Des myrtilles de territoire en conflit
tawarta_350

Les myrtilles « Origine Maroc » seront bientôt non seulement cultivées au Maroc, mais aussi au Sahara Occidental occupé. WSRW appelle les détaillants à prendre des mesures dès maintenant.

17 juin 2021

En photo : Jusqu'à présent, l'agriculture au Sahara Occidental occupé s'est concentrée sur les tomates et les melons.

Dakhla, ville côtière du Sahara Occidental occupé, a connu un véritable boom de la production agricole au cours de la dernière décennie. Les fermes qui sont soit la propriété du roi du Maroc lui-même, soit des conglomérats d'affaires franco-marocains, produisent principalement des tomates cerise et des melons, dans et autour de la péninsule.

Et aussi, pour la première fois, des myrtilles.

Selon Blueberriesconsulting Magazine [ou télécharger], « deux sociétés multinationales de fruits rouges ont commencé à produire dans la région ». Le site indique également [ou téléchargez] que de nouvelles fermes de ce type « sont actuellement en cours d'installation ».

Les médias marocains ont publié en 2019 [ou télécharger] que les sociétés à l'origine des investissements dans les myrtilles sont les sociétés françaises Idyl et Azura, ainsi que les sociétés marocaines Domaines Agricoles et Maraichage du Sahara. Idyl publie sur son site Internet [ou téléchargement] qu'elle produit des myrtilles "au Maroc"

Les efforts du Maroc pour attirer des investisseurs sur le territoire qu'il maintient sous occupation sont très préoccupants.

« Nous appelons tous les importateurs de myrtilles marocaines à se renseigner sur l'origine réelle des produits qu'ils achètent. Des garanties complètes doivent être obtenues auprès des exportateurs marocains que leurs produits proviennent bien du Maroc et ne sont pas originaires du Sahara Occidental. Les commerçants ne peuvent permettre à leurs clients de financer la colonisation marocaine violente et illégale du territoire. Les entreprises qui produisent au Sahara Occidental doivent être totalement évitées », a déclaré Sylvia Valentin, présidente de Western Sahara Resource Watch (WSRW), indiquant que ce processus doit commencer maintenant, et non lorsque la production est lancée.

BestBerry, une entreprise agro-exportatrice mentionnée en relation avec la production de fruits rouges, est basée dans la province de Kenitra, au Maroc. Le directeur général de BestBerry, Nabil Belmkaddem, avait déclaré en 2019 [ou télécharger] que « une production précoce est la clé pour des exportations compétitives de fruits rouges », « parce que c'est là que se trouvent les meilleurs prix dans leur principale destination en Europe ».

C'est ce raisonnement, sur la production précoce, qui explique l'intérêt pour Dakhla des producteurs de myrtilles. Les fruits y peuvent être récoltées 4 à 6 semaines avant celles cultivées à Agadir, dans le sud du Maroc, et même 6 à 8 semaines avant le début de la production dans le nord du Maroc. Les conditions météorologiques près de la péninsule – avec une brise fraîche provoquant une aération naturelle et empêchant ainsi les maladies des plantes – sont considérées comme favorables à des rendements de bonne qualité.

La coopérative BestBerry a été, selon sa page LinkedIn, créée en 2017 par « des producteurs opérant dans le nord du Maroc, qui partagent des valeurs communes de (…) propriétaires terriens ». On ne sait pas comment BlueBerry a envisagé la propriété foncière en territoire sous occupation militaire.

Le Maroc exporterait vers 41 pays, mais la majorité vers l'Europe ; 98% des fraises, 99% des framboises et 89% des myrtilles.

À l'heure actuelle, la Cour de justice de l'UE examine à nouveau les importations de produits en provenance du Sahara Occidental occupé dans le cadre des préférences accordées dans le cadre de l'accord commercial de l'Union avec le Maroc. La Cour avait déjà jugé cette pratique illégale en 2016, car le Sahara Occidental est un territoire séparé et distinct du Maroc, et ce dernier n'a ni souveraineté ni mandat pour l'administrer. La Cour a déclaré que le Sahara Occidental ne pouvait être légalement affecté par les relations commerciales UE-Maroc que si le peuple du territoire y a consenti. Pourtant, les institutions de l'UE ont choisi de continuer à importer des biens du territoire occupé par l'introduction d'un petit amendement dans la description territoriale de l'accord commercial existant, négocié avec le Maroc. Le peuple du Sahara Occidental a été complètement ignoré pendant tout le processus et n'a eu d'autre choix que d'engager à nouveau des poursuites. Pour plus d'informations à ce sujet, veuillez lire le rapport de WSRW « Au-dessus des lois », publié en décembre 2020. La Cour de justice de l'UE devrait rendre une décision dans les prochains mois.

La myrtille est une culture pérenne et sa production est moins complexe que les autres fruits rouges. Le bon retour sur investissement est probablement la source de l'intérêt des agro-entreprises basées à Dakhla.

Blueberriesconsulting Magazine a également souligné que la production de myrtilles se déroule dans une zone avec beaucoup plus de potentiel, alors que le gouvernement marocain prépare un district d'irrigation de 5 000 hectares basé sur le dessalement de l'eau de l'océan Atlantique. Comme le rapporte WSRW, les autorités marocaines ont passé un contrat avec la multinationale française Engie pour la construction d'une usine de dessalement à Dakhla. La société n'a jusqu'à présent pas répondu aux courriers de WSRW, lui demandant comment elle a obtenu le consentement du peuple du Sahara Occidental pour les opérations d'Engie dans leur pays occupé.

Actualités

Une compagnie israélienne va chercher du gaz au Sahara Occidental occupé

La société israélienne NewMed Energy a annoncé aujourd'hui avoir signé un accord avec le Maroc pour produire du gaz naturel au large de Boujdour, faisant revenir l'ex Cairn Energy dans le territoire occupé.

06 décembre 2022

Des États critiquent le Maroc sur le respect des droits humains au Sahara Occidental

Dix États ont profité aujourd'hui de l'occasion pour commenter le bilan du Maroc en matière de droits de l'homme au Sahara Occidental, territoire qu'il maintient sous occupation illégale.

08 novembre 2022

Le syndicat australien condamne Incitec Pivot

L'Union maritime d'Australie dénonce la reprise des importations en Australie de minerais volés.

20 octobre 2022

Pourquoi WSRW dit non aux négociations de l'UE sur le Sahara Occidental

L'UE entreprend à nouveau des "consultations" sur les accords commerciaux illégaux entre l'UE et le Maroc au Sahara Occidental occupé. Voici pourquoi WSRW refuse de participer.

19 octobre 2022