Le gouvernement sahraoui présente son plan climat
6188f9704122c_Flood

Voici la contribution du peuple sahraoui à la lutte mondiale contre le changement climatique, présentée aujourd'hui lors d'un événement parallèle à la COP26.

08 novembre 2021

Ci-dessus : Les camps de réfugiés sahraouis en Algérie, régulièrement touchés par des inondations, des tempêtes de sable et des chaleurs extrêmes.

La République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) a aujourd'hui présenté une contribution indicative déterminée au niveau national (iNDC) pour le Sahara Occidental, décrivant les actions qu'elle entend entreprendre pour contribuer aux efforts mondiaux de lutte contre la crise climatique.

La présentation coïncide avec les négociations de la COP26 à Glasgow, dont le peuple sahraoui et son gouvernement sont exclus en raison de l'occupation illégale de leur terre par le Maroc et de l'échec de l'ONU à résoudre le conflit conformément au principe directeur de l'autodétermination.

La iNDC identifie les mesures qui peuvent être prises immédiatement, ainsi que les actions ultérieures après la décolonisation du territoire. Elle souligne en outre la nécessité pour les Sahraouis de pouvoir accéder aux mécanismes de gouvernance et de financement climatique.

Lisez ici l'intégralité de l'iNDC pour le Sahara Occidental, présentée aujourd'hui lors d'un événement parallèle à la COP26.

Le Maroc occupe militairement les trois quarts du Sahara Occidental. Ses revendications sur le territoire ont été réfutées par la Cour internationale de justice et d'autres tribunaux dans le monde, y compris la Cour de justice de l'UE, ainsi que par l'ONU, qui considère le Sahara Occidental comme un territoire non autonome - une colonie.

"Non seulement notre peuple est soumis à une occupation brutale, mais il est également en première ligne de la crise climatique", a déclaré M. Adda Brahim, ministre de l'Environnement et des Ressources en eau du gouvernement sahraoui. "Nous n'avons pas de temps à perdre. Notre iNDC identifie les actions qui peuvent être prises dans les circonstances actuelles, et les actions qui peuvent être prises une fois le processus de décolonisation exigé par l'ONU achevé. Surtout, il souligne notre besoin de pouvoir accéder au financement climatique et de participer aux mécanismes de gouvernance climatique, y compris les négociations, conformément aux principes de justice climatique énoncés dans l'Accord de Paris. Nous demandons une pleine participation aux processus de la CCNUCC, y compris la soumission de CDN formelles, dont le développement devrait être soutenu par les mêmes mécanismes d'assistance financière et technique que ceux ouverts aux autres pays en développement vulnérables.

Selon l'Accord de Paris, les Parties doivent soumettre des plans climatiques - appelés Contributions déterminées au niveau national (CDN) - qui incluent des objectifs, des politiques, des mesures et des contributions à l'action climatique mondiale. La RASD n'a aucune obligation d'élaborer une NDC.

Malgré le rejet international de l'occupation du territoire par le Maroc, le Maroc a exploité les mécanismes de financement et de gouvernance climatique pour se positionner en tant que leader climatique et renforcer son occupation, en incluant le Sahara occidental dans les calculs de ses émissions territoriales et les actions d'atténuation et d'adaptation prévues.

Les faux rapports du Maroc à l'ONU et son développement d'une prétendue infrastructure « verte » au Sahara Occidental occupé ont été documentés dans le rapport d'octobre 2021 de WSRW, 'Écoblanchiment de l'occupation'.

Le peuple sahraoui, en revanche, qu'il soit sous occupation ou réfugié, est exclu des mêmes mécanismes internationaux de financement et de gouvernance climatique dont bénéficie le Maroc occupant. Le gouvernement sahraoui élu ne peut pas accéder au financement climatique international ou au soutien technique qui permettrait à son peuple de s'adapter à l'aggravation des impacts de la crise climatique, car le Maroc continue de bloquer tout progrès dans le processus de paix orchestré par l'ONU.

Bien qu'il ne porte presque aucune responsabilité sur certains des pires impacts du changement climatique, le peuple du Sahara Occidental n'a pas de voix dans le système des Nations Unies mis en place pour coordonner les efforts visant à renforcer la résilience aux stress et aux chocs climatiques. Le peuple sahraoui se retrouve entre toutes les chaises dans les pourparlers internationaux sur le climat.

« La gouvernance climatique mondiale favorise systématiquement le Maroc tout en excluant la RASD, aidant le Maroc à renforcer son occupation tout en refusant aux Sahraouis les moyens de faire face à la crise climatique », explique Nick Brooks de Garama 3C Ltd, qui a soutenu le développement de l'iNDC sahraouie. "C'est non seulement un cas d'injustice climatique extrême, mais aussi un exemple littéral de colonialisme climatique."

« En développant et en lançant son iNDC, le gouvernement sahraoui démontre sa volonté de coopérer au niveau mondial pour faire face à l'une des pires crises de notre vie, et en même temps de défendre la justice climatique », a déclaré Sara Eyckmans de Western Sahara Resource Watch. « Le peuple sahraoui est prêt à faire sa part pour lutter contre le changement climatique, mais doit être inclus dans les processus internationaux qui lui permettront de le faire. »

Actualités

La Suède s'oppose à l'appel du Conseil de la décision de la Cour sur le Sahara Occidental

Dans un geste qui n'a surpris personne, le Conseil de l'UE a fait appel de la récente décision de la Cour de Justice de l'UE qui a stoppé le commerce et la pêche de l'UE au Sahara Occidental occupé. Mais le Conseil n'a pas été unanime.

29 novembre 2021

Une entreprise néerlando-belge veut construire un parc éolien

Développé en partenariat avec l'entreprise énergétique du nouveau Premier ministre marocain, le projet concerné porterait la part du territoire occupé dans la production d'énergie éolienne du Maroc à 52,25% d'ici 2030.

03 novembre 2021

Première importation européenne de minerais de phosphate depuis 5 ans

En octobre, la compagnie russo-suisse EuroChem était très probablement à l'origine d'une importation controversée en Estonie de minerais d'une zone en conflit.

02 novembre 2021

Des parlementaires appellent à ignorer la Cour européenne

Lors d'une audition au Parlement Européen hier, les parlementaires ont exprimé des opinions divergentes sur le devoir de respect ou non de la décision de la Cour européenne de justice.

29 octobre 2021