Cepsa et Repsol restent silencieux sur les exportations controversées
622a17da414dd_Mayoury_2021

Les compagnies pétrolières espagnoles Cepsa et Repsol continuent d'exporter des produits pétroliers vers le Sahara Occidental occupé.

23 mars 2022

Photo : Le pétrolier français Mayoury dans le port de Carthagène, en Espagne, le 18 août 2021. Ce jour-là, le navire a chargé une cargaison de pétrole fourni par la raffinerie de Repsol, pour la transporter vers Dakhla et El Aaiún au Sahara Occidental occupé.

Les deux compagnies pétrolières espagnoles Cepsa et Repsol continuent d'expédier des produits pétroliers au Sahara Occidental depuis leurs raffineries en Espagne. 

Une analyse que Western Sahara Resource Watch (WSRW) a fait des transports de ces cargaisons sur le territoire, révèle que presque tous les produits proviennent des terminaux des deux sociétés en Espagne.

Environ un demi-million de tonnes de produits pétroliers sont arrivés au Sahara Occidental occupé au cours de l'année civile 2021.

Le calcul de ce montant est basé sur les itinéraires de voyage de 26 navires différents qui sont très susceptibles d'avoir transporté de telles marchandises sur le territoire au cours de cette année. Les navires se sont arrêtés au total 86 fois à El Aaiún et 68 fois dans le port ou la rade de Dakhla. Certaines importations comprenaient des escales vers les deux ports. Au moins 133 des 154 cargaisons transportées vers le territoire provenaient directement de l'un des terminaux des deux sociétés en Espagne.

Les produits pétroliers sont indispensables au Maroc pour maintenir son occupation du territoire. Les produits pétroliers arrivant au Sahara Occidental servent principalement à alimenter les véhicules, moteurs et navires qui participent au pillage illégal du territoire, ou sont utilisés à des fins militaires par l'armée marocaine.

La quantité totale de pétrole transportée au Sahara Occidental occupé en 2021 est estimée à 471 507 tonnes. Le calcul est basé sur la taille de chaque navire, son itinéraire et les écarts de tirant d’eau. Le tirant d'eau est la distance entre la ligne de flottaison et le fond du navire, et les changements de cette distance indiquent le déchargement ou le chargement d'un navire.

 Invité par WSRW par courrier du 21 février à faire des commentaires sur les cargaisons, Cepsa a répondu : « nous fournissons des hydrocarbures pour la distribution sur le territoire sahraoui, qui sont pleinement autorisés ». La compagnie a indiqué à WSRW : « nous ne commentons pas davantage », à la demande de précisions des lois et institutions du pays auquelle elle faisait référence. WSRW a également écrit à Cepsa en 2014, 2017 et 2018. Une brève réponse de la société le 8 novembre 2018 n'a pas répondu aux questions posées jusque-là.

WSRW a écrit à Repsol le 21 février 2022. Le courrier est toujrous sans réponse.

Le volume de produits pétroliers expédiés au Sahara Occidental en 2021 est similaire à celui que WSRW a observé pour l'année 2020, mais inférieur à celui que WSRW a rapporté pour 2019. La raison de la diminution de 2019 à 2020 peut potentiellement être attribuée à une méthodologie plus conservatrice utilisée par WSRW pour le calcul des cargaisons présentes à bord des navires, appliquée à partir de 2020.

En ce qui concerne les compagnies maritimes impliquées, deux se distinguent comme étant plus impliquées que d'autres :

  • La plus impliquée, est de loin la compagnie maritime française Sogestran, qui contrôle le pétrolier Mayoury. En 2021, le navire a transporté un tiers de tout le pétrole expédié sur le territoire. La compagnie n'a pas répondu aux courriers envoyé en 2020 ou 2022 par WSRW/APSO, ni a aucun envoyé depuis 2017.
  • Wisby Tankers, de Suède, possède depuis plusieurs années une poignée de navires battant pavillon norvégien qui effectuent ces transports de produits pétroliers. En 2021, l'un de ces navires, le Wisby Cedar, a été vendu, renommé Cedar et a changé de pavillon, du norvégien au marocain. Cependant, il a continué à emprunter le même itinéraire après le changement de propriétaire. L'entreprise n'a pas répondu aux courriers. L'organisation suisse Terre des hommes a écrit au gérant de Cedar, ABC Maritime AG, le 14 mars 2022.
     

L'article continue sous le tableau.

Importation de produits pétroliers au Sahara Occidental occupé, 2021 L'aperçu peut également être téléchargé ici.

 

Il est possible que l'aperçu ne soit pas complet, et que certaines arrivées de navire aient échappé à l'attention de WSRW.

Cepsa a été la source la plus importante des cargaisons, depuis ses raffineries d'Algésiras, Carteya Guadarranque, Huelva, Tenerife, tandis que Repsol est la source des cargaisons expédiées depuis le port de Carthagène. WSRW ne sait pas encore quelle entreprise est derrière les exportations de Las Palmas vers le Sahara Occidental.

Outre les transports depuis les raffineries de Cepsa et Repsol en Espagne, il y également eu des exportations possibles depuis les ports français de Fos-sur-Mer et de Berre, ainsi que depuis Jorf Lasfar (Maroc), Agadir (Maroc), Nouadhibou (Mauritanie) et Nouakchott (Mauritanie).

Les 26 pétroliers impliqués dans les transports pour l'année civile 2021 sont : Alice N, Alpha, Anuket Jade, Anuket Ruby, Atlantis Alhambra, Atlantis Alicante, B. Atlantic, B. Sun, Bice Amoretti, Bomar Haumea, Bomar Mars, Cedar , Dacil, Ganges Star, Imrikly, LS Chistine, Mayoury, Med Baltic (FT Quinto), Nivaria, Panarea M, RC Behar, Sichem Amethyst (Irene DP), Tingis, Tuvaq W, Vulcanello M, Wisby Argan et Wisby Cedar.

Les pétroliers battent les pavillons suivants : Malte (10), Italie (3), Îles Marshall (3), Maroc (3), Norvège (2), Espagne (2), France (1), Libéria (1), Panama (1), Portugal (1).

Il est à noter que deux pétroliers qui étaient auparavant très actifs ne sont plus impliqués dans ce commerce depuis 2021 :

  • Le navire turc ASC, qui faisait partie de la flotte de la compagnie maritime turque Torlak Shipping.
  • Le navire Imrikly, qui a cessé cette activité dans l’année 2021 après avoir été vendu à la compagnie maritime grecque Seaven, et a changé de nom pour Seaven Hope.

WSRW a publié un aperçu similaire des exportations de pétrole pour les années civiles 2020 et 2019.

Actualités

Coloniser le territoire avec des infrastructures indésirables

Afin d’accroître l’afflux de colons marocains et « développer » le territoire, le Maroc a déployé de grands travaux d’infrastructure que le peuple sahraoui n’a jamais demandés.

14 avril 2022

Premier bilan des importations de gaz au Sahara Occidental occupé

L'an dernier, 50 000 tonnes de gaz liquéfié sont arrivées au Sahara Occidental occupé, selon notre premier bilan de ce commerce clé.
04 mai 2020

Les Wisby continuent à alimenter l'occupation du Sahara Occidental

La compagnie de transport suédoise Wisby Tankers continue ses transports de produits pétroliers dans le territoire occupé du Sahara Occidental au même niveau que précédemment, mais un nouveau navire est sur la route.
15 juin 2017

Nouvelle infrastructure énergétique controversée bientôt au Sahara

Le gouvernement marocain a ouvert un appel d'offre relativement important à Dakhla au Sahara Occidental.

17 mars 2017