Les Compagnies doivent ignorer cet appel d’offres controversé
65660b8156423_tender_website

Les entreprises qui veulent être perçues comme respectant les droits de l'homme de manière responsable ne doivent pas répondre à un appel d'offres important pour le raccordement de la production marocaine illégale d'énergie au Sahara Occidental au réseau du Maroc, prévient WSRW.

28 novembre 2023

Plusieurs médias marocains ont publié des information à propos de l'annonce par l'Office national marocain de l'électricité (ONEE) du projet de construction d'une « autoroute électrique » de 1 400 km de long, destinée à transporter l'électricité produite au Sahara Occidental occupé jusqu'au centre du Maroc.

Selon le journal Le Desk, c'est la première fois que l'ONEE communique officiellement sur de tels projets. Concrètement, l'ONEE envisage de mettre en place des lignes électriques capables de transporter jusqu'à Casablanca, au Maroc jusqu'à 3 GW d'électricité produite à partir de sources renouvelables situées entre Dakhla et El Aaiún - toutes deux au Sahara Occidental occupé -. Le transport de la moitié de cette capacité, soit 1 500 MW, devrait être opérationnel en 2026, tandis que la seconde moitié devrait l'être en 2028.

Un processus d'appel d'offres visant à trouver un opérateur pour le projet sera prochainement lancé. Cet opérateur, qui peut être un consortium, doit développer, financer, réaliser et exploiter l'autoroute électrique controversée dans le cadre d'un contrat de 30 ans. Un appel à manifestation d'intérêt a été lancé, tandis que l'ouverture des plis devrait débuter le 31 janvier 2024. La présélection des candidats serait annoncée le 29 février et le choix final des candidats au deuxième semestre 2024. L'opérateur retenu devrait créer une société dédiée au projet de droit marocain, rapporte Le Desk.

« Il s'agit d'une évolution très préoccupante », déclare Sara Eyckmans, coordinatrice de Western Sahara Resource Watch (WSRW). « Depuis des années, des groupes de réflexion et des hommes politiques marocains ont déclaré leur intention d'exploiter le potentiel renouvelable du Sahara Occidental pour l'exporter vers le Maroc et au-delà. L’appel à l’intérêt pour la construction de cette autoroute électrique est un pas vers la réalisation de cette ambition, qui a des conséquences néfastes sur le processus de paix de l’ONU. Si le Maroc devient dépendant de sa présence militaire illégale au Sahara Occidental pour ses propres besoins énergétiques, il sera encore moins enclin à engager des pourparlers avec les Sahraouis, qui cherchent à exercer leur droit à l’autodétermination soutenu par la communauté internationale. Nous appelons toutes les entreprises à rester à l'écart de cet appel d'offres particulier, qui met fondamentalement en danger toute chance de paix au Sahara Occidental", a déclaré Eyckmans.

« Les entreprises qui veulent être perçues comme respectant les droits de l'homme de manière responsable ne doivent pas répondre à cet appel d'offres », a prévenu Eyckmans.

L'ONEE aurait déjà terminé les études techniques pour le projet, qui indiquent que le transport via des lignes de transmission HVDC (courant continu haute tension) ou HVAC (courant alternatif haute tension) est possible. L'agence exprime sa préférence pour l'utilisation de pylônes et de lignes aériennes reliant plusieurs villes, donnant ainsi une indication sur la trajectoire de l'autoroute électrique. Un premier collecteur de 400 kV doit être installé à Ouled Lekraa (au nord de Dakhla). De là, la trajectoire semble passer par El Aaiún, Tan Tan, Agadir, Marrakech, Chemaia (près de Marrakech), jusqu'au poste 400 kv de Médiouna, au sud-est de Casablanca.

Le Maroc a déjà fait quelques progrès en tentant de connecter les centrales renouvelables du Sahara Occidental occupé à son propre réseau électrique. En 2021, elle a annoncé avoir engagé la société d'ingénierie française VINCI pour construire une ligne de transmission de 400 kV entre El Aaiún et Hagounia, un endroit juste au sud de la frontière entre le Maroc et le Sahara Occidental occupé. Ce projet particulier était inclus dans un projet beaucoup plus vaste visant à installer des lignes à très haute tension entre El Aaiún et Agadir au Maroc. Le Maroc avait recherché un financement auprès de la Banque africaine de développement (BAD) pour une partie de la trajectoire qui incluait Hagounia. La BAD a ensuite précisé qu’elle n’avait financé qu’une partie de la route située au nord de la frontière, ajoutant que « la pratique officielle de la Banque est qu’elle ne finance pas sciemment ou consciemment des projets sur le territoire du Sahara Occidental ».

 

Puisque vous êtes là....

Le travail de WSRW est plus que jamais lu et utilisé. Nous travaillons de manière totalement indépendante et dans une large mesure bénévolement. Notre travail demande du temps, du dévouement et de la rigueur. Mais nous le faisons parce que nous pensons que c'est important - et nous espérons que vous aussi. Si vous souhaitez contribuer à notre travail par un efficace don mensuel - 3 €, 5 €, 8 € ou ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW serait beaucoup plus sûr. Et vous pouvez rapidement effectuer ce don mensuel à WSRW en suivant les instructions.

Actualités

Le gouvernement allemand ne financera pas les projets de Siemens Energy au Sahara Occidental

Le gouvernement allemand a précisé que son soutien financier à Siemens Energy comprendra une disposition excluant les projets de l’entreprise au "Sahara Occidental occupé par le Maroc".

06 décembre 2023

Les éoliennes ont échappé au radar attentif de la Compagnie maritime

Un navire sous contrôle norvégien est en train de décharger des éoliennes chinoises dans les îles Canaries. Grieg Maritime affirme que ses protocoles n'ont pas détecté que les éoliennes devaient être installées au Sahara Occidental occupé.

13 octobre 2023

WSRW demande à Engie de publier une étude de Global Diligence

L'évaluation controversée réalisée par Global Diligence au Sahara Occidental occupé pour un projet qui emploiera des milliers de colons marocains doit être publiée par la société française Engie, exige WSRW dans une lettre.

13 octobre 2023

Engie continue d'ignorer le droit international

À travers ses études d'impact, ses relations avec le gouvernement marocain et ses partenaires, ou encore par l'annonce récente de l'arrivée d'éoliennes au Sahara Occidental occupé, Engie a fait preuve d'un mépris total pour l'approche onusienne du conflit.

29 septembre 2023