Lourdes études sismiques Kosmos au large du Sahara Occidental occupé
bgp_prospector_geo_service_las_palmas_610.jpg

Kosmos Energy et Cairn Energy ont entrepris au cours des dernières semaines une nouvelle série d'études sismiques au large du Sahara Occidental. Les mouvements des navires indiquent l'emplacement d'un possible nouveau site de forage.
Mis à jour le: 24.03 - 2017 13:00Imprimez cette page    
La photo ci-dessus montre le BGP Prospector lors de sa dernière étude sismique pour Kosmos. Photo prise dans le port de Las Palmas en juillet 2013.

La compagnie américaine Kosmos Energy, en partenariat avec l'écossaise Cairn Energy, a entrepris, il y a deux ans, le premier forage d'hydrocarbures jamais réalisé au Sahara Occidental occupé. Le territoire est illégalement occupé par le Maroc depuis 1975.

Le 2 mars 2015, les deux compagnies ont annoncé que le forage avait confirmé le potentiel pétrolier, mais que l'opération n'avait pas abouti à la conclusion espérée.

"Nous analyserons les informations recueillies auprès du CB-1 [puits d'exploration] et l'intégrerons avec les données sismiques 3D supplémentaires que nous avons récemment acquises pour affiner notre plan d'exploration, y compris pour déterminer l'emplacement et le moment du forage d'un second puits potentiel", avait alors indiqué Kosmos.

Les mouvements actuels de quatre navires au large du Sahara Occidental, menés par le navire chinois BGP Prospector, montrent que Kosmos prévoit actuellement plus de forages. Un avis juridique de l'ONU en 2002 affirme que toute exploration pétrolière au Sahara Occidental ne peut avoir lieu qu'après avoir demandé le consentement de la population du territoire. Kosmos a systématiquement déformé cette conclusion.

"Kosmos [...] soutient que ce contrat est conforme à mon avis juridique de 2002. Malheureusement, ce n'est pas le cas."

Hans Corell, ancien conseiller juridique de l'ONU, auteur de l'avis juridique de l'ONU que Kosmos Energy prétend suivre - et que la société dénature de fond en comble -, dans l'International Judicial Monitor du 23 février 2015.
Vers le 5 ou 6 mars 2017, Kosmos a entrepris une nouvelle série d'études sismiques sur son bloc. Les mouvements indiquent où Kosmos estime le meilleur potentiel pour une autre opération de forage.

Au 23 mars 2017, l'étude est toujours en cours.

L'étude sismique a été localisée autour d'une zone très limitée et très définie. Le BGP Prospector a jusqu'ici effectué effectué l'étude selon une boucle serrée, généralement au sud du site de puits de 2015.

WSRW a publié le 15 février 2017 que Glencore entreprenait une étude sismique. Opération menée alors par cette même poignée de navires qui travaille maintenant sur l'exploration menée par Kosmos Energy. Juste avant de commencer l'étude de Glencore, les navires étaient passés sur la zone de Kosmos sur laquelle ils sont revenus ensuite. Intrigué par les mouvements des navires, le Polisario est entré en contact immédiat avec Kosmos le 1er février 2017. La correspondance, y compris la réponse Kosmos du 15 février 2017, a été affichée sur le site de propagande de Kosmos Energy.

Il s'agit de la troisième série d'études sismiques entreprises par Kosmos et Cairn. Si cela entraine un forage, il est probable que la compagnie Atwood Oceanics interviendra, comme elle l'a fait souvent pour Kosmos. Plusieurs investisseurs ont mis Kosmos et Cairn sur leur liste noire pour avoir participé à la violation du droit international par le Maroc dans le territoire qu'il occupe.

Le BGP Prospector est accompagné de trois navires : le Jan van Gent (Pavillon Vanuatu, IMO 8410093), Geo Service 1 (Pavillon Singapour, OMI 9621546) et 7 Waves (Pavillon Panama, IMO 9714185).

Chronologie - Kosmos au Sahara Occidental occupé
29 octobre 2004. Kosmos Energy s'associe à Kerr-McGee pour le bloc Boujdour, avec une part de 30%. Kerr-McGee se retire du territoire en 2006.
7 novembre 2005. Kosmos Energy déclare  qu'il envisage de forer au large du Sahara Occidental.
2006. Kerr-McGee quitte le Sahara Occidental. Kosmos Energy signe un accord pour l'exploitation du bloc Boujdour.
2009. Kosmos Energy commissionne les services sismiques 2D de la société néerlandaise Fugro NV. Les Sahraouis manifestent. Fugro annonce plus tard qu'il a décidé de s'abstenir toute nouvelle implication au Sahara Occidental tant que la situation politique n'est pas résolue.
Juillet 2013. Le BGP Prospector effectue des études sismiques.
25 octobre 2013. Kosmos signe un accord avec Capricorn Exploration & Development Company Limited, filiale à part entière de Cairn Energy PLC, pour s'associer au projet Boujdour. Kosmos annonce qu'il a identifié trois bonnes perspectives, la plus importantes d'entre elles, appelée Gargaa, à 2135 mètres de profondeur. Le nom du bloc devient "Cap Boujdour Offshore".
Février 2014. Une présentation de la compagnie Kosmos indique que le navire de forage Atwood Achiever sera utilisé dans la zone du permis d'exploration Boujdour.
Mars 2014. Aker Solutions AS, responsable de la construction et de l'installation du système de forage sur l'Atwood Achiever, déclare "si nous avions su que l'équipement serait utilisé au Sahara Occidental, nous n'aurions pas signé cet accord". La compagnie annule la convention de maintenance.
Mai 2014. Le BGP Prospector réalise une étude 3D sur le même bloc.
Dec 2014-fev 2015. Le navire de forage Atwood Achiever effectue des forages pour Kosmos sur le bloc.
Mars 2017. Kosmos commande une nouvelle étude sismique employant le BGP Prospector.

    

Haut de page
Actualités:

26.04 - 2017 / 26.04 - 2017Les Sahraouis au chômage installent un camp de protestation au Sahara
26.04 - 2017 / 26.04 - 2017San Leon en pause au Sahara occidental occupé pour cause de sécurité
25.04 - 2017 / 24.04 - 2017Nouveau rapport : le commerce mondial des phosphates du Sahara occupé
24.04 - 2017 / 24.04 - 2017Vigeo Eiris affirme que le consentement sahraoui n'est pas nécessaire
24.04 - 2017 / 24.04 - 2017L'étude pétrolière Kosmos/Cairn dans les eaux occupées est terminée
12.04 - 2017 / 12.04 - 2017Agrium cherche d'autres sources que le Sahara Occidental
12.04 - 2017 / 12.04 - 2017Immolation d'un capitaine marocain à Dakhla
07.04 - 2017 / 07.04 - 2017FMC Corp confirme son abandon des phosphates du Sahara Occidental
29.03 - 2017 / 29.03 - 2017L'approvisionnement de Kosmos Energy au Sahara Occidental occupé
29.03 - 2017 / 29.03 - 2017Des jeunes Sahraouis chômeurs détournent un bus OCP
24.03 - 2017 / 24.03 - 2017Le P comme Politique marocaine en Afrique
24.03 - 2017 / 24.03 - 2017Lourdes études sismiques Kosmos au large du Sahara Occidental occupé
23.03 - 2017 / 23.03 - 2017L'UA au Maroc : pas d'accords sur les ressources du Sahara Occidental
20.03 - 2017 / 20.03 - 2017Le gouvernement français dilue la conclusion de la Cour de justice
18.03 - 2017 / 18.03 - 2017L'Espagne : l'accord UE-Maroc ne concerne pas les produits du Sahara
17.03 - 2017 / 17.03 - 2017Nouvelle infrastructure énergétique controversée bientôt  au Sahara
16.03 - 2017 / 16.03 - 2017Nouvelle publication sur l'Union Européenne et le Sahara Occidental
10.03 - 2017 / 10.03 - 2017 Maroc en faveur des métaux toxiques dans l'agriculture européenne
08.03 - 2017 / 08.03 - 2017Le Parlement basque aux Cies : restez à l'écart du Sahara Occidental
03.03 - 2017 / 03.03 - 2017Le choc Vigeo Eiris : de l'éthique à l'occupation
15.02 - 2017 / 15.02 - 2017Glencore accélère la recherche pétrolière offshore du Sahara occupé
14.02 - 2017 / 14.02 - 2017Vigeo Eiris silencieux sur son approche marocaine du Sahara Occidental
13.02 - 2017 / 13.02 - 2017Siemens esquive les questions sur le consentement sahraoui
10.02 - 2017 / 10.02 - 2017Cette cargaison du Sahara Occidental occupé arrive en France
09.02 - 2017 / 09.02 - 2017La Cie danoise arrête les importations de sel du Sahara Occidental
02.02 - 2017 / 02.02 - 2017UE : il faut éviter les importations énergétiques du Sahara Occidental
25.01 - 2017 / 25.01 - 2017Le Key Bay a déchargé toute sa cargaison à Fécamp, France
24.01 - 2017 / 24.01 - 2017Voila le Key Bay dans le port de Fécamp
23.01 - 2017 / 23.01 - 2017Pourquoi l'importation du Key Bay n'est pas conforme au droit UE
22.01 - 2017 / 22.01 - 2017Le Key Bay est au large du port de Fécamp




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi