Les Pays-Bas 1er fournisseur de gaz du Sahara Occidental occupé
624c5ad55ad31_GasShipments2021web

Le suivi des cargaisons de gaz transportées au Sahara Occidental occupé montre que les Pays-Bas sont le plus important fournisseur de gaz pour l'année 2021.

08 avril 2022

Les ports de Rotterdam aux Pays-Bas et de Paulsboro dans le New Jersey, aux États-Unis, sont les points d’origine de la moitié de toutes les exportations de gaz vers le Sahara Occidental occupé pour l'année 2021. C'est la conclusion du suivi quotidien des mouvements de navires par Western Sahara Resource Watch (WSRW) pour l'année dernière.

Au total, 15 cargaisons de gaz butane liquéfié ont pris la route vers El Aaiún au Sahara Occidental occupé en 2021. Sur la base de l'analyse des itinéraires et des tirants d'eau du navire, WSRW estime la cargaison totale à environ 47 000 tonnes de gaz. Les cargaisons ont été transportées par 11 différents navires-citernes dits GPL.

Trois des navires ont quitté les Pays-Bas et quatre les États-Unis au cours de l'année. Les trois navires de Rotterdam ont transporté 15 400 tonnes - soit environ un tiers du total des importations de gaz vers le Sahara Occidental. Ils sont tous partis les uns après les autres au cours des trois premiers mois de 2021.

Les quatre navires venus du New Jersey étaient de taille inférieure à ceux qui partaient des Pays-Bas, et deux de ceux-ci ont fait escale dans d'autres ports en route vers le territoire occupé. WSRW estime qu'environ 9 500 tonnes ont été expédiées des États-Unis.

Au cours de l'année des exportations sont également venue de la Croatie, l'Espagne, la Belgique, l'Italie, la République démocratique du Congo et peut-être la Guinée Bissau. Le volume total des importations était approximativement le même qu'en 2019 et 2020.

Le Maroc ne produit pas de gaz mais est, selon Index Mundi, un importateur et consommateur de gaz butane de premier plan. Ce gaz est en grande partie utilisé pour alimenter la machinerie de l'occupation au Sahara Occidental. Le gaz est importé pour soutenir les infrastructures et les industries de son occupation illégale.

Le gaz importé entre sur le territoire sur des navires-citernes spécialement conçus pour transporter du gaz liquéfié (GPL).

Trois compagnies maritimes se distinguent comme étant les plus responsables des transports des cargaisons :

  • Le plus impliqué est BW Epic Kosan (BWEK, anciennement Epic Gas). 8 des 15 cargaisons étaient à bord de navires de la flotte BWEK. WSRW estime qu'environ 27 000 des 47 000 tonnes ont été transportées sur des navires BWEK. Le comité de soutien norvégien a écrit à l'entreprise à six reprises en 2020-2021 (dont le 30 septembre 2021), mais sans recevoir de réponse.
  • Le navire Joseph Wisdom, qui a effectué deux voyages, fait partie de la flotte de Wisdom Marine Group. La société taïwanaise a déjà été impliquée dans des expéditions de produits hors du Sahara occidental. En 2017, Western Sahara Resource Watch a envoyé à l'entreprise une lettre concernant un transport de phosphate qu'elle avait effectué vers le Canada, mais aucune réponse n'a été reçue.
  • La flotte Eco est exploitée par la compagnie maritime grecque Stealth Corp. La société a été contactée au sujet de ces transports de GPL le 25 avril 2020 et le 5 juin 2020, mais les lettres n'ont pas reçu de réponse.
Téléchargez l'aperçu ici (pdf).

Les navires impliqués en 2021 étaient Eco Dominator, Epic Barbados, Epic Bell, Epic Borinquen, Epic Breeze, Epic Sicily, Epic Sula, Gaz Nemesis, Joseph Wisdom, Renaud. Les pétroliers sont immatriculés à Malte, à Singapour, aux Îles Marshall et au Panama.

La liste ci-dessus montre le port à partir duquel WSRW estime que le gaz a été exporté, mais ne reflète pas l'origine réelle du gaz. Les expéditions de La Corogne en Espagne proviennent très probablement d'un terminal appartenant à Repsol - une entreprise qui n'a pas répondu à un courrier de WSRW de février 2022. L'exportateur probable aux États-Unis a été contacté, mais n'a pas encore répondu à nos demandes. WSRW a écrit des articles séparés sur les exportations américaines vers le Sahara Occidental en juin et juillet 2021. On ne sait pas encore quelle entreprise est derrière les exportations de Rotterdam.

Alors que le Royaume-Uni était le principal exportateur de ce gaz vers le Sahara Occidental en 2020, aucune cargaison de gaz n'a été exporté du Royaume-Uni en 2021. Il n'y a pas eu non plus d'exportation depuis la Norvège. Un rapport du Comité norvégien de soutien au Sahara Occidental publié en décembre 2021 confronte toutes les entreprises qui ont un permis d'exportation de gaz norvégien depuis les ports de Kårstø en Norvège et de Teesside au Royaume-Uni. Environ un tiers de ces entreprises ont annoncé qu'elles s'assuraient de suivre les conseils du gouvernement norvégien de ne pas être impliqués dans le commerce avec le Sahara Occidental.

En 2020, deux entreprises exportatrices - de Norvège et d'Autriche - ont expliqué qu'elles n'effectueraient plus jamais de telles exportations.

Le 23 mars 2022, WSRW a publié un aperçu séparé des importations de produits pétroliers pour l'année civile 2021. En 2014, WSRW a publié le rapport « Le carburant de l’occupation » concernant les transports de produits pétroliers de la société suédoise Wisby Tankers vers le territoire occupé.

Actualités

Coloniser le territoire avec des infrastructures indésirables

Afin d’accroître l’afflux de colons marocains et « développer » le territoire, le Maroc a déployé de grands travaux d’infrastructure que le peuple sahraoui n’a jamais demandés.

14 avril 2022

Worley confirme une étude de pipeline controversé

La société australienne confirme avoir entrepris une étude sur le pipeline qui traverserait le Sahara Occidental, quatre mois après que WSRW a contacté la compagnie à ce sujet.

23 mai 2022

Premier bilan des importations de gaz au Sahara Occidental occupé

L'an dernier, 50 000 tonnes de gaz liquéfié sont arrivées au Sahara Occidental occupé, selon notre premier bilan de ce commerce clé.
04 mai 2020

Nouveau rapport : division par deux du commerce du phosphate du Sahara

Les exportations de minerais de phosphate du Sahara Occidental occupé n'ont jamais été aussi faibles qu'en 2019. Cela est révélé dans le nouveau rapport WSRW P pour Pillage, publié aujourd'hui, 24 février 2020.

24 février 2020