L'UE défie à nouveau sa plus haute juridiction
61c4bb7bd1549_DakhlaPlantation

Dans un nouveau rapport, la Commission Européenne explique comment les colons marocains au Sahara Occidental bénéficient d'un accord commercial que la Cour de justice de l'UE a jugé illégal.

10 janvier 2022

Photo : des ouvriers se dirigent vers la plantation du roi du Maroc à Dakhla - la société Domaines Agricoles. Presque tous les travailleurs du secteur sont des colons marocains qui résident de façon permanente ou saisonnière sur les terres occupées. Photo Elli Lorz.

Le 22 décembre 2021, la Commission Européenne a publié [ou téléchargez] un rapport volumineux sur la manière dont l'accord commercial UE-Maroc serait au « bénéfice du peuple du Sahara Occidental ».

Le rapport - un dit document de travail de service - vise à donner un aperçu des résultats de la modification de l'accord commercial UE-Maroc pour s'appliquer spécifiquement au Sahara Occidental, après que la Cour de justice de l'UE en décembre 2016 a déclaré l'accord non applicable en Sahara Occidental. La Cour a fait valoir que, puisque le Sahara Occidental est un territoire séparé et distinct du Maroc et que ce dernier n'a pas de souveraineté ou de mandat d'administration sur le territoire, les accords bilatéraux UE-Maroc ne peuvent légalement affecter le Sahara Occidental qu'avec le consentement du peuple du territoire. Poussées par la réaction furieuse du Maroc - refusant une collaboration plus poussée en matière de migration et de lutte contre le terrorisme - les institutions de l'UE ont répondu à l'arrêt de la Cour en négociant avec les autorités marocaines - et non le peuple du Sahara Occidental – un amendement qui fait expressément référence au Sahara Occidental dans le cadre du champ d'application de l'accord.

Le contournement par l'UE de la décision de 2016 a de nouveau été déclaré invalide dans la décision de la Cour du 29 septembre 2021. La Cour a répété et clarifié que l'argument des bénéfices pour la population locale ne peut remplacer l'exigence d'obtenir le consentement du peuple sahraoui.

Malgré cela, la Commission dans son rapport de cette semaine – « Rapport 2021 sur les bénéfices pour le peuple du Sahara Occidental de l'extension des préférences tarifaires aux produits du Sahara Occidental » - semble ignorer systématiquement les décisions et les arguments de sa plus haute juridiction.

Il n'y a pas de définition dans le rapport du terme « peuple », ni de clarification selon laquelle la « population » et le « peuple » du Sahara Occidental sont deux concepts différents. Aucune référence n'est faite à des pourparlers avec la partie du peuple du Sahara Occidental qui ne vit pas sous occupation marocaine - que ce soit dans la partie du territoire qui n'est pas sous contrôle marocain, ou en exil dans des camps de réfugiés. À l'exception du titre sur la page de couverture, le rapport fait systématiquement référence à la « population » du Sahara Occidental - soit principalement des colons marocains. Il n'y a aucune référence au droit au consentement du peuple du territoire.

Le document contient des données sur la production et les exportations du Sahara Occidental pour 2020, et parfois aussi pour une partie de 2021. Le document explique que les informations ont été obtenues principalement grâce à des échanges avec le gouvernement du pays voisin du Sahara Occidental, le Maroc. En outre, la Commission de l'UE et le Service d'action extérieure de l'UE (la branche des affaires étrangères de l'Union) ont effectué une visite technique dans la région de Dakhla-Oued Ed-Dahab au Sahara Occidental occupé du 21 au 23 septembre 2021 - quelques jours seulement avant la conclusion de la Cour de justice de l'UE statuant que l'accord commercial modifié n'est pas conforme au droit européen et international et ne peut pas être appliqué au Sahara Occidental.

La principale conclusion du rapport est que l'Accord amendé « entraîne des avantages pour le Sahara Occidental et sa population en termes d'exportations, d'activité économique et d'emploi » et que « l'entrée en vigueur de l'Accord et sa mise en œuvre en 2020 ont confirmé les effets positifs attendus en termes de production et en termes d'exportations ». « L'accord a ainsi soutenu les exportations dans les deux secteurs les plus stratégiques du Sahara Occidental - l'agriculture et la pêche - et leur croissance, et donc l'emploi et l'investissement », indique le rapport, ajoutant que si les préférences n'avaient pas été accordées « une part très importante de ces activités auraient été remplacées par des exportateurs de pays voisins (qui bénéficient tous de préférences tarifaires avec l'UE) ».

À l'heure actuelle, les exportations du Sahara Occidental vers l'UE ne concernent que deux secteurs, l'agriculture et la pêche, qui sont donc au centre du document. Il convient de rappeler que l'accord commercial UE-Maroc couvre à la fois les produits agricoles et les produits de la pêche, tels que le poisson surgelé, le poisson en conserve, l'huile et la farine de poisson, etc. Il ne régit pas les activités de pêche de l'UE au Maroc qui font l'objet de la Accord de pêche UE-Maroc.

Certains des principaux éléments énoncés dans le document de travail du personnel sont résumés ci-dessous.

En ce qui concerne l'agriculture :

  • La superficie totale cultivée et la production au Sahara Occidental ont augmenté ces dernières années : de 64 000 tonnes en 2016 à 100 000 tonnes en 2020, sur une superficie totale cultivée de 1 300 hectares contre 900 hectares en 2018.
  • Les seules exportations agricoles du Sahara Occidental vers l'UE proviennent de la région de Dakhla-Oued Ed-Dahab, où la production est principalement destinée à l'exportation (contrairement à la région de Laâyoune-Sakia El Hamra qui produit principalement des cultures fourragères pour la consommation locale).
  • La superficie cultivée à Dakhla-Oued Ed-Dahab était de 900 ha en 2020, produisant 76 000 tonnes essentiellement de deux principaux produits du marché : les tomates cerises et les melons charentais.
  • Les exportations vers l'UE ont atteint un volume de 66 700 tonnes en 2020, dont 55 200 tonnes de tomates et 11 500 tonnes de melons. En conséquence, 66,7% de la production totale du Sahara Occidental a été exportée vers l'UE. Il s'agit d'une augmentation de 12,3 % par rapport à 2019, où 59 400 tonnes avaient été exportées vers l'Union. La valeur 2020 des produits exportés s'élève à 79,5 millions d'euros (67,07 millions d'euros pour les tomates et 12,45 millions d'euros pour les melons).
  • L'application des préférences tarifaires signifie qu'en 2020, 8,93 millions d'euros de droits de douane n’ont pas été payés pour les tomates et les melons du Sahara Occidental.
  • Les produits ne sont pas transportés directement vers l'UE, mais conditionnés dans des stations de conditionnement à Agadir, « où ils sont soumis aux contrôles phytosanitaires nécessaires avant d'être exportés ».
  • L'usine de dessalement éolienne de Dakhla (un projet mené par Engie) pourrait ajouter 5 000 hectares supplémentaires de terres agricoles irriguées. Le terrain serait attribué aux investisseurs intéressés par le biais d'un processus d'appel d'offres. De plus grandes parcelles de 100 ha chacune seraient attribuées à 5 à 6 entreprises leaders, tandis que des parcelles plus petites à de jeunes entrepreneurs. Des logements seraient créés et mis à disposition des agriculteurs intéressés. La production devrait être opérationnelle d'ici 2025 et se concentrerait sur des produits à haute valeur ajoutée tels que les tomates cerises, les canneberges et les myrtilles, « ces deux derniers avec le marché américain à l'esprit ». Il est estimé que l'usine de dessalement générerait une valeur ajoutée annuelle de 47,5 millions d'euros. Les travaux de la centrale et du parc éolien sont annoncés débuter en décembre 2021 ou janvier 2022.

Concernant les produits de la pêche :

  • En 2020, 954 000 tonnes de produits de la pêche ont été capturées et débarquées au Sahara Occidental, pour une valeur de 502,2 millions d'euros. Alors que les captures liées aux produits de la pêche étaient plus faibles en 2020 qu'en 2019 (1 067 000 tonnes), les exportations totales de produits de la pêche vers l'UE en 2020 étaient nettement plus élevées en 2020 que l'année précédente. En 2020, l'UE a importé 140 500 tonnes pour une valeur de 412 millions d'euros. En 2019, les exportations vers l'UE s'élevaient à 124 000 tonnes pour une valeur de 447 millions d'euros. Il y a ainsi eu une augmentation des exportations de 13,3% en volume et une baisse de 7,8% en valeur.
  • Les autorités marocaines évaluent le nombre d'établissements autorisés à exporter vers l'Union à 172 en 2020, contre 141 en 2018. EU TRACES, en novembre 2021, évalue ce nombre à 166.
  • Le Maroc a indiqué son intention de poursuivre le développement de l'industrie de la pêche au Sahara Occidental « en facilitant l'accès à la terre pour les établissements de transformation du poisson et aux permis de pêche ».

Sur la visite technique des fonctionnaires de l'UE à Dakhla les 21-23 septembre 2021 :

  • La visite a eu lieu à l'invitation du Maroc, et a été précédée par des entretiens à Rabat avec des représentants du gouvernement marocain, et par des entretiens à Casablanca avec la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) et FOODEX. Toutes ces entités ont sans surprise souligné l'importance d'appliquer l'Accord au Sahara Occidental, pour assurer la prévisibilité du régime commercial qui est important pour attirer les investissements. FOODEX, où les mesures sanitaires et de contrôle de qualité ont été discutées, a soulevé que les tomates de Dakhla ne sont pas mélangées avec celles d'Agadir ou d'ailleurs au Maroc.
  • À Dakhla, des représentants de la Commission Européenne et du SEAE ont visité trois usines de transformation de la pêche et de l'aquaculture, deux fermes agricoles, un centre de formation professionnelle agricole et deux coopératives sociales, tout en rencontrant les chambres d'agriculture et de pêche et le gouverneur de « la région », en plus des « autorités de la région ».
  • Les producteurs ont exprimé leur préoccupation que leur volonté d'exporter directement de Dakhla vers l'UE sans avoir à passer par Agadir impliquait des coûts supplémentaires. Ils attendaient cependant que le futur nouveau port de Dakhla résolve cette affaire.

Le rapport contient également plusieurs paragraphes sur une « consultation avec les organisations de défense des droits humains actives au Sahara Occidental ». Cette réunion a eu lieu le 4 novembre 2021, dans le but de « recueillir leur avis sur l'impact de l'Accord sur la population du Sahara Occidental et sur l'utilisation des ressources naturelles ». Une note de bas de page révèle que les interlocuteurs de la Commission Européenne étaient en fait trois organisations marocaines : Le Conseil National des Droits de l'Homme, l'Observatoire du Sahara pour la Paix et la Démocratie et les Droits de l'Homme (OSPDH) et la Commission Indépendante pour les Droits de l'Homme (CIDH AFRIQUE). Il est à noter que la Commission aurait également invité EuroMed Droits, Frontline Defenders et le Front Polisario, qui avaient refusé d'y assister. Les organisations marocaines participantes « ont exprimé leur soutien à l'extension des tarifs préférentiels au Sahara Occidental », affirmé que « les habitants du Sahara Occidental en bénéficient directement et indirectement », et « indiqué que, sur la base de leur expérience, il y avait également un fort soutien pour l'Accord de la population vivant sur le territoire ». Le document précise que les ONG marocaines ont « indiqué des développements positifs concernant la situation des droits humains au Sahara Occidental, certaines insistant sur la nécessité de faire la distinction entre les défenseurs des droits humains et les acteurs biaisés et motivés politiquement. Ils ont indiqué que les militants sahraouis connus du public jouissent généralement d'une large marge de liberté pour exprimer leur opinion sur différentes questions, à la fois en tant qu'individus et en tant qu'associations. Dans le chapitre intitulé « Cadre général et droits fondamentaux », le rapport admet que « les sources internationales officielles sur la situation des droits de l'homme au Sahara Occidental restent rares ».

Pourtant, malgré cela, le rapport indique que l'accord a contribué à la « coopération constructive sur la protection des droits de l'homme, qui aurait pu être autrement affectée ou compromise. De plus, on peut en déduire que la contribution globale dudit accord au développement socio-économique du Sahara Occidental a également eu un effet d'entraînement positif sur la protection des droits de l'homme ».

Cette fois, la Commission ne prétend pas avoir dialogué avec 94 groupes sahraouis et internationaux qu'elle n'a jamais rencontrés. La Commission a à plusieurs reprises dans le passé menti aux États membres de l'UE sur les interlocuteurs avec qui elle avait effectivement dialogué.

Le chapitre sur l'impact de l'Accord met en évidence les développements concernant l'agriculture, la pêche, le tourisme et les énergies renouvelables comme les principaux secteurs moteurs de l'économie au Sahara Occidental, caractérisé comme « une économie de marché en expansion ». Néanmoins, le rapport indique que « les données permettant de déterminer la part du PIB de chaque secteur au Sahara Occidental ne sont pas disponibles » et « bien que le Sahara Occidental ait des niveaux de PIB par habitant relativement plus élevés que les régions environnantes, l'économie est largement exportatrice ».

Le secteur des phosphates est brièvement évoqué, révélant qu'il n'y a pas d'exportations de phosphates du Sahara Occidental vers l'UE car il n'y a pas encore de production de produits phosphatés transformés sur le territoire et qu'il n'y a aucun intérêt dans l'UE pour les phosphates bruts du territoire. Le document précise que « les phosphates bruts du Sahara Occidental sont susceptibles d'être utilisés au Maroc pour fabriquer des dérivés du phosphate qui sont ensuite exportés vers l'UE dans le cadre de préférences ». Ceci est une erreur. Il n'y a pas de transports de phosphate du Sahara Occidental vers le Maroc. Les exportations illégales de phosphate du territoire sont couvertes dans les rapports annuels de WSRW ‘P pour Pillage’.

Actualités

Conseil et Commission de l'UE font appel de la décision sur le Sahara Occidental

Comme prévu, le Conseil de l'UE a fait appel de la décision du Tribunal de l'UE annulant l'application des accords UE-Maroc au Sahara Occidental occupé. Étonnamment, la Commission européenne a déposé des recours séparés.

23 décembre 2021

La Suède s'oppose à l'appel du Conseil de la décision de la Cour sur le Sahara Occidental

Dans un geste qui n'a surpris personne, le Conseil de l'UE a fait appel de la récente décision de la Cour de Justice de l'UE qui a stoppé le commerce et la pêche de l'UE au Sahara Occidental occupé. Mais le Conseil n'a pas été unanime.

29 novembre 2021

La Commission Européenne confuse après la décision juridique

Une audition au Parlement Européen laisse de nombreuses questions et peu de réponses sur la réponse de l'UE à la décision de la Cour Européenne d'annuler les accords bilatéraux avec le Maroc qui incluent le Sahara Occidental occupé.

26 octobre 2021

Elections européennes : les votes des candidats sur le Sahara occupé

Savez vous pour qui voter lors des élections européennes ? Vous trouverez ici un aperçu complet des candidats au Parlement européen qui ont soutenu l'occupation marocaine du Sahara Occidental lors de précédents votes controversés. Choisissez judicieusement.

20 mai 2019