Le Maroc intervient militairement pour défendre le couloir du pillage

Les tensions au Sahara Occidental n'ont pas été aussi forte depuis des années.

13 novembre 2020

La photo ci-dessus a été prise ce matin 13 novembre 2020 près de Guerguerat. Ce que représente l'image n'est pas clair pour WSRW. D'après nos déductions, ce pourrait être l'incendie d'un petit campement installé par des civils sahraouis.

Ce matin, l'armée marocaine est intervenue dans la zone appelée Guerguerat, dans le sud-ouest du Sahara Occidental. Selon des informations reçu du terrain l'armée marocaine est intervenue pour ré-ouvrir de force la route commerciale du Sahara Occidental vers la Mauritanie, bloquée par les manifestants sahraouis depuis le 20 octobre.

Le Maroc utilise Guerguerat pour exporter des produits du Sahara Occidental qui transitent ensuite par le port de Nouadhibou, en Mauritanie. Les jours suivant le début du blocus sahraoui du point de passage du commerce, des camions remplis de produits de la pêche ont été vus faire la queue en attente de passer. 

"La route commerciale de Guerguerat symbolise l'impunité par laquelle le Maroc peut continuer à violer les droits sahraouis, en particulier leur droit à l'autodétermination", a déclaré Sylvia Valentin, présidente de Western Sahara Resource Watch.

"La mission onusienne qui est présente sur le territoire depuis près de trois décennies, n'a pas encore rempli sa seule tâche : organiser un référendum permettant aux Sahraouis de choisir le statut de leur terre et de ses ressources. En attendant, l’exploitation par le Maroc des ressources du Sahara Occidental et l’exportation via Guerguerat est une infraction à l’état de droit et à l’esprit des accords de paix. WSRW exhorte les parties à s'abstenir immédiatement d'utiliser des moyens militaires et à trouver immédiatement de manière constructive une solution politique au conflit qui respecte le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et conduit à la fin de l'occupation. Les gouvernements et les entreprises étrangers doivent soutenir le processus de paix en s’abstenant de soutenir les revendications sans fondement du Maroc sur le territoire par des échanges commerciaux que les tribunaux internationaux jugent illégaux", a déclaré Sylvia Valentin.

La manifestation actuelle des civils sahraouis a débuté le 20 octobre. Les manifestants exigent que la mission onusienne mette enfin en œuvre son mandat et organise un référendum. Depuis le 6 novembre, des rapports ont commencé à signaler le mouvement de troupes marocaines au Sahara Occidental, se déplaçant vers le sud en direction de Guerguerat. Le 8 novembre, le Polisario a annoncé qu'il restait attaché à l'accord de cessez-le-feu, mais qu'il "prendrait les mesures nécessaires" pour protéger les civils sahraouis. D'après ce que WSRW comprend, aucun des civils protestataires n’a été blessé lors des événements d’aujourd’hui.

La Cour de justice de l’UE a conclu dans quatre arrêts que les accords de l’UE avec le Maroc - y compris l’accord commercial - ne peuvent pas être appliqués au Sahara Occidental, car le pays est séparé et distinct de tout autre pays du monde, y compris le Maroc. La Cour de l'UE fait écho aux conclusions de la Cour internationale de justice, qui a conclu que le Maroc n'avait pas de souveraineté sur le Sahara Occidental et que le peuple du territoire a droit à l'autodétermination.

Selon le Polisario, l’utilisation de Guerguerat par le Maroc est "illégale" et cette affirmation est fondée. Lorsque le Maroc et le Polisario ont conclu l'accord de cessez-le-feu en 1988 et le soi-disant accord militaire n°1 en 1997, le point d'échange n'était pas là. Huit ans plus tard, l’UE a entamé des pourparlers avec le Maroc pour le commerce du Maroc et du Sahara Occidental, et les exportations du Maroc à partir du territoire occupé ont explosé.

En 2001, le Maroc a commencé la construction de la route asphaltée traversant la bande tampon à Guerguerat. L'ONU a condamné l'entreprise, déclarant qu'elle "impliquait des activités qui pourraient être en violation de l'accord de cessez-le-feu", mais n'a jamais agi sur le "trafic commercial et civil" dans la région - comme cela a été décrit dans les rapports du Secrétaire général de l'ONU. En 2017, les tensions se sont à nouveau intensifiées.

Un responsable du Polisario a écrit le 13 novembre que l'armée marocaine "a ouvert aujourd'hui trois nouvelles brèches à Guerguerat en violation flagrante du cessez-le-feu signé entre les deux parties au conflit. En réponse à cette attaque flagrante, les forces de l'Armée populaire de libération sahraouie ont répondu, utilisant le droit de défendre les civils sahraouis non armés qui manifestent à Guerguerat depuis plusieurs semaines. L'intervention de l'Armée de libération du peuple sahraoui a pu assurer la sécurité et le retrait de ces populations civiles.

L’ouverture éventuelle par le Maroc de nouvelles brèches dans le mur, en violation de l’accord de cessez-le-feu, n’a pas été confirmée par d’autres sources. La radio algérienne vient de publier une vidéo via Twitter montrant un incident sur le terrain.

Fin octobre 2020, des camions exportant des produits de la pêche et des produits agricoles empêchés de quitter le territoire occupé.Les derniers jours ont vu le mouvement des troupes marocaines vers Guerguerat.

"Les Forces armées royales (FAR) ont mis en place, dans la nuit de jeudi à vendredi, un cordon de sécurité afin de sécuriser les flux de marchandises et de personnes à travers la zone tampon de Guerguarate, reliant le Maroc à la Mauritanie", a déclaré vendredi l'état-major des Forces armées royales. Une déclaration a aussi été publiée par  le ministre marocain des affaires étrangères.

Le Polisario a publié le 8 novembre 2020 une déclaration concernant l’utilisation du Guerguerat par le Maroc. Une compilation des déclarations des deux parties au conflit concernant la tension Guerguerat est disponible sur le site Web du Centre d'études sur le Sahara Occidental, à l'Université de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Le 8 novembre, les manifestants ont laissé passé en Mauritanie les détenteurs de passeports mauritaniens bloqués par le blocus.

WSRW a publié le 31 octobre que le commerce allant dans l'autre sens, de la Mauritanie vers l'UE, avait contourné le barrage routier en débarquant des marchandises au port de Dakhla.

Actualités

La décision de la Cour Européenne est attendue le 29 septembre

La Cour Européenne se prononcera sur les accords commerciaux de l'Union avec le Maroc au Sahara Occidental occupé le 29 septembre.

07 septembre 2021

Les affaires juridiques UE - Sahara Occidental

Il n'est pas aisé de suivre toutes les procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des affaires portées devant la Cour de justice de l'Union européenne.

07 septembre 2021

Innophos importe massivement du Sahara Occidental occupé

Les importations mexicaines de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé se succèdent. De nouvelles images du Mexique montrent aujourd'hui un deuxième navire en train de décharger - alors qu'un troisième est en route.

05 septembre 2021

Le pétrole d'Espagne continue à alimenter l'occupation

Voici tous les navires qui ont l’année dernière transporté des produits pétroliers des raffineries espagnoles vers le Sahara Occidental occupé.

04 septembre 2021