Metalex annonce la reprise des travaux en terres occupées
60925e4ae1b13_metalex

Après une interruption de 6 ans dans l'exploration minérale controversée de Metalex au Sahara Occidental occupé, la société canadienne pourrait conclure un nouvel accord avec le gouvernement marocain.

15 juillet 2021

La carte ci-dessus est une capture d'écran du site web de Metalex.

Après une pause de 6 ans dans ses opérations, la société minière canadienne Metalex a introduit de nouvelles formulations et mises à jour dans ses rapports 2020 et 2021, suggérant que ses activités d'exploration au Sahara Occidental occupé pourraient reprendre.

Un rapport daté d'avril 2020 déposé au registre canadien des sociétés mentionne qu’un « changement dans les lois minières a nécessité la renégociation de l'accord de la Société avec l'ONHYM. La Société est en train de définir les termes de ce nouvel accord avec l'ONHYM. » L'ONHYM est l'Office National des Hydrocarbures et des Mines du Maroc.

Dans un rapport similaire, soumis le 15 mars 2021, un élément supplémentaire a été ajouté : « Sur la base des résultats à ce jour, 22 blocs distincts totalisant 4 021 kilomètres carrés ont été retenus pour la poursuite de l'exploration », a écrit la société. Ces 22 blocs se trouvent désormais également sur le site internet de l'entreprise (ou télécharger ici). La présentation de Metalex au Sahara Occidental est nettement plus petite que les blocs de 17 100 kilomètres carrés indiqués sur son site web en 2016 ou en 2018.

Les dossiers soumis à SEDAR, le registre canadien des valeurs mobilières des sociétés cotées en bourse, comprennent également une « attestation de dépôts intermédiaires » dans laquelle le PDG de Metalex déclare ironiquement que « les documents intermédiaires ne contiennent aucune déclaration mensongère d'un fait important ou omettent d'énoncer un fait. » Metalex déclare de manière constante dans ses rapports financiers que ses opérations se déroulent dans le « Sud du Maroc », ce qui est factuellement inexact. Les rapports manifestement erronés ont été vérifiés par un cabinet comptable de Vancouver. WSRW a alerté le cabinet comptable en mai et juillet 2021 des fausses informations contenues dans le rapport.

Une partie du territoire du Sahara Occidental est occupée par son voisin le Maroc. Les Nations Unies et les tribunaux internationaux ont déclaré invalide la revendication du Maroc sur le territoire. De nombreuses sociétés engagées dans l'exploration et l'exploitation des ressources du Sahara Occidental ont été exclues des portefeuilles de gestionnaires d'actifs et de fonds internationaux, car de telles activités violent le droit international.

La désignation incorrecte par Metalex à l'emplacement de ses licences est présente à la fois sur le site Web de l'entreprise et dans ses rapports financiers aux autorités canadiennes.

La mention d’une renégociation à venir sont copiées-collées par Metalex d'un rapport à l'autre depuis quelques années consécutives, mais pas de la manière présentée actuellement. Les états financiers de 2019 et 2020 indiquent que « l'accord de 36 mois de la Société avec l'ONHYM a expiré et la Société est en train de le prolonger pour une nouvelle période de 18 mois ». La même formulation d'un renouvellement de 18 mois remonte aux rapports d'avril 2015. Un accord de 36 mois avec l'ONHYM a expiré en 2014. « Malgré les retards dans l'obtention de la prolongation, la Société continue de travailler avec l'ONHYM pour réviser l'accord », Metalex écrit en 2019.

L'entreprise est une coentreprise entre l'ONHYM et Metalex, la société canadienne détenant une participation de 60 %. Une carte réalisée le 26 janvier 2021 par l’ONHYM, la compagnie pétrolière et minière nationale marocaine, indique un partenariat ONHYM-Metalex.

L'entreprise canadienne détient des licences dans trois pays. Sahara Occidental, Canada et Afrique du Sud. Les actifs sud-africains ont été acquis en décembre 2020. L'Afrique du Sud est l'un des soutiens les plus virulents de la lutte du peuple sahraoui pour l'autodétermination et l'indépendance.

Metalex espère trouver des kimberlites diamantifères dans le territoire occupé, ainsi que des gisements commerciaux d'or, de métaux communs et précieux, de métaux du groupe du platine et de minerai de fer. Dans les plus de 3 000 échantillons qui ont été collectés et traités par Metalex depuis 2004, la société aurait trouvé des indicateurs de diamant dans 18 zones, de l'or dans 38 zones, du Cu-Co+/-Ni+/-Zn dans 30 zones, du Zn-Ni-Pb dans 15 zones, uranium dans 6 zones. Une version précédente du site web de l'entreprise montre que la plupart de ces résultats étaient répartis entre leurs anciens blocs Tichla et Awsserd. (Co : Cobalt, Ni : Nickel, Cu : cuivre, Zn : Zinc, Pb : Plomb)

Le rapport financier 2019 explique qu'au cours de l'exercice financier se terminant en avril 2017, la société avait eu 53 000 dollars canadiens de coûts en « analyse de laboratoire » pour l'opération. Il s'agit des derniers coûts réels de travaux rapportés par l'entreprise suite à l'opération controversée. Les deux parties - Metalex et la société publique marocaine ONHYM - sont responsables du financement de leurs intérêts respectifs. La portion de la Société des « engagements d'exploration annuels minimaux en vertu des termes de l'entente » a été estimée à 2 900 000 $ en 2011, 1 725 000 $ en 2012 et 690 000 $ en 2013 (tous en dollars canadiens).

Les références à d'autres études aéroportées ont été supprimées de son site Web en 2020 ou 2021. La société a précédemment écrit sur son site Web qu'elle avait prévu « de réaliser un important levé géophysique aéroporté au-dessus de la licence ; de procéder à des prélèvements systématiques de suivi et à la prospection des anomalies prioritaires ; et des tests de forage. » En 2018 son site web annonçait quelque chose de similaire.

« D'août 2011 à mars 2012, un levé magnétique et radiométrique de 88 146 kilomètres linéaires a été effectué sur la quasi-totalité de la zone de permis de 17 100 km2 où le vaste levé géochimique a indiqué un potentiel pour une variété de produits. Les données de l'enquête ont été traitées et interprétées par Scott Hogg and Associates », a écrit la société.

Les opérations de Metalex au Sahara Occidental remontent à mai 2004, lorsque la société a conclu un accord avec l'ONHYM pour mener des travaux d'exploration préliminaires, afin d'identifier les zones à examiner plus avant. En mai 2005, la Société a ajouté des zones supplémentaires pour les travaux d'exploration selon les mêmes modalités et conditions que celles incluses dans la première entente. Les accords étaient régis par les lois et règlements du pays voisin du Sahara Occidental, le Maroc, et se sont poursuivis jusqu'en novembre 2006. En avril 2011, la Société a conclu un nouvel accord de joint-venture avec l'ONHYM pour une exploration plus approfondie des zones revendiquées.

Actualités

Le Maroc se prépare à l'exploration minière illégale

Le Maroc va fouiller 2 400 mètres carrés de terre au Sahara Occidental occupé, dans le cadre d'une exploration minière.

16 juillet 2021

Plages sanglantes : sable, sel et minéraux des terres occupées

Les plages touristiques des îles Canaries sont faites de sable du Sahara Occidental occupé.

21 juillet 2020

Nouveau rapport : division par deux du commerce du phosphate du Sahara

Les exportations de minerais de phosphate du Sahara Occidental occupé n'ont jamais été aussi faibles qu'en 2019. Cela est révélé dans le nouveau rapport WSRW P pour Pillage, publié aujourd'hui, 24 février 2020.

24 février 2020

Nouveau rapport sur l'industrie du phosphate du Sahara Occidental

En 2018, le Maroc a expédié 1,93 million de tonnes de phosphate du Sahara Occidental occupé, d'une valeur estimée à 164 millions de dollars. Trouvez dans le rapport tout ce que vous devez savoir sur les volumes, les valeurs, les navires et les clients.

08 avril 2019