Siemens Gamesa persiste : le Sahara Occidental occupé serait le Maroc
615ebd3d8ff1e_SiemensGamesa_Motril_3000

La société espagnole, encore une fois, fait référence au territoire comme faisant partie du Maroc.

07 octobre 2021

Photo ci-dessus : à Motril, Espagne, juillet 2021, des mâts Siemens Gamesa en cours de chargement pour leur exportation vers le Sahara Occidental.

Ce matin, Siemens Gamesa a publié un article sur son site Internet pour promouvoir l'usine de lames qu'elle a ouverte à Tanger il y a quatre ans. Le texte montre que l'entreprise n'a pas bougé d'un pouce dans son interprétation du conflit du Sahara Occidental.

« L'usine de Tanger joue un rôle important dans cet objectif, en fournissant des pales aux parcs éoliens de 200 MW d'Aftissat et de 180 MW de Midelt dans le sud du Maroc, les deux derniers s'appuyant sur des pales « 100% made in Morocco ». La centrale soutient également actuellement le projet Boujdour de 300 MW, qui fait également partie du projet éolien intégré de 850 MW développé par Siemens Gamesa, Nareva et Enel Green Power », indique le texte. Lisez le texte complet ici [ou téléchargez].

Les parcs éoliens de 200 MW d'Aftissat et de 300 MW de Boujdour ne se trouvent cependant pas dans le « sud du Maroc », mais au Sahara Occidental occupé. Western Sahara Resource Watch a documenté que ce dernier projet est actuellement en construction.

Siemens Gamesa a fait une déclaration identique en septembre 2020, en annonçant avoir reçu une commande pour la fourniture d'éoliennes « pour le parc éolien de Boujdour, situé dans le sud du Maroc ». Lisez en particulier ce communiqué de presse ici.

Suite à la déclaration de l'année dernière, Western Sahara Resource Watch a condamné Siemens Gamesa.

« Pendant huit ans, les propriétaires de Siemens ont tenté de convaincre l'entreprise de soutenir les principes du droit international et de respecter le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination. Ce dernier contrat et communiqué de presse illustrent hélas que l'entreprise n'a fait aucun progrés dans ses pratiques commerciales, ou dans la compréhension qu'ils opèrent sur des terres occupées, en dehors des frontières internationales du Maroc », a alors déclaré Sylvia Valentin, présidente de Western Sahara Resource Watch.

Siemens AG a annoncé son premier contrat dans le « Sud du Maroc » en 2012.

« La déclaration d'aujourd'hui prouve à quel point Siemens Gamesa est peu sérieux lorsqu'il prétend avoir pris en compte des aspects du droit international. Comme nous l'avions annoncé l'année dernière, il semble que l'engagement constructif entrepris par les investisseurs éthiques tombe dans l'oreille d'un sourd au sein de l'entreprise. Il est temps pour les investisseurs d'exclure Siemens Gamesa de leurs portefeuilles », a déclaré Valentin au sujet des fausses déclarations persistantes de la société.

« Une entreprise qui prétend fonctionner de manière durable ne peut pas contribuer à la violation du droit international et des droits de l'homme », a déclaré Valentin.

Ce que le communiqué de presse de Siemens Gamesa de ce matin omet également de mentionner, c'est que l'usine de Tanger faisait partie de l'accord que la société avait conclu avec le gouvernement marocain pour développer le projet éolien intégré de 850 MW - la moitié de cette production d'électricité envisagée serait installée dans le Sahara Occidental occupé à travers les parcs éoliens de 300 MW de Boujdour et de 100 MW de Tiskrad.

Le 6 octobre 2021, Western Sahara Resource Watch a publié un important rapport – Eco-blanchiment de l’occupation - sur les projets d'énergie renouvelable du Maroc dans le territoire. Les opérations de Siemens Gamesa y sont largement couvertes.

Les travaux sur le parc de 300 MW de Boujdour – le plus grand projet d'infrastructure énergétique au Sahara Occidental à ce jour – se poursuivent. Tel que rapporté par WSRW, Siemens Gamesa a commencé en juin de cette année à expédier des composants d'éoliennes pour le parc.

Il y a tout juste une semaine, la Cour de justice de l'UE a rendu son cinquième arrêt consécutif concluant que le Sahara Occidental est séparé et distinct du Maroc et que ce dernier n'a ni souveraineté ni mandat d'administration sur le territoire. La Cour a ordonné l'annulation de deux accords bilatéraux UE-Maroc qui avaient été appliqués au Sahara Occidental, car l'UE n'a pas obtenu le consentement du peuple du Sahara Occidental par l'intermédiaire de sa représentation à l'ONU, le Polisario. La Cour a clairement indiqué que le consentement des Sahraouis par le biais du Polisario ne peut pas être remplacé par une consultation des parties intéressées sur les bénéfices potentiels – un récit derrière lequel Siemens Gamesa et ses partenaires continuent de se cacher pour défendre leurs activités dans la dernière colonie d’Afrique.

L'approche du conflit adoptée par Siemens Gamesa et Enel est identique à celle jugée non valide par la Cour Européenne.

WSRW a écrit à Siemens AG le 06.03.2012, 19.06.2012, 03.07.2013, 26.09.2016, 07.12.2017, et a reçu une réponse de Siemens AG le 10.05.2012, 10.10.2016, 08.01.2018. WSRW a écrit à Siemens Gamesa le 01.10.2018. Siemens Gamesa a écrit WSRW le 16.11.2018, 24.04.2020, 07.04.2021. WSRW a écrit à Siemens Energy le 18.02.2021, Siemens Energy a répondu le 23.03.2021.

Actualités

HeidelbergCement défend encore ses activités sur les terres occupées

L'entreprise a défendu ses activités controversées lors de l'assemblée générale du 12 mai.

16 mai 2022

Le Maroc propose un juriste pour un organe non juridique de l'ONU

En plein différends maritimes maroco-espagnols au large du Sahara Occidental, le Maroc fait pression pour qu'un défenseur de l'occupation du Sahara Occidental siège à un important organe scientifique de l'ONU chargé des frontières maritimes continentales.

05 mai 2022

La Turquie continue d'importer massivement de la farine de poisson

En 2021, les exportations controversées de farine de poisson du Sahara Occidental occupé vers la Turquie valait environ 64 millions de dollars.

28 avril 2022

Pas d'enchère sur cet appel d'offres de l'ONHYM !

Toutes les alarmes de la diligence raisonnable devraient sonner avant qu'une entreprise envisage de soumettre quoi que ce soit à un appel d'offres marocain invitant à l'évaluation du potentiel pétrolier au large du Sahara Occidental occupé.

25 avril 2022