VINCI pose une nouvelle pièce
17_610

Une filiale de la multinationale française VINCI SA va installer un élément essentiel à la connexion des projets énergétiques du Sahara Occidental occupé au réseau électrique national du Maroc.

27 mai 2021

L'ONU a été envoyée au Sahara occidental en 1991 pour organiser un référendum sur l'indépendance. Le Maroc refuse toujours de respecter les droits du peuple sahraoui, et va désormais relier les usines d'énergies renouvelables du roi sur le territoire à la ville marocaine d'Agadir. (Photo ONU / Martine Perret)

L'Agence marocaine de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) a, en février 2021, engagé la société d'ingénierie française VINCI pour la construction d'une ligne de transport de 400 kV entre El Aaiún et Hagounia, toutes deux situées au Sahara Occidental occupé. Le contrat a été attribué à Cegelec, la filiale de VINCI.

« Le câble posera les bases de ce que nous craignons depuis des années. Désormais, l'infrastructure énergétique illégale du Maroc au Sahara Occidental pourra commencer à approvisionner en énergie les villes marocaines. Plus tard, il sera connecté au réseau de l'UE. Le contrat de VINCI sape fondamentalement les chances de paix sur le territoire », a déclaré Sara Eyckmans de Western Sahara Resource Watch.

Cegelec et son partenaire marocain Medicable ont remporté l’appel d'offre - une offre de 25,9 millions de dollars - dans un processus d'appel d'offres auquel ENGIE, Larsen & Toubro et Elsewedy ont également participé. La construction de la ligne à très haute tension de 127 km sera financée en fonds propres par l'ONEE.

Western Sahara Resource Watch (WSRW) a adressé une lettre à VINCI SA le 30 avril 2021, lui demandant de clarifier sa relation avec le statut juridique du Sahara Occidental. La compagnie a répondu le 17 mai 2021 en se référant à son guide des droits de l'homme, sans répondre à aucune des questions soulevées. WSRW a écrit le même jour, insistant sur des clarifications supplémentaires - en particulier parce que le statut spécifique et unique du Sahara Occidental signifie qu'il n'est pas couvert par les guides standard des droits de l'homme et qu'il mérite à ce titre une évaluation supplémentaire. A ce jour, VINCI n'a pas répondu.

La ligne de transport que Cegelec va mettre en place fait partie d'un projet plus large qui vise à construire des lignes à très haute tension entre El Aaiun et Agadir au Maroc. Ces lignes seront essentiellement utilisées pour transporter l’électricité des centrales électriques du Sahara Occidental occupé - toutes détenues par Nareva, la société d’énergie du roi marocain - vers le Maroc.

Dans ce cadre de projet plus large, l'ONEE a déjà lancé un appel d'offres pour la construction des lignes de transport reliant Hagounia à Agadir. Selon certaines informations, le projet a déjà reçu un soutien financier de la Banque Africaine de Développement. WSRW a envoyé un courrier à la BAD le 3 mai 2021, lui demandant si elle était au courant de la portée complète du projet, soit connecter les centrales d'énergie renouvelable du Sahara Occidental occupé au réseau électrique marocain. La BAD n'a pas répondu.

Les renforcements du réseau sud de l'ONEE au Maroc devraient permettre la distribution de l'électricité produite par les parcs éoliens et solaires existants ou à venir dans le nord du Sahara Occidental, près d'El Aaiún et de Boujdour. La plupart d'entre eux sont exploités par Nareva, une filiale de la holding royale Al Mada, et comprennent le parc éolien de 50 MW actuellement opérationnel à Foum el Oued et le parc éolien Aftissat de 200 MW, en plus de la centrale de 300 MW à Tiskrad. et une centrale électrique de 100 MW à Boujdor qui sera construite par Enel Green Energy et Siemens Gamesa. Il est à noter que tous ces parcs éoliens fonctionnent avec des turbines Siemens.

Aucun des projets et contrats du Maroc n'est établi avec le consentement de l'organe représentatif du peuple du Sahara Occidental.

Ce n'est pas la première fois que VINCI s'implique dans des projets au Sahara Occidental. En 2015, une filiale de VINCI, Entrepose, a entrepris l'opération controversée de forage d'hydrocarbures pour le compte de San Leon Energy. L'opération est le seul forage de ce type jamais entrepris depuis que le Maroc a illégalement envahi des parties du Sahara Occidental en 1975.

Les projets de connexion de la production d'énergie renouvelable du Sahara Occidental au Maroc ne sont pas nouveaux. Déjà en 2017, l'ONEE avait sélectionné la société allemande Fichtner et la société française RTE International pour réaliser les travaux. WSRW ne sait pas de ce qu’il est advenu de ces projets.

Actualités

Le pétrole d'Espagne continue à alimenter l'occupation

Voici tous les navires qui ont l’année dernière transporté des produits pétroliers des raffineries espagnoles vers le Sahara Occidental occupé.

04 septembre 2021

WSRW interroge ENGIE sur son éthique sociétale

La multinationale française ENGIE opère au Sahara Occidental occupé. WSRW et l'association française Apso ont écrit aujourd’hui à la société pour lui demander comment elle envisageait les aspects éthiques et juridiques de telles opérations.

11 janvier 2019

Vigeo Eiris : deux ans sans répondre de son soutien à l'occupation

La société franco-britannique Vigeo Eiris a certifié et défendu un projet énergétique franco-marocain au Sahara Occidental occupé. WSRW demande au conseil d'administration de se saisir de cette affaire.

28 novembre 2018

Le Polisario s'attaque à de grandes banques françaises

La représentation du peuple du Sahara Occidental a déposé plainte contre les banques BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole, contre la compagnie d'assurance Axa Assurance, la compagnie aérienne Transavia et l'agence de tourisme UCPA pour accusation de colonisation.

23 octobre 2018