La police refuse à ces Sahraouis l'accès à une réunion énergie verte

La police marocaine a interdit à des Sahraouis d'assister à une « consultation publique » organisée le 30 novembre par ACWA Power, chargée de construire les premières centrales solaires du Sahara Occidental occupé.
Mis à jour le: 30.11 - 2016 23:34Imprimez cette page    
« La police marocaine en civil nous a arrêtés à deux rues de l'hôtel Al Massira », déclare Mohamed, militant de la coordination des familles des anciens travailleurs sahraouis de Phosboucraa et un des Sahraouis qui avait souhaité participer à la réunion de consultation d'aujourd'hui. « Les Sahraouis voulaient y assister, mais nous avons tous été arrêtés. Au moins 15 personnes ont été arrêtées avec moi ».

La réunion de consultation à l'Al Massira fait partie de l'évaluation d'impact social et environnemental d'ACWA Power. ACWA Power, une société d'ingénierie saoudienne, a été embauchée par l'Agence marocaine pour l'énergie solaire (MASEN) il y a trois semaines pour développer 170 MW de capacité solaire sur trois sites : Ouerzazate, El Aaiun et Boujdour. Mais ces deux derniers sont situés à l'extérieur du Maroc et à l'intérieur du Sahara Occidental, un territoire non autonome qui est largement sous occupation militaire marocaine depuis 1975. Et le peuple du Sahara Occidental, vivant soit comme réfugié dans des camps dans le désert algériens, soit sous la main de fer marocaine, n'acceptent pas que leurs ressources soient exploitées par le régime d'occupation.

« Je me demande qui ils consultent, si nous - les Sahraouis - ne sommes pas autorisés dans la salle », dit Mohamed, touchant au cœur même du problème.

newspaper_noor_17.11.2016_280.jpgUn avis juridique de 2002 de l'ONU énonce clairement que les « souhaits et les intérêts » du peuple sahraoui sont deux exigences essentielles pour que toute activité liée aux ressources puisse être considérée comme légale droit international. Les Sahraouis ont un droit international à l'autodétermination : le droit de déterminer le statut de leur terre, et donc de ses ressources. L'auteur de l'Avis juridique de l'ONU, Hans Corell, Secrétaire général adjoint aux affaires juridiques de l'ONU, vient d'affirmer que le critère des « souhaits et intérêts» » s'applique également aux ressources renouvelables.

WSRW n'a connaissance d'aucun groupe sahraoui ayant été contacté avant l'attribution du contrat à ACWA, ni aucun groupe ayant été invité à l'audience. Un petit avis (photo à droite) a été publié dans un journal marocain le 17 novembre 2016. L'avis ou l'invitation ne semble se trouver nulle part en ligne.

ACWA Power a embauché 5 sociétés capitales, une société de conseil basée à Dubaï, et Phénixa, une société de conseil marocaine, pour évaluer son impact social et environnemental. En ce qui concerne WSRW, une autre réunion est prévue à Boujdour, le 1er décembre, en dehors de la réunion de El Aaiun.

Début novembre, le Comité des droits de l'homme des Nations Unies a souligné l'importance du consentement préalable, libre et éclairé du peuple sahraoui à la réalisation des projets de développement et aux opérations d'extraction des ressources.

WSRW a écrit au PDG d'ACWA Power, M. Paddy Padmanathan, en demandant quelles mesures l'entreprise avait prises pour obtenir le consentement explicite des Sahraouis pour construire des infrastructures solaires dans leur patrie. La société a accusé réception de la lettre, mais n'a pas encore répondu sur le contenu.



acwa_30.11.2016_609.jpg



    

Haut de page
Actualités:

26.05 - 2018 / 26.05 - 2018Exclusif : les groupes marocains consultés par l'UE
26.05 - 2018 / 26.05 - 2018La Commission européenne ferme les yeux sur l'arrêt Sahara Occidental
03.05 - 2018 / 03.05 - 2018Chameaux : les chercheurs se déplacent du Sahara Occidental au Maroc
24.04 - 2018 / 24.04 - 2018Nouveau rapport : le contentieux du phosphate au Sahara Occidental
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Fin de la vente aux enchères de la saisie de phosphate du Sahara
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Accord de pêche : le Polisario saisira la justice contre le Conseil UE
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018L'UE négociera l'accord de pêche avec le Maroc, Sahara inclus
15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Triche sur les bailleurs de la conférence chameau au Sahara occupé
15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Une étude ONU projets énergie verte du Maroc mauvaise en géographie
30.03 - 2018 / 30.03 - 2018UE et la reconnaissance
21.03 - 2018 / 21.03 - 2018La Commission européenne veut pêcher au Sahara Occidental
21.03 - 2018 / 21.03 - 2018L'OPEP considère-t-elle le Sahara Occidental comme partie du Maroc ?
10.03 - 2018 / 10.03 - 2018Kosmos Energy maintient la propagande après sa sortie du Sahara
03.03 - 2018 / 03.03 - 2018Confirmé : Innophos, client clé du phosphate de Sahara Occidental
02.03 - 2018 / 02.03 - 2018Que fait HeidelbergCement au Sahara Occidental occupé ?
01.03 - 2018 / 01.03 - 2018La compagnie maritime des Bermudes abandonne le Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018L'Afrique du Sud contre le pillage du Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018L'UE et le Maroc annoncent un partenariat de pêche durable
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Le PE condamne les pourparlers de la Commission sur le Sahara
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Le Polisario est ouvert à des négociations UE - Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Les réfugiés sahraouis célèbrent la victoire à la Cour européenne
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018La Cour de l'UE arrête l'accord de pêche UE-Maroc au Sahara Occidental
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018La Cour Sud-africaine nie au Maroc la propriété du P sahraoui
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018Les États membres de l'UE sont en désaccord sur les engrais toxiques
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018Vigeo Eiris revient sur une fausse déclaration
20.02 - 2018 / 20.02 - 2018Des eurodéputés préoccupés par le rapport à la loi de la Commission
20.02 - 2018 / 20.02 - 2018La Suède votera contre les négociations sur l'accord de pêche UE-Maroc
09.02 - 2018 / 09.02 - 2018Les études se poursuivent sur le bloc de Kosmos Energy
09.02 - 2018 / 09.02 - 2018Kosmos et Cairn se sont retirés du Sahara Occidental
09.02 - 2018 / 09.02 - 2018Pourquoi WSRW refuse de participer à la consultation UE sur le Sahara




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi