue à être le principe fondamental de l'approche de l'ONU pour résoudre le conflit au Sahara Occidental.

Répétant ses affirmations de l'AG de l'année dernière, le conseil d'administration de HeidelbergCement a déclaré qu'il « suppose que la population locale est d'accord avec nos activités commerciales » et qu'elle a « obtenu les approbations nécessaires par les représentants officiels élus par la population locale ». La population du Sahara Occidental se compose actuellement d'une majorité de colons marocains. Le peuple réel du territoire, les Sahraouis, est en minorité, car beaucoup ont fui leur terre en raison de l'agression du Maroc. Ce sont eux qui détiennent le droit souverain sur la terre et ses ressources - pas la population du territoire, ni les individus qui ont reçu un titre par les autorités marocaines à travers des élections organisées par le Maroc sur une terre sur laquelle il n'a aucun droit.

Puisque vous êtes là....
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais. Nous travaillons de manière totalement indépendante et dans une large mesure bénévolement. Notre travail demande du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous pensons que c'est important - et nous espérons que vous aussi. Nous recherchons davantage de donateurs mensuels pour soutenir notre travail. Si vous donnez 3 €, 5 €, 8 € par mois… ou ce que vous pouvez – l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Vous pouvez rapidement établir un don mensuel à WSRW en suivant ce lien.

Actualités

Énergie verte mais sale sur terres occupées

Comment peut-il être mauvais de développer les énergies renouvelables, dans un monde qui a désespérément besoin d'une transition verte ? Au Sahara Occidental, les problèmes sont nombreux.

14 avril 2022

L'avocate générale de la Cour de l'UE confirme le statut séparé et distinct du Sahara Occidental

L’avocate générale de la plus haute Cour de l’UE soutient le statut juridique du peuple du Sahara Occidental. Le jugement final est attendu dans quelques mois.

21 mars 2024

La conseillère à la Cour de l'UE : pas d'étiquette Maroc sur les fruits du Sahara Occidental

L'étiquetage de ces produits comme étant originaires du Royaume du Maroc au lieu d'être originaires du Sahara Occidental constitue une violation du droit de l'UE, conclut l'avocate générale de la Cour de justice de l'UE.

21 mars 2024

COWI abandonne ses projets au Sahara Occidental

Après avoir entrepris des travaux pour la société nationale marocaine des phosphates au Sahara Occidental, le géant danois du conseil COWI déclare qu'il "ne s'engagera pas dans d'autres dossiers" dans le territoire occupé.

11 mars 2024