Siemens Energy ne contacte que le Maroc au Sahara Occidental
siemens_foumeloued

Siemens Energy ne parlera qu’avec le gouvernement marocain en ce qui concerne le Sahara Occidental, selon un récent communiqué de la société.

18 février 2021

« Siemens Gamesa Renewable Energy n'a pas eu de discussions avec des représentants politiques extérieurs au gouvernement. Le rôle de SGRE n'est pas de s'engager dans des débats politiques ou de rechercher une approbation politique au projet de parc éolien », a déclaré le conseil d'administration de Siemens Energy AG lors de son assemblée générale du 10 février 2021.

Siemens Energy détient 67% des parts de Siemens Gamesa Renewable Energy (SGRE), fournisseur d'éoliennes pour les deux parcs éoliens opérationnels et pour plusieurs autres projets de parcs éoliens du gouvernement marocain au Sahara Occidental occupé. Les deux parcs éoliens opérationnels, Foum el Oued et Aftissat, desservent des industriels tels que Phosboucraa, filiale de la compagnie nationale marocaine OCP, qui exploite illégalement les réserves de phosphate du territoire non autonome. En septembre 2020, la société a publié un communiqué de presse sur l'obtention du contrat du parc éolien de 300 MW de Boujdour, le localisant « dans le sud du Maroc », alors que Boujdour est une ville du Sahara Occidental.

Il y a à peine un mois, Siemens Gamesa et Siemens Energy ont été exclues par le plus grand gestionnaire d'actifs privés de Norvège pour leur contribution à des violations du droit international au Sahara Occidental occupé.

Pendant des années, différentes entités de Siemens, connectées aux parcs éoliens du Sahara Occidental occupé, ont omis de demander si le peuple du Sahara Occidental donnait son consentement à l’implication de Siemens dans la construction d'infrastructures sur ses terres. Au lieu de cela, Siemens soutient que ses projets doivent « bénéficier » aux « populations » locales de la région, laissant de côté la question juridiquement plus importante de savoir si le peuple du territoire veut ou non des projets et installations.

WSRW a envoyé aujourd'hui un courriel à Siemens Energy demandant des clarifications supplémentaires sur plusieurs déclarations faites lors de la récente AG.

« Quand vous déclarez que SGRE n'a pas eu de discussions « en dehors du gouvernement », cela fait-il référence au gouvernement du Maroc ? », est l’une des question.

« Considérant que la Cour de justice de l'UE fait spécifiquement référence au Sahara Occidental et au Maroc comme à des territoires « séparés et distincts », et considérant que les revendications du Maroc sur le territoire du Sahara Occidental ont été rejetées par la Cour Internationale de Justice et par la communauté internationale, pourquoi la société considère-t-elle que les représentants politiques de la structure gouvernementale du Maroc sont représentatifs du Sahara Occidental ? En ce qui concerne la dernière phrase de votre déclaration : cela veut il dire implicitement que SGRE ne juge pas nécessaire d'obtenir le consentement du peuple du Sahara Occidental pour des activités sur le territoire ? »

La question du consentement est un principe clé découlant du droit du peuple du Sahara Occidental à l’autodétermination, tel que stipulé par la Cour Internationale de Justice et soutenu par la communauté internationale. Ces dernières années, la Cour de Justice de l'UE a conclu en ce que le Sahara Occidental ne fait pas partie du Maroc, que ce dernier n'a pas de mandat pour administrer le territoire, et qu'en raison du statut séparé et distinct du Sahara Occidental, le consentement du peuple du territoire est requis pour la légalité de tout accord de l'UE avec le Maroc sur le territoire.

« Par principe, Siemens Energy et Siemens Gamesa ne prennent pas position sur des questions de droit public international », répond la société chaque fois que des problèmes juridiques sont soulevés. La société a déclaré lors de l'AG que « cette situation nécessite une solution politique impliquant les gouvernements, pas les entreprises ».

« Il est évident que la solution du conflit au Sahara Occidental doit être trouvée par les gouvernements. Nous pensons que personne ne demande ni ne s'attend à ce que Siemens Energy résolve le conflit. Notre seule demande à votre entreprise est de ne pas saboter les efforts de l'ONU pour une solution qui garantisse le droit à l'autodétermination », a écrit WSRW dans un courrier à l'entreprise.

« Nous déplorons qu'une entreprise basée dans l'UE nie que le raisonnement de la plus haute Cour de l'UE a une quelconque incidence sur ses opérations. À notre avis, Siemens Energy ne peut pas simplement fermer les yeux sur le fait que le Sahara Occidental ne fait pas partie du Maroc. Votre entreprise contribue directement à réduire la probabilité que le Maroc s’implique dans la solution du conflit conformément aux résolutions de l'ONU », indique le courrier.

WSRW demande à Siemens Gamesa de s’aligner sur les décisions récentes de Continental et d'Epiroc, qui ont tous deux mis fin à leurs livraisons à la compagnie nationale marocaine OCP qui exporte des minerais depuis le territoire en conflit, un rôle que Siemens Gamesa joue toujours.

Consultez ici une traduction en anglais de la transcription de WSRW de la déclaration de Siemens Energy à l’AG. Et ici le texte d'une contre-motion présentée à l'AG par Kritische Aktionärinnen und Aktionäre (Union allemand des actionnaires critiques).

Actualités

Nouvelle cargaison sale attendue de Bilbao

Pour la deuxième fois en deux semaines, une cargaison de produits éoliens pourrait être exporté de Bilbao au Sahara Occidental.

08 août 2021

Encore d'autres éléments Siemens en route pour le Sahara Occidental

WSRW a reçu des images d'équipements sanglés dans la cale d'un navire qui fait route de Bilbao vers le Sahara Occidental occupé.

23 juillet 2021

Nouveau rapport : division par deux du commerce du phosphate du Sahara

Les exportations de minerais de phosphate du Sahara Occidental occupé n'ont jamais été aussi faibles qu'en 2019. Cela est révélé dans le nouveau rapport WSRW P pour Pillage, publié aujourd'hui, 24 février 2020.

24 février 2020

AG Siemens : toujours pas de réponses sur le Sahara Occidental

Pour la quatrième année consécutive, Siemens la compagnie d'ingénierie allemande ne répond pas lors de son assemblée générale annuelle de son obtention du consentement du peuple du Sahara Occidental pour opérer sur ses terres.

12 février 2020