La Suède s'oppose à l'appel du Conseil de la décision de la Cour sur le Sahara Occidental
6137cba2c00ed_1bd8eudemo_07.06.2018b_610

Dans un geste qui n'a surpris personne, le Conseil de l'UE a fait appel de la récente décision de la Cour de Justice de l'UE qui a stoppé le commerce et la pêche de l'UE au Sahara Occidental occupé. Mais le Conseil n'a pas été unanime.

29 novembre 2021

MISE À JOUR, 06/12/2021:

Deux pays ont émis des explications de vote lors de la réunion du Conseil. La Suède et le Danemark. 

Pourvoi contre les arrêts du Tribunal de l'Union européenne dans l'affaire T279/19, Front Polisario/Conseil et dans les affaires jointes T-344/19 et T-356/19, Front Polisario/Conseil Approbation 13455/21 JUR

Déclaration du Danemark "Le Danemark a pris bonne note de l'évaluation juridique et de la recommandation du service juridique du Conseil. Sur cette base, le Danemark est favorable à un appel de l'arrêt du Tribunal rendu le 29 septembre 2021 dans l'affaire T-279/19 et dans les affaires jointes T-344/19 et T-356/19 afin d'obtenir une certitude juridique totale. Le Danemark a toujours souligné que les accords concernés dans ces affaires doivent être conformes à l'arrêt de la Cour de justice rendu le 21 décembre 2016 dans l'affaire C-104/16 P et ne préjugent pas du statut du Sahara Occidental en vertu du droit de l'UE et du droit international. Le Danemark continue de soutenir le processus des Nations unies visant à trouver une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable pour le Sahara occidental."

Déclaration de la Suède "Il est important de maintenir la coopération entre l'UE et le Maroc. La Suède apprécie hautement cette coopération. Cependant, les questions relatives au Sahara Occidental doivent être traitées dans le respect du droit international. La Suède note que le Tribunal a annulé les accords de partenariat en matière d'agriculture et de pêche entre l'UE et le Maroc, en se référant au droit international. L'arrêt du 29 septembre est conforme aux arrêts antérieurs de la Cour de justice et à la position de la Suède. La Suède partage l'appréciation du Tribunal et ne voit pas la nécessité d'un appel, comme le propose le Service juridique du Conseil. La Suède votera donc contre un appel de l'arrêt du Tribunal par le Conseil. La Suède peut accepter que la question d'un appel de l'arrêt du Tribunal soit traitée comme un point I par le COREPER II, mais souhaite que sa position déclarée soit enregistrée."

Western Sahara Resource Watch a appris que la Suède a voté contre la décision du Conseil de l'UE de faire appel de la décision de septembre du Tribunal de l'Union Européenne, qui a annulé à la fois l'accord agricole UE-Maroc et l'accord de pêche dans la mesure où ils ont été appliqués au Sahara Occidental occupé.

L'objection suédoise à l'appel est conforme à la position déclarée du pays selon laquelle les accords bilatéraux UE-Maroc ne devraient pas être étendus au Sahara Occidental. En 2018, la Suède a été le seul État membre de l'UE à s'opposer à la pratique que l'UE avait adoptée en réponse à des précédents arrêts de la Cour de justice de l'UE qui avait déjà invalidé l'application des accords UE-Maroc à la dernière colonie d'Afrique : l'approche consistant à insérer un amendement dans les accords contestés afin d'inclure explicitement le Sahara Occidental dans leur champ d'application géographique, sans le consentement du peuple du territoire. La Suède a expliqué son refus d'approuver de tels amendements en déclarant que "les exigences légales de la Cour européenne de justice n'ont pas été satisfaites", car "les organisations vitales représentant le peuple du Sahara Occidental n'ont pas donné leur consentement".

Le gouvernement suédois a cherché le soutien du Parlement pour sa position de voter contre l'appel, et a noté que l'arrêt du 29 septembre 2021 "est conforme aux arrêts précédents et à la position du gouvernement [suédois], en ce sens qu'un traité ne peut pas créer d'obligations ou de droits pour des tiers sans leur consentement et que les accords ne peuvent donc pas être conclus sans le consentement du peuple du Sahara Occidental. Le gouvernement a donc l'intention de voter non aux arrêts faisant l'objet de l'appel." Aucun des partis ne s'est opposé à cette position.

Que le peuple du Sahara Occidental doive consentir aux accords de l'UE affectant ses terres, c'était la conclusion que la Cour de justice de l'UE avait rendue dans l'appel du Conseil de l'UE sur la décision de 2015 annulant l'accord agricole UE-Maroc au Sahara Occidental. C'était le premier de maintenant cinq arrêts consécutifs de la Cour de justice de l'UE qui sont tous arrivés à la même conclusion : comme le Maroc n'a aucune souveraineté ou mandat d'administration sur le Sahara Occidental, et étant donné le statut séparé et distinct du territoire par rapport à tout autre pays dans le monde, l'UE ne peut pas l'inclure dans ses accords avec le Maroc. Jusqu'à présent, le Conseil n'a fait appel que de cette toute première décision du Tribunal de l'UE de 2015, alors soutenue par un Conseil unanime, car plusieurs États membres auraient cité l'importance d'épuiser toute la procédure juridique pour avoir une clarté complète sur la question.

WSRW n'a pas connaissance de potentielles autres positions divergentes exprimées par d'autres États membres de l'UE.

En conséquence de la décision actuelle de faire appel, les deux accords qui étaient sujets de la décision de septembre 2021 - l'accord commercial et l'accord de pêche - continueront à être appliqués au Sahara Occidental jusqu'à ce que la Cour de Justice de l'UE se prononce. Le processus devrait prendre encore un an.

Le Front Polisario, le représentant reconnu par l'ONU du peuple du Sahara Occidental et autre partie des affaires devant la Cour de l'UE, a condamné la décision de faire appel. Elle "démontre la conspiration montée par certaines parties européennes avec l'occupant marocain, pour continuer à piller les richesses du peuple sahraoui, et témoigne de la tentative d'entraver le processus de décolonisation", peut-on lire dans un texte de presse officiel.

L'appel avait déjà été approuvé provisoirement au niveau des ambassadeurs des États membres de l'UE (COREPER) le 10 novembre, mais devait encore être approuvé au niveau ministériel. Celle-ci a été accordée le 19 novembre lors de la réunion des ministres du développement de l'UE. L'approbation du COREPER est intervenue quelques jours seulement après que le roi du Maroc ait émis une menace claire à l'égard de l'Union. En célébrant l'invasion du Sahara Occidental par le Maroc le 6 novembre, le roi a déclaré : "Je souhaite dire à ceux qui ont des attitudes ambiguës ou ambivalentes, que le Maroc n'aura aucune transaction économique ou commerciale avec eux dans laquelle le Sahara marocain n'est pas inclus".

L'UE considère le Maroc comme un partenaire commercial et d'investissement important. Comme l'ont souligné des fonctionnaires de la Commission européenne lors d'auditions au Parlement européen fin octobre, le Maroc est "le premier partenaire commercial dans le voisinage sud, et le 20ème au total. Le commerce entre l'UE et le Maroc représente 35 milliards d'euros : la valeur des biens échangés. C'était le chiffre en 2020, donc c'est effectivement une relation importante et de taille."

La décision de faire appel intervient dans un contexte de tension accrue sur les questions migratoires entre l'UE et le Maroc. Fin octobre, le plan d'action de la Commission sur les migrations avec les pays partenaires a fait l'objet d'une fuite - l'un de ces partenaires est le Maroc. Le projet recommande la mise en œuvre d'un "partenariat d'égal à égal" avec le Maroc "par le dialogue, le partage des responsabilités, la confiance mutuelle et le respect". Il décrit le Maroc comme "un partenaire majeur dans le voisinage sud" et qualifie la coopération bilatérale sur la migration de "solide et de longue date". Dans le contexte de l'augmentation des flux migratoires du Maroc et du Sahara Occidental vers l'Europe, le document souligne la nécessité d'un "engagement renforcé du Maroc".

L'appel est dirigé contre l'arrêt du Tribunal de l'Union européenne du 29 septembre 2021, annulant la décision du Conseil de l'UE d'étendre l'accord agricole et l'accord de pêche UE-Maroc au Sahara Occidental. C'était le cinquième arrêt consécutif de la Cour de justice de l'UE sur la pratique de l'application des accords UE-Maroc au territoire. Tous ces arrêts ont conclu que le Sahara Occidental a un statut qui est séparé et distinct du Maroc et, en tant que tel, devrait être considéré comme une tierce partie à tout accord UE-Maroc. L'extension de la portée territoriale d'un tel accord au territoire requiert nécessairement le consentement du peuple du Sahara Occidental à travers sa représentation, a répété la Cour - ajoutant que les consultations de la population locale menées par les institutions de l'UE ne respectaient pas cette condition, comme cela avait été dénoncé à l'époque, entre autres par Western Sahara Resource Watch.

Actualités

L'UE défie à nouveau sa plus haute juridiction

Dans un nouveau rapport, la Commission Européenne explique comment les colons marocains au Sahara Occidental bénéficient d'un accord commercial que la Cour de justice de l'UE a jugé illégal.

10 janvier 2022

Conseil et Commission de l'UE font appel de la décision sur le Sahara Occidental

Comme prévu, le Conseil de l'UE a fait appel de la décision du Tribunal de l'UE annulant l'application des accords UE-Maroc au Sahara Occidental occupé. Étonnamment, la Commission européenne a déposé des recours séparés.

23 décembre 2021

La Commission Européenne confuse après la décision juridique

Une audition au Parlement Européen laisse de nombreuses questions et peu de réponses sur la réponse de l'UE à la décision de la Cour Européenne d'annuler les accords bilatéraux avec le Maroc qui incluent le Sahara Occidental occupé.

26 octobre 2021

Elections européennes : les votes des candidats sur le Sahara occupé

Savez vous pour qui voter lors des élections européennes ? Vous trouverez ici un aperçu complet des candidats au Parlement européen qui ont soutenu l'occupation marocaine du Sahara Occidental lors de précédents votes controversés. Choisissez judicieusement.

20 mai 2019